Troisième séance 2018/2019 du séminaire «Sociétés en mutation» 14 décembre 2018

La troisième séance 2018/2019 du séminaire commun de l’axe C – Sociétés méditerranéennes en mutation (actualité des terrains et méthodes) aura lieu le vendredi 14 décembre 2018 – de 15h à 18h, salle 308 de la MILC (35 rue Raulin, 69007 Lyon)

Sandrine Huber (Université de Lille 3, HALMA), Les sacrifices grecs antiques à l’épreuve de la Méditerranée

Répondant : Emmanuelle Vila (CNRS, Archéorient).

Partant du postulat que, lorsque l’on quitte sa patrie pour s’installer ailleurs, on emporte ses croyances, nous déduisons que, dans le contexte polythéiste des sociétés antiques définies comme ritualistes, on emportait ses dieux, mais aussi par conséquent, et surtout, ses pratiques sacrificielles. Si tel est le cas, nous devrions donc être en mesure de déterminer, dans les sites explorés sur les différents rivages méditerranéens, la présence ou non de restes issus de sacrifices réalisés par les individus qui les ont fréquentés, qu’il s’agisse de populations locales, de Grecs, de Phéniciens ou d’autres voyageurs ; cela devrait être valable au moins dans les premiers temps de la fréquentation de ces sites et ainsi attester ou non le passage et/ou l’installation des uns et des autres sur le pourtour de la Méditerranée, si tant est que les pratiques sacrificielles des uns et des autres peuvent être caractérisées et distinguées.

L’histoire et l’histoire des religions antiques se sont principalement concentrées, dans le contexte des circumnavigations antiques, sur le transfert des dieux et des objets sacrés (ex. les aphidrumata grecs), sur la constitution des panthéons dans les établissements nouvellement fondés et sur la constitution de la mythologie méditerranéenne, en un mot sur les interfaces divines, laissant de côté les interfaces des pratiques rituelles et sacrificielles, telles qu’elles ont pu laisser des traces tangibles, des traces archéologiques.

C’est dans ce contexte que nous allons discuter de la caractérisation du rite sacrificiel grec par excellente, la thysia,et la mesure dans laquelle les restes de ce fait religieux pourrait constituer ou non un témoignage de passage de Grecs sur les pourtours de la Méditerranée.

© Université de Lorraine, Sandrine Huber

La question des marqueurs identitaires et de la connectivité des populations méditerranéennes durant le Ier millénaire avant notre ère peut être envisagée sous des prismes divers. Artéfacts et écofacts assurent sans conteste une approche différente de la question des marqueurs identitaires des Méditerranéens et de la question de leur connectivité. Le discours change donc de dimension, au profit d’une archéologie de l’interaction, une interaction qui révèle des communautés en transformation.

© Patrice Méniel, ESAG

Deuxième séance 2018/2019 du séminaire «Sociétés en mutation» 12 octobre 2018

La deuxième séance 2018/2019 du séminaire commun de l’axe C – Sociétés méditerranéennes en mutation (actualité des terrains et méthodes) aura lieu le vendredi 12 octobre 2018 – de 15h à 18h, salle 308 de la MILC (35 rue Raulin, 69007 Lyon)

C. Lefrancq (HiSoMA, mission de Mahasthan) : Le monde indien à la période dite « Early Medieval » (VIe-XIIIe s. apr. J.-C.) : une nouvelle société ?

Répondante : Y. Waksman (CNRS, ArAr)

Carte du Bengale (Bangladesh et état indien du West Bengal)

En Asie du Sud, la période du VIe siècle au XIVe siècle de notre ère est relativement méconnue du grand public. Toutefois, cette époque – parfois appelée Early Medieval dans la littérature scientifique – se démarque tout particulièrement par des changements culturels et sociaux majeurs qui ont marqué la péninsule indienne. Si les historiens sont divisés sur les raisons et les modalités de ces changements, ils sont d’accord pour reconnaître l’émergence de nouvelles structures politiques à la fois au nord et au sud de la péninsule indienne, des modifications dans les systèmes et réseaux économiques, une organisation urbaine différente et l’affirmation d’identités culturelles régionales à travers les arts.

Paharpur, site archéologique, Bangladesh

Le type de sources principalement utilisées pour mettre en lumière ces dynamiques sociétales proviennent de l’épigraphie, de l’étude des textes et de l’histoire de l’art, l’archéologie et l’analyse de la culture matérielle ayant souvent été reléguées au second plan. Au cours de cette présentation, nous aborderons cette époque, et notamment les théories et modèles sociétaux associés, à travers le prisme de l’archéologie et de la culture matérielle, le but étant de confronter l’ensemble des différentes sources disponibles. En raison de la grandeur géographique de l’Asie du Sud, nous nous concentrerons sur une région spécifique, celle du Bengale.

Pots du 10ème au 13ème siècles de notre ère, fouilles de Mahasthangarh, Bangladesh
Poterie contemporaine produite dans un village de potiers, Mahasthangarh, Bangladesh

Téléchargez l’affiche en cliquant ici

Première séance 2018/2019 du séminaire «Sociétés en mutation» 28 septembre 2018

La première séance 2018/2019 du séminaire commun de l’axe C – Sociétés méditerranéennes en mutation (actualité des terrains et méthodes) aura lieu le vendredi 28 septembre 2018 – de 15h à 18h, salle 404, 18 rue de Chevreul, Lyon 3.

X. Deru (Université de Lille, HALMA) : Territoires et identités en mutation dans le nord de la Gaule de la fin de l’Âge du Fer à la période romaine.

Répondant : A. Rabot (Université Lyon 2, HiSoMA)

Dans l’Europe celte, les individus ne se définissaient sans doute pas par le territoire qu’ils occupaient, mais ils trouvaient leur identité dans les liens de sang, des dieux et des langues ; ils se distinguaient d’autres groupes au travers de relations politiques, guerrières ou économiques. L’intégration de ces peuples dans l’empire romain va conduire à leur territorialisation : Rome organise l’espace en provinces, ciuitates et pagi.

Si ce phénomène peut être appréhendé de manière globale et au niveau des concepts, il est moins aisé de l’étudier à l’échelle des peuples et des espaces géographiques particuliers. En effet, une documentation directe et précise manque aussi bien pour la fin de l’Âge du Fer que pour la période romaine.

Sur une importante base documentaire (distribution des monnaies celtiques, répertoire des lieux du Haut Moyen-Âge et des paroisses médiévales), adossée à un SIG, nous tenterons de comprendre la dynamique des territoires entre l’Âge du Fer et la période romaine, sans éviter leur transformation jusqu’à la période médiévale.

Téléchargez l’affiche en cliquant ici

Retour sur les séances de l’année universitaire 2017-2018

Séminaire de l’axe C d’HiSoMA Sociétés méditerranéennes antiques en mutation

Retour sur les séances de l’année universitaire 2017-2018

Sabine Fourrier (CNRS), responsable de l’axe C, directrice adjointe du laboratoire HiSoMA

Sept séances de séminaire ont eu lieu au cours de l’année universitaire, qu’a inaugurée une rencontre exceptionnelle avec P. Boucheron, autour de l’ouvrage dont il a coordonné la publication, Histoire mondiale de la France (éditions du Seuil, 2017). Introduites par cette réflexion sur le métier d’historien, les autres séances ont porté sur la présentation d’un cas précis, qui permettait d’aborder les questions d’analyse des crises et des changements dans les sociétés anciennes dans un contexte géographique et historique, ainsi qu’à partir d’un corpus de sources spécifiques. Les cas abordés ont concerné le monde méditerranéen au sens large, de l’Adriatique au Bangladesh, et sur une Antiquité longue, de la période pharaonique au Haut Moyen Âge. Une séance particulière a réuni plusieurs interventions, plus courtes, autour de la question de l’interprétation des couches de destruction (la liste des séances est accessible sur ce carnet). Chaque séance comprend une intervention principale, suivie d’une discussion, animée par un « répondant », spécialiste des mêmes questions mais généralement dans un champ chronologique, géographique et/ou disciplinaire autre, offrant ainsi un point de vue « décentré ». Les séminaires ont suscité la rédaction d’un compte rendu succinct, rédigé par des étudiants de Master (ces comptes rendus sont accessibles ici).

Plusieurs points de réflexion communs sont issus des travaux de cette année universitaire, qu’on résumera ci-dessous.

L’analyse des sources : les marqueurs du changement 

Le problème de l’identification des marqueurs du changement ou de la crise se pose avec d’autant plus d’acuité qu’on ne dispose généralement, pour l’étude des sociétés anciennes, que d’une documentation parcellaire ou biaisée, qui fragilise voire invalide certaines méthodes d’analyse, notamment quantitatives. Le hasard (de la conservation et des découvertes) fait souvent des sources archéologiques exploitables un lot au mieux aléatoire, dont la représentativité doit toujours être questionnée. Dans un paysage mobile, que ne cessent de façonner et de transformer les fleuves, par érosion ou colluvionnement, comme au Bangladesh, quelle part de vérité accorder au répertoire des sites identifiés, ou à l’absence archéologique de certaines phases, pourtant bien documentées par d’autres sources ? Par ailleurs, l’omniprésence d’un point de vue qu’on pourrait grossièrement qualifier d’« occidental » (pour l’essentiel grec et romain, malgré toute la variété du corpus en question) dans les sources littéraires anciennes oblige à déconstruire et à situer un discours afin de reconnaître la « voix de l’autre », selon l’expression de C. Ginzburg (Rapports de force. Histoire, rhétorique, preuve, Paris, 2003, p. 71-86). Une même pratique, qui laisse les mêmes traces archéologiques (par exemple celle du banquet) peut avoir des significations différentes selon les sociétés : imitation (société pyramidale) ici, émulation ou rivalité (société égalitaire) là (pour reprendre les termes qui distinguent, selon H. Arendt, les Romains et les Grecs). La lecture proposée par les sources externes peut fausser la compréhension du phénomène.

Qu’est-ce qui signale la crise ? La question de l’identification des marqueurs est compliquée par celle de leur visibilité. La résilience des sociétés est, après celle des individus, un concept à la mode, efficace pour décrire l’effacement, la disparition des traces. La cité de Thasos est ravagée par les troupes de Mithridate ; sans le sénatus-consulte qui en mentionne la violence, on n’en aurait pas idée tant les traces archéologiques en font défaut. Quelle visibilité quand les monuments détruits sont démantelés, recyclés, dans ce mouvement qui fait de beaucoup de villes des écosystèmes « autoparasites » comme les dépeint N. Purcell (« Statics and Dynamics: Ancient Mediterranean Urbanism », dans R. Osborne et B. Cunliffe (éd.), Mediterranean Urbanization 800-600 BC, Oxford, 2005, p. 249-272) ? Gortyne vit et se développe, durant l’Antiquité tardive, sur les ruines de son passé. Et que dire de la chapelle du château croisé de Belvoir, qui n’existe plus sur le terrain, mais seulement dépecée en blocs déplacés ? Traces invisibles, ou bien alors trop visibles, qui crèvent tellement l’œil qu’on s’y méprend : doit-on vraiment interpréter la période des grands tombeaux rupestres de l’histoire nabatéenne comme un moment d’apogée ? Ne peut-on plutôt y reconnaître celui d’une crise où les rapports de force sont médiatisés dans une compétition monumentale ? Pétra serait alors l’exception, et non pas le site-clé : la grille de lecture de la société nabatéenne offerte serait déformée, exacerbée. De même, une pratique ne naît pas forcément au moment où elle laisse des traces décelables : enregistrés sur des plats de cuivre (copper plates) à partir du Ve s. apr. J.-C., les dons de terre étaient au Bangladesh peut-être auparavant notés sur des supports en matériaux périssables.

La temporalité : de l’événement à la crise longue

Le temps, la périodicité, le phasage ont été au cœur de la réflexion. S’il faut évidemment « découper l’histoire en tranches » (selon le titre de l’ouvrage de J. Le Goff, édition du Seuil, 2014) pour la lire et l’écrire, il faut se garder des interprétations téléologiques globales, qui ne prêtent pas attention aux variations, aux disparités. Regardant en arrière, l’historien n’a pas, contrairement au romancier, le choix de la fin. Cette dernière n’implique toutefois pas que les faits, les événements passés aient eu une finalité. « La crise du IIIe siècle » est ainsi, par exemple, un concept, une généralisation qui regroupe des situations diverses, difficilement comparables. À l’échelle de la cité de Thasos, elle ne rend pas compte de la précocité de la crise institutionnelle, qui précède largement la crise économique et ne peut donc pas en être une conséquence.

L’observation archéologique n’échappe pas à la nécessité narrative, c’est aussi une science du récit. La stratigraphie, sur laquelle repose l’interprétation archéologique, ne donne pas accès au continuum temporel, elle conserve bout à bout, elle entrechoque une succession d’états finaux (l’ensemble n’étant jamais définitivement arrêté, comme le montrent les phénomènes taphonomiques d’érosion et d’intrusion). On peut, certes, distinguer entre couches de destruction et couches de démolition, comme cela a été très justement proposé pour les maisons de Zeugma (et on pourrait y ajouter encore une distinction, avec les couches d’abandon, ritualisé ou non), il n’en reste pas moins que les deux sont un résultat, d’une destruction rapide dans le premier cas, lente dans le second. Comment, alors, appréhender le temps long, fluide, le déroulé linéaire de la mutation, du processus ? Il faut recoudre (broder diront certains) entre les faits observables pour écrire l’histoire, ou une histoire. Car on peut se demander, avec B. Cassin (L’effet sophistique, Gallimard, 1995, p. 488-489), si le terme français, qu’elle oppose au doublon anglo-saxon (history/story) et au triplet allemand (Historie/Geschichte/Erzählung), « est une catastrophique homonymie, ou un pros hen qui donne à penser. »

L’analyse des causes : une nécessaire mutation ?

Qu’est-ce qui suscite la mutation, le changement ? Toutes les interventions se sont accordées sur la pluralité des facteurs, et les effets de conjoncture, qui peuvent accélérer, précipiter ou, en revanche, décaler des processus de mutation.

Une méfiance générale a entouré la notion d’événement, peut-être parce qu’elle est liée à une certaine écriture de l’histoire, datée ou populaire. La position, elle-même, suscite toutefois le débat (« le rappel à la complexité ne peut être le dernier mot des historiens, sauf à se faire des professionnels du désenchantement », écrit P. Boucheron dans l’introduction de l’ouvrage op. cit., p. 8). L’histoire sociale s’est parfois accompagnée d’un rejet radical de l’histoire événementielle, politique. Pourtant, la nécessaire attention portée aux phénomènes d’adaptation, de mutabilité des sociétés, de résilience (« Il faut que tout change pour que rien ne change » disait le vieux noble sicilien du Guépard au moment de la révolution garibaldienne), et à l’étude des milieux qui favorisent les interactions et négociations (middle grounds) ne doit pas occulter la violence des événements ni la brutalité des rapports de force. Inversement, le biais des sources écrites, qui sélectionnent et soulignent l’événement emporte parfois trop vite l’interprétation archéologique : toute trace d’incendie dans les maisons de Délos du Ier s. av. J.-C. n’est pas nécessairement attribuable aux pirates de Mithridate… Mais il faut bien, à un moment ou à un autre, accrocher la chronologie relative à un système absolu. Les débats chronologiques (que les méthodes de datation physiques n’ont pas résolus) ont de beaux jours devant eux.

L’importance des facteurs naturels, des paysages, de leur fragilité et de leur évolution a été généralement soulignée, non pas selon un schéma strictement déterministe, mais dans le souci d’appréhender les sociétés anciennes comme des écosystèmes liés à un milieu auquel elles s’adaptent et qu’elles transforment en retour. Sa configuration de frange côtière que prolonge un archipel d’îles contribue à expliquer la position historique singulière de la Dalmatie, liée à Rome mais d’administration byzantine, et la prégnance de ses fondations monastiques. Les évolutions du trait de côte, du réseau hydrographique accompagnent au Haut Moyen Âge, au Bangladesh, la conquête de nouvelles terres agricoles (dont la propriété est, peut-être de manière transitoire, dévolue à des institutions religieuses). Étudiée sur le temps long, la « migration » de la capitale du nome mendésien de Mendès à Thmouis suit le déplacement de la branche éponyme du Nil ; le bouleversement de l’écosystème des marécages deltaïques (dont l’assèchement pour la mise en valeur agricole est encouragé par le pouvoir romain) peut avoir été l’un des facteurs de la révolte des Boukoloi qui y vivaient. Mais, dans un cas comme dans l’autre, d’autres facteurs, notamment culturels et politiques, ont joué. Les débats actuels sur l’ère de l’« anthropocène » ne sont sans doute pas étrangers à cette inflexion de la recherche.

D’une époque, d’un site à l’autre, les échos ont été nombreux, dans l’appréhension des phénomènes de mutation et des problèmes méthodologiques qu’ils suscitent, mais aussi dans les réponses que les sociétés apportent au changement. Il n’est sans doute pas anodin qu’à une période voisine mais dans un contexte politique et culturel complètement différent, l’espace en expansion du Bangladesh comme celui de la Croatie se soient construits grâce à des donations à des institutions religieuses. C’est un encouragement à poursuivre ces rencontres.

Huitième séance 2017/2018 du séminaire «Sociétés en mutation» 27 avril 2018

Attention – La séance prévue initialement le 27/04 a été repoussée au 24/05.


La huitième séance 2017/2018 du séminaire commun de l’axe C – Sociétés méditerranéennes en mutation (actualité des terrains et méthodes) aura lieu le vendredi 24 mai 2018 – de 15h à 18h, salle d’égyptologie, MOM (2e étage).

S. Gioanni (Université Lyon 2, HiSoMA), L’autorité de l’Église de Rome en Dalmatie (IVe-XIe siècle) : crises, réformes et historiographie

Répondant : R. Bouchon (Université Lyon 2, HiSoMA)

Les origines antiques du christianisme dalmate ont donné lieu à de nombreuses interprétations depuis l’Antiquité tardive. La chronique de l’Église de Split – métropole fondée par les habitants de l’antique Salone après son abandon au début du VIIe siècle – raconte que la cité de Salone fut évangélisée par un disciple de saint Pierre, appelé Domnio, qui avait reçu cette mission du « prince des Apôtres » avant de connaître le martyre à Salone sous Trajan.

Le monastère de Saint-Pierre d’Osor – Cl. S. Bully

L’étude archéologique du quartier épiscopal de Salone au XIXe siècle a ouvert une étape nouvelle dans l’étude du christianisme salonitain et a remis en cause cette « fiction » médiévale. Elle a montré notamment qu’il avait bien existé un Domnio dans l’Église dalmate mais qu’il s’agissait non pas d’un disciple de saint Pierre mais d’un évêque de Salone martyrisé sous Dioclétien au début du IVe siècle. La légende du Domnio apostolique présente toutefois un grand intérêt pour comprendre l’extension de l’autorité pontificale dans la région. L’objectif de cette communication est d’étudier sur la longue durée les différentes stratégies de la papauté qui, après de nombreux échecs et revirements, parvint à imposer son autorité sur la Dalmatie en favorisant : 1. la réécriture latine des origines antiques du christianisme dalmate prétendument attribuées à saint Pierre ; 2. le rapprochement avec les élites locales et les autorités civiles dalmates, byzantines et croates ; 3. la multiplication des fondations monastiques sur les îles et les côtes dalmates qui devinrent les principaux relais des réseaux, de la culture et des idées réformatrices dans l’Adriatique orientale.

Saint Domnio, évêque de Salone et disciple de saint Pierre (bas-relief de la cathédrale de Split) – Cl. S. Gioanni

Septième séance 2017/2018 du séminaire «Sociétés en mutation» 13 avril 2018

La septième séance 2017/2018 du séminaire commun de l’axe C – Sociétés méditerranéennes en mutation (actualité des terrains et méthodes) aura lieu le vendredi 13 avril 2018 – de 15h à 18h, salle d’égyptologie, MOM (2e étage).

A. Hajdari (université de Prishtina), La transformation des habitats face à la menace barbare : l’exemple d’Harilaq (Kosovo).

Répondant :  H. Wurmser (Université Lyon 2, IRAA)

Le village de Harilaq est situé à environ 9 km au Sud-ouest de la ville de Fushë Kosovë (fig 1). La forteresse est située sur une colline boisée d’orientation est-ouest, au sud-ouest du village et couvre une surface de 1,3 ha  à 767 m d’altitude[1].

Fig. 1 : localisation du site

À l’ouest se trouvent la montagne et le col de Golesh, qui est le point culminant de la région, tandis que sur le côté sud-est, à environ 2,5 km, on a aujourd’hui l’aéroport international de Pristina (fig. 2-3). La forteresse, en raison de la position géostratégique très favorable, permet un large contrôle, en particulier sur le côté est, de la plus grande partie de la plaine du Kosovo.

Fig. 2 : la colline de Harilaq vue du nord-est.

Des prospections archéologiques et des tranchées exploratoires ont été entreprises par l’Institut archéologique du Kosovo en 2005 et, compte tenu des premiers résultats obtenus, dès l’année suivante des fouilles systématiques ont été menées jusqu’en 2010 par le Musée du Kosovo, et ont été suivies de grosses opérations de restauration qui continuent encore aujourd’hui[2].  Les premières traces d’occupation remontent au néolithique, et la vie sur le site continue jusqu’au début de la période médiévale[3].

L’âge néolithique est représenté principalement par des outils tels que les lames en silex découvertes lors des fouilles dans les années 2005-2010[4], et une hache énéolithique de pierre découverte en 2016. On trouve ensuite tous les tessons de céramique caractéristiques de l’âge du bronze, surtout récent. Toutes les phases de l’âge du fer sont présentes comme l’attestent les vases en céramique de production locale. Le site a livré quelques tessons de la période hellénistique. L’époque romaine est absente, et la phase la mieux représentée, avec le rempart et toutes les constructions, est celle de l’Antiquité tardive (IVe-VIe siècles). C’est la seule forteresse de la région à être reconstruite à l’époque de l’empereur Justinien le Grand (527-565).

Fig. 3 : photo aérienne et planimétrie de la forteresse de Harilaq (Peja, Rraci, Hajdari 2012, p. 76)

La chronologie de la forteresse d’Harilaq peut être reconstituée comme suit :

 

Harilaq I : Enéolithique.

Harilaq II : Bronze ancien.

Harilaq III : premier âge du fer (VIIIe-VIIe siècles av. J.-C.).

Harilaq III a : période archaïque et classique (VIe– Ve siècles av. J.-C.).

Harilaq III b : période hellénistique.

Harilaq IV : Antiquité tardive (IVe-VIe siècles ap. J.-C.).

Les recherches systématiques sur le site n’ont pas pu établir l’existence d’une couche d’occupation homogène de la période de l’âge du fer et de la période hellénistique, probablement à cause de l’occupation plus dense et plus continue de l’antiquité tardive qui a détruit les phases précédentes. Pendant la période du fer, le site a pourtant connu un développement considérable si l’on en juge par le grand nombre de poteries retrouvées qui sont surtout des productions locales, mais avec des formes qui montrent l’influence des importations. Lors de la première phase de l’âge du fer (Harilaq III), les vases sont fabriqués à la main (impasto), dans une pâte ocre ou brun foncé. Certains récipients sont décorés avec des instruments en dents de scie. La céramique de la seconde phase de l’âge du fer (Harilaq III a) ne diffère pas beaucoup de Harilaq III mais s’enrichit de nouvelles formes telles que des assiettes, des tasses et des imitations de formes grecques comme les skyphoi, coupes et canthares. Les vases commencent à être fabriqués au tour La période hellénistique (Harilaq III b) est peu représentée mais très marquée par les imitations de formes grecques.

Le site est intéressant pour la présence de deux bâtiments symétriques situés à proximité d’une basilique paléochrétienne. La fonction de ces bâtiments n’est pas encore bien établie ; il pourrait s’agir de deux martyriums.


[1] Peja, Rraci, Hajdari 2012.

[2] Les fouilles ont été dirigées par l’archéologue Fatmir Peja et actuellement par le prof. A. Hajdari.

[3]Des fouilles et des études archéologiques au Kosovo 2002-2012  ASHAK Prishtinë 2014

[4]F Peja, Rraci, Hajdari 2012, p.57

Sixième séance 2017/2018 du séminaire «Sociétés en mutation» 23 mars 2018

La sixième séance 2017/2018 du séminaire commun de l’axe C – Sociétés méditerranéennes en mutation (actualité des terrains et méthodes) aura lieu le vendredi 23 mars 2018 – de 15h à 18h, salle Reinach, au 4e étage de la MOM.

C. Abadie-Reynal (Université Lyon 2, HiSoMA), A. Borlenghi (Université Lyon 2, ArAr), A. Peignard (Université Lyon 2, HiSoMA), P. François (LS2N, École Centrale et Université de Nantes), Les couches de destruction : approches croisées

Répondant :  S. Fourrier (CNRS, HiSoMA)

  • C. Abadie-Reynal, La destruction de Zeugma en 252/253: analyse des données de fouilles

L’objectif est de déterminer, par une analyse préliminaire du matériel de quelques couches de destruction, les informations que l’on peut en tirer sur la façon dont s’est déroulée l’attaque sassanide de 252/3 contre la ville de Zeugma. L’étude d’ensembles de céramiques permettra de prendre en compte l’usage des pièces au moment de la destruction et de percevoir d’éventuelles perturbations ou désordres. L’interprétation des regroupements d’objets de valeur, de son côté, selon qu’ils ont été cachés, abandonnés ou simplement stockés, change le regard que l’on peut porter sur les événements. Enfin, l’évaluation de la présence de militaria dans les différents secteurs permet de mieux saisir si la présence militaire était importante et si la destruction fut précédée de combats violents.

 

  • Annette Peignard, Couches de destruction(s) dans les habitations de Délos au Ier s. av. J.-C.

Localisation du matériel mis au jour dans le secteur Ouest de la Maison des Sceaux (dessin A. Peignard-Giros)

A partir de l’exemple de quelques maisons déliennes, et de parallèles d’époques classique et hellénistique, j’organiserai mon intervention autour de deux thématiques :

– Destruction « historique » et couches(s) de destruction. La datation des couches de destruction en relation systématique avec les deux attaques subies par Délos en 88 et 69 av. J.-C. n’est pas toujours pertinente et présente quelques biais méthodologiques.

– Couche(s) de destruction, témoin(s) tout à la fois de l’occupation d’un site et de son processus de destruction. On ne peut pas considérer que les objets mis au jour dans une couche de destruction, constituent l’image figée de toute l’activité qui se déroulaient dans la maison. On analysera les comparaisons et les différences possibles entre divers îlots et maisons réputés détruits au même moment.

Le  » secteur X  » de la Maison des Sceaux
(cliché EfA)

 

  • Paul François, Restituer la chapelle détruite de Belvoir : un terrain de jeu numérique.

Projet réalisé avec Anne Baud (ArAr), Anne Flammin (ArAr), Florian Renucci (Guédelon), Mission Archéologique de Belvoir

La chapelle du château croisé de Belvoir, en Israël, construite au XIIème siècle, n’est aujourd’hui connue que par un ensemble de blocs de calcaire retrouvés hors contexte présentant des modénatures communes.

L’objectif de cette présentation est de mettre en évidence les moyens particuliers et trans-disciplinaires nécessaires à la restitution archéologique de cette chapelle. Il s’agit non seulement de pouvoir dresser le plan de cet espace, mais également de le situer dans l’ensemble des vestiges du château, de faire les hypothèses de ses élévations et de pouvoir apporter des éléments argumentant en faveur de plusieurs hypothèses de couvrement.

On reviendra rapidement sur les moyens mis en œuvre in-situ, avant de s’intéresser plus en détail aux possibilités offertes par le processus de digitalisation et l’utilisation des outils numériques d’architecture et d’ingénierie.

Cinquième séance 2017/2018 du séminaire «Sociétés en mutation» 9 mars 2018

La cinquième séance 2017/2018 du séminaire commun de l’axe C – Sociétés méditerranéennes en mutation (actualité des terrains et méthodes) aura lieu le vendredi 9 mars 2018 – de 15h à 18h, salle Reinach, au 4e étage de la MOM.

Katherine Blouin (University of Toronto), Histoire environnementale et résilience sociétale dans l’Égypte ancienne : le cas du nome mendésien (Delta du Nil)

Répondant : M. Crépy (Université Lyon2, Archéorient)

Le Delta du Nil et le Sinaï vus de l’espace (NASA)

Que savons-nous des modes d’interactions entre les communautés locales, l’État et l’environnement dans le Delta du Nil au cours de l’Antiquité ? Plus spécifiquement, comment ces interactions se manifestèrent-elles en contexte de fluctuation fluviale et agraire ? À partir de l’examen de l’ensemble des sources géoarchéologiques et écrites disponibles, cette communication se penchera sur le cas du nome mendésien, une circonscription administrative située dans le nord-est du delta du Nil.

Ruines de Thmouis (K. Blouin)

Champs et canal près de Thmouis (K. Blouin)

Paysage agricole près de Thmouis (K. Blouin)

Quatrième séance 2017/2018 du séminaire «Sociétés en mutation» 26 janvier 2018

La quatrième séance 2017/2018 du séminaire commun de l’axe C – Sociétés méditerranéennes en mutation (actualité des terrains et méthodes) aura lieu le vendredi 26 janvier 2018 – de 15h à 18h, salle Reinach, au 4e étage de la MOM.

Jean-François Salles (HiSoMA), Les sociétés du Bengale : changement des modes de production et conséquences sociales

Répondant : E. Thirault (Université Lyon2, Archéorient)

L’ensemble géographique du Bengale, c’est-à-dire l’État indien du Bengale Ouest (West Bengal, Calcutta) et la plus grande partie du Bangladesh actuels (le sud-est du Bangladesh est plutôt relié à l’Arakan birman, comme l’indiquent les monnaies du Moyen-Âge) est assez riche en documents historiques – dès quelques timides mentions de Strabon – et surtout archéologiques. De nombreux sites ont été fouillés, déjà sous le protectorat britannique et depuis dans chacun des pays : le Bengale Ouest livre annuellement d’abondantes données renouvelées (revue Pratna Shamishka et nombreuses autres publications).

La mission archéologique française qui explore le site de Mahasthan (nord-ouest du Bangladesh) depuis 1993 s’efforce de préciser les différentes phases historiques de cette région – en collaboration avec un petit groupe d’archéologues/universitaires bangladais –, et entretient d’étroits rapports avec les historiens et archéologues du West Bengal (séminaires, rencontres, publications). Ce vaste espace depuis la basse vallée du Gange jusqu’aux confins orientaux du fleuve Meghna et la région de Chittagong constitue un ensemble cohérent dans ses origines géomorphologiques et son environnement contemporain. Il en est de même a fortiori dans son occupation humaine ancienne, « préhistorique » dans plusieurs sites (même si le terme n’a pas tout à fait le même sens qu’en Occident), bien attestée dans plusieurs autres sites du Ier millénaire av. J.-C. Mais « l’histoire » de cette région ne s’épanouit vraiment qu’à la fin du millénaire, lorsque quelques inscriptions et textes un peu plus tardifs la met mieux en lumière.

Mazar, le rempart sud (2010, © Mission archéologique de Mahasthan)

L’étude de ces quelques textes et l’active recherche archéologique des deux côtés de la frontière permettent de mieux appréhender l’organisation de ces sociétés anciennes et leur fonctionnement, même si beaucoup reste à faire « hors théories ». Si les périodes les plus anciennes demeurent largement muettes (hors l’Arthaśāstra, panégyrique à la fois historique et théorique), les récentes données archéologiques permettent d’évoquer des changements importants vers les VIe-VIIe s. ap. J.-C. (modes de production et évolutions sociales), qu’on tentera d’interpréter.

La rivière Karatoya et le temple GovindaBhita (© Mission archéologique de Mahasthan)

 

Troisième séance 2017/2018 du séminaire «Sociétés en mutation» 1er décembre 2017

La troisième séance 2017/2018 du séminaire commun de l’axe C – Sociétés méditerranéennes en mutation (actualité des terrains et méthodes) aura lieu le vendredi 1er décembre 2017 – de 15h à 18h, salle Reinach, au 4e étage de la MOM.

Julien Fournier (Université de Lorraine), Thasos dans la seconde moitié du IIIe s. apr. J.-C. : la crise en question.

Répondant : P.-L. Gatier (HiSoMA)

Les fouilles de l’agora de Thasos ont fait apparaître des traces de destructions importantes, assez approximativement datées entre le milieu du IIIe s. et le début du IVe s. ap. J.-C. L’idée s’est progressivement imposée, dans l’historiographie thasienne, qu’elles avaient été causées par les Hérules, passés dans la région en 268/9. Ce raid aurait ouvert une crise grave : fin des institutions, fermeture des ateliers artisanaux, peut-être même abandon de la cité.

Un nouvel examen de la documentation archéologique, épigraphique et numismatique de cette époque mal connue de l’histoire de la cité incite à une nouvelle lecture de la « crise thasienne ».

 

 

 

 

Deuxième séance 2017/2018 du séminaire «Sociétés en mutation» 10 novembre 2017

La deuxième séance 2017/2018 du séminaire commun de l’axe C – Sociétés méditerranéennes en mutation (actualité des terrains et méthodes) aura lieu le vendredi 10 novembre 2017 – de 15h à 18h, salle Reinach, au 4e étage de la MOM.

Stephan Schmid (Humboldt-Universität zu Berlin), La structure sociale des Nabatéens et les conséquences de la conquête romaine : les témoignages archéologiques.

Répondant : P. Schneider (Université d’Artois).

À l’origine des nomades arabes, les Nabatéens – ou au moins une partie de ce « peuple » – commencent à pratiquer une vie sédentaire dans la région de Pétra au sud de la Jordanie actuelle, située assez exactement à mi-chemin entre la mer Morte et la mer Rouge, vers le début de l’époque hellénistique. L’absence d’une historiographie nabatéenne nous réduit soit à des sources écrites offrant un point de vue extérieur (sources grecques et romaines) soit aux données archéologiques pour essayer de comprendre la structure sociale des Nabatéens.

L’observation et l’interprétation de l’architecture nabatéenne amènent à croire que le noyau de cette société était formé par des groupes d’un certain nombre de personnes, avec une architecture souvent hétérotopique qui permettait aux groupes de mieux se rencontrer, mais également de mieux se distinguer de leurs pairs.

Ces phénomènes rappellent le comportement et l’architecture associatifs du monde romain et c’est peut-être pour cela que les Romains, une fois devenus les maîtres du territoire nabatéen en 106 ap. J.-C., ne semblent pas avoir prolongé et encouragé ce type de structure sociale, car les associations étaient connues pour être également les noyaux de troubles politiques.

Au cours de ce séminaire, on essaiera de regarder de près les données archéologiques et les sources écrites pour vérifier si ces interprétations sont viables.

Première séance 2017/2018 du séminaire «Sociétés en mutation» 29 septembre 2017

La première séance 2017/2018 du séminaire commun de l’axe C – Sociétés méditerranéennes en mutation (actualité des terrains et méthodes) aura lieu le vendredi 29 septembre 2017 – de 15h à 18h, amphithéâtre Descartes – ENS de Lyon.

Autour de l’ouvrage dirigé par P. Boucheron, Histoire mondiale de la France
P. Boucheron (Collège de France) – répondants : V. Chankowski (Université Lyon2, HiSoMA), J.-Fr. Chauvard (Université Lyon2, LARHRA) et J. Guilaine (Collège de France).

affiche.

 

 

Neuvième séance du séminaire « Sociétés en mutation » 7 avril 2017

La neuvième séance du séminaire commun de l’axe C – Sociétés méditerranéennes en mutation (actualité des terrains et méthodes) aura lieu le vendredi 7 avril 2017 – de 15h à 17h30.

Les temples égyptiens et leurs temenoi, des derniers pharaons aux empereurs romains : le cas de Coptos (IVe s. av. J.-C.– Ier s. apr. J.-C.)

Laure Pantalacci (Université de Lyon 2, HiSoMA)

Répondant : Jean-Charles Moretti (CNRS, IRAA)
affiche (.pdf)

Les derniers pharaons indigènes, puis les Ptolémées ont développé à Coptos une forte activité architecturale. Dans le temenos principal, le temple de Min et Isis est agrandi, on construit de nouveaux édifices secondaires. Le complexe des temples sud est entièrement rénové. Avec l’arrivée des Romains, le déclin des temples et du panthéon traditionnels se fait plus sensible. L’application d’un modèle d’urbanisme monumental nouveau dans les temenoi pharaoniques impose un changement radical d’aspect et d’usage du centre religieux. Enfin, aux Ve-VIe s., la construction, à l’ouest du site, de plusieurs monuments chrétiens remployant les matériaux de temples païens démantelés, est la dernière grande mutation actuellement observable sur le site.

Huitième séance du séminaire « Sociétés en mutation » 17 mars 2017

La huitième séance du séminaire commun de l’axe C – Sociétés méditerranéennes en mutation (actualité des terrains et méthodes) aura lieu le vendredi 17 mars 2017 – de 15h à 17h.

Comment évaluer une crise sociale ? Analyse de stratégies funéraires clivantes en Grèce ancienne

Olivier Mariaud, Université Grenoble-Alpes

Répondante : Sabine Fourrier , HiSoMA

affiche (.pdf)

L’objectif de cette présentation est de mettre en perspective les structures symboliques de certaines pratiques funéraires en Grèce ancienne, fantasmées comme les funérailles de Patrocle dans l’épopée homérique, aussi bien que réelles comme les tombes à Öpferinnen de l’Attique ou la tombe de Mégas à Samos. Ces exemples s’insèrent dans des stratégies de différenciation sociale « aiguës », qui peuvent correspondre à un moment de crise du corps social. Il s’agit de comprendre quelle histoire sociale produit et donne sens à ces stratégies clivantes, en permettant également d’identifier des grandes phases de l’histoire grecque entre 800 et 400 av. n.è.

Septième séance du séminaire « Sociétés en mutation » 20 janvier 2017

La septième séance du séminaire commun de l’axe C – Sociétés méditerranéennes en mutation (actualité des terrains et méthodes) s’est tenue le vendredi 20 janvier 2017 – de 15h à 17h.

Claire Fauchon (ENS, HiSoMA) : « Identités civique et religieuse dans l’Antiquité tardive : le cas miaphysite (Ve-VIe siècles) ».

Répondant : Alexis Charansonnet, (Université Lyon-2), historien médiéviste occidentaliste.

affiche (.pdf)

Résumé :

L’Antiquité tardive est souvent définie par le passage d’une mentalité identitaire civique à une mentalité identitaire religieuse. Les querelles théologiques ne sont pas de simples conflits religieux qui agitent uniquement les sphères du pouvoir : elles cristallisent des tensions plus profondes, sociales, politiques, culturelles et économiques.

Si, à la suite du concile de Chalcédoine (451), deux provinces (Syrie, Égypte) basculent dans l’hérésie anti-chalcédonienne ou miaphysite, il faut attendre un siècle pour l’établissement institutionnel de la nouvelle Église et à nouveau un siècle pour la fixation de l’identité miaphysite. Les caractéristiques et la construction de cette identité seront (ré)examinées en comparant les cas égyptien et syrien.

Carnet de l'axe C du laboratoire HiSoMA (UMR 5189)