Sixième séance 2018/2019 du séminaire «Sociétés en mutation» 15 février 2019

La sixième séance 2018/2019 du séminaire commun de l’axe C – Sociétés méditerranéennes en mutation (actualité des terrains et méthodes) aura lieu le vendredi 15 février 2019 – de 15h à 18h, salle 308 de la MILC (35 rue Raulin, 69007 Lyon)

H. Dessales (ENS, AOrOc), Réparer, reconstruire après un tremblement de terre : le cas de Pompéi.

Répondant : Maël Crépy (postdoctorant Archéorient et HiSoMA, membre du projet ERC Desert Networks)

Exemple de réparation sur la façade de l’Edifice d’Eumachia, sur le forum (cliché H. Dessales).

Engagé en 2015, le programme ANR RECAP (REConstruire Après un séisme : expériences antiques et innovations à Pompéi) analyse le développement d’une architecture du risque et de l’urgence à l’époque romaine, à travers le laboratoire exceptionnel que constitue le site de Pompéi, victime d’un tremblement de terre dévastateur, seize ans avant l’éruption du Vésuve de 79 ap. J.-C.

Ce projet pluridisciplinaire sollicite de façon étroite archéologie de la construction, sociologie, informatique, ingénierie structurelle et géologie. Une double approche a été développée : quantitative, en évaluant l’intensité des épisodes sismiques et qualitative, en établissant une typologie des différentes réparations et reconstructions.

Autant d’indices réunis pour préciser l’économie de la reconstruction à Pompéi et mieux appréhender la mobilisation des hommes, des savoirs et des matériaux dans la Campanie antique, confrontée à un risque récurrent.

Cartographie des réparations et reconstructions dans la Regio VII (réalisation Julien Cavero, ANR RECAP).
Bas relief de Pompéi, laraire de la Maison de Caecilius Jucundus, montrant les effets du tremblement de terre de 63 sur le forum (moulage du Museo della Civiltà romana, Rome).

Pour en savoir plus : http://recap.huma-num.fr/webpublic/

Cinquième séance 2018/2019 du séminaire «Sociétés en mutation» 8 février 2019

La cinquième séance 2018/2019 du séminaire commun de l’axe C – Sociétés méditerranéennes en mutation (actualité des terrains et méthodes) aura lieu le vendredi 8 février 2019 – de 15h à 18h, salle 410 de la MILC (35 rue Raulin, 69007 Lyon)

Cristina Corsi (Université de Cassino, professeure invitée à l’ENS), La christianisation du voyage. Les infrastructures d’assistance aux voyageurs à la fin de l’Antiquité, entre crise et ‘résistance’.

Répondant : P.-L. Gatier (CNRS, HiSoMA)

Au IVe siècle après J.-C. le nombre de sources qui évoquent les formes d’hospitalité et d’accueil offertes aux voyageurs augmente considérablement. Les sources archéologiques et écrites montrent un grand effort, entrepris par l’État et des particuliers, pour l’entretien et la maintenance des infrastructures de service à la circulation.

Itinéraires de pèlerinage entre Europe et Proche-Orient aux IVe et VIe s. ap. J.-C. (© C. Corsi)

En particulier, le soi-disant Itinerarium Burdigalense, un document qui registre toutes les étapes d’un voyage effectué en l’an 333 après J.-C. de Bordeaux à Constantinople et retour, montre qu’au milieu du IVe siècle, le réseau de communication impérial qui s’étendait de l’Europe occidentale au Proche-Orient était parfaitement efficace, et que les citoyens romains comptaient sur cette incroyable infrastructure même lorsqu’ils voyageaient à titre privé ou entreprenaient un voyage de pèlerinage.

Le xenodochion de Mérida d’après P. Mateos Cruz , «Identificación del Xenodochium fundado por Masona en Mérida», in IV Reunió d’Arquelogia Cristiana Hispànica (Lisboa 1992), Barcelone, 1995, p. 309-316, fig. 3.

Parallèlement, s’opère la bureaucratisation du service étatique chargé de la gestion du trafic (le cursus publicus), qui semble être de plus en plus utilisé aussi par les ecclésiastiques.

Enfin, la comparaison des itinéraires de pèlerinage du IVe siècle après J.-C., l’itinerarium Burdigalense en premier lieu, démontre que, même si l’organisation derrière la gestion de la circulation routière est toujours efficace dans les cinquante années écoulées entre les voyages du pèlerin de Bordeaux et d’Égérie, l’attitude des pèlerins a radicalement changé, puisqu’ils semblent privilégier d’autres types d’infrastructures d’hébergement, fournies par les monastères et les églises locales.

Extrait de la mosaïque de Madaba représentant la ville de Jérusalem

Quatrième séance 2018/2019 du séminaire «Sociétés en mutation» 25 janvier 2019

La quatrième séance 2018/2019 du séminaire commun de l’axe C – Sociétés méditerranéennes en mutation (actualité des terrains et méthodes) aura lieu le vendredi 25 janvier 2019 – de 15h à 18h, salle 410 de la MILC (35 rue Raulin, 69007 Lyon)

Il s’agira d’une séance spéciale « carte blanche aux doctorants » !

Agnieszka Halczuk (doctorante Université Lyon 2, HiSoMA), L’évolution de l’écriture à Chypre à la fin de l’époque chypro-classique : modes d’intégration de la société insulaire au nouvel ordre hellénistique.

Répondante : Patricia Bou-Perez (Université Lyon 2, Archéorient)

Cette communication a pour but de présenter les changements qui affectent la société chypriote à travers le prisme du matériel épigraphique.

La fin du IVe siècle av. J.-C. est marquée par un changement du pouvoir à Chypre. Au cours de cette période, l’île a été progressivement intégrée dans le royaume ptolémaïque, ce qui se manifeste entre autres par le changement de l’écriture syllabique en alphabet, le passage du dialecte chypriote à la koiné et dans le domaine politique par la transformation des cités-royaumes en cités de type grec.

Le matériel épigraphique de cette époque de transition peut être un des indicateurs du mode d’intégration de la société dans ce nouvel ordre politique.