15/03/2024 – Adhérer à l’imperium Romanum sans se renier. L’exemple de la Carie sous le Principat

Compte-rendu de la séance du séminaire de l’axe C du 15 mars 2024

Intervenant : Fabrice Delrieux. Répondant : Olivier Henry

par Salomé Lagraa-Grasser et Lucie Gouyon de Bona (M2 Mondes Anciens, Université Jean Moulin Lyon 3)


Fabrice Delrieux est maître de conférences à l’Université Savoie Mont Blanc. Il est spécialiste de l’histoire et de la numismatique du monde grec et romain et a publié de nombreuses études spécifiques à la Carie. Il soutient en février 1998 sa thèse sur Les monnaies des cités cariennes du bassin du Kybersos. Questions d’histoire numismatique, économique et sociale (ve-ier siècles a.C.), sous la direction de P. Debord (université de Bordeaux III). En 2014, il obtient une habilitation à diriger des recherches avec son travail sur Ἡγεμονία et Imperium entre Pont et Rome. Territoires et cités de Carie à l’époque de la première guerre mithridatique (Bordeaux Montaigne).

« Les noms des parties intérieures de la Carie ont de léclat » (Pline l’Ancien, Histoires Naturelles, XXIX, 6)

C’est en tant que numismate que F. Delrieux ouvre l’enquête, à partir d’une monnaie rare émise sous le principat de Caracalla et Philippe l’Arabe. Cette monnaie en bronze de la cité de Laodicée du Lycos représente deux femmes. Elles sont la personnification des régions de la Phrygie et de la Carie. Cette pièce est l’unique évidence d’une telle pratique pour la province d’Asie. Ce type de représentation confère une spécificité marquante aux régions concernées. Il semble évident que la Phrygie et la Carie, bien qu’ayant été intégrées rapidement à l’Empire romain, semblent avoir gardé longtemps un particularisme dont les monnaies ont gardé le souvenir. 

Laodicée du Lycos – Caracalla CNG 90, 23 May 2012, lot 1059 (AE – 44/05/51,85)

Bien que la Carie ait préservé ce particularisme, cela n’a pas entravé la démonstration, parfois vigoureuse, de la loyauté des populations locales envers Rome. Pour F. Delrieux, il est question de comprendre comment s’articule sans s’opposer cette dualité, entre revendications identitaire au travers des époques et volonté de participer au destin collectif des peuples de l’Empire romain. La compréhension de cette démarche passe par une archéologie des relations entre Rome et la Carie.

La soumission à Rome

L’intégration de la Carie à l’imperium Romanum a été datée par l’historiographie du XIXe s. en 129 av. n. è. suite à la défaite d’Aristonicos et lors de la création de la province d’Asie. F. Delrieux démontre toutefois qu’il s’agit d’une lecture erronée des sources. Les premiers documents attestant la présence de la Carie dans cette province ne remontent plus haut que les années 70 av. n. è. Dans un premier temps, Rome n’aurait effectivement contrôlé que la Carie Hydrela, zone stratégique par laquelle passe une route essentielle construite au lendemain de la guerre de succession de Pergame. C’est un verrou qui contrôle toute la Carie, le reste est laissé à des cités qu’ils peuvent compter parmi les alliés. Un schéma qui s’apparente à un « contrôle la Carie utile » pour l’imperium de la part de Rome.

La situation du Ier s. av. n. è. va évoluer différemment lors de la première guerre mithridatique entre 89 et 85 av. n. è. Certaines cités se sont opposées à Mithridate en prenant le parti de Rome (Aphrodisias, Stratonicée, Tabai et Rhodes), d’autres se sont tournées vers le souverain pontique (Caunos, Keramos), pendant que certaines suivaient le vent (Cnide, Cos), sans qu’une cohérence entre la localisation géographique des cités et leur affiliation à un camp ne puisse être perçue.

Carte de la Carie durant la première guerre mithridatique (Fabrice Delrieux)

Après la guerre, chaque cité a dû assumer ce qu’elle avait fait. Le rattachement de la Carie à la province de Rome aurait pu se faire à ce moment-là. Les cités restées fidèles à Rome sont récompensées (gratifications financières, extensions), là où les cités ayant pris le parti de Mithridate sont punies (Caunos perd sa liberté).

La Carie ne connaît pas immédiatement la pax romana décrétée en 85 av. n. è. par Sylla, du fait notamment de la pression financière et des guerres suivantes qui permirent d’éprouver la fidélité des cités. Récompensant les unes et punissant les autres d’après leur allégeance, les Romains créèrent, à la fin de la République, « an administrative patchwork »1 constitué, sous l’Empire, de cités libres, plus ou moins privilégiées, et de cités stipendiaires.

Les cités de Carie dans l’imperium Romanum

Les cités cariennes se distinguent au sein de l’imperium Romanum par la variété de situations administratives. Certaines portaient le titre prestigieux et contraignant « d’alliée et amie du peuple romain » (Alabanda, Halicarnasse). Les contreparties et contraintes étaient certes lourdes, mais la relation était très prestigieuse. Comme privilège supplémentaire certaines cités eurent le droit de frapper monnaie dans des métaux précieux, témoignage de la considération de Rome à leur égard. Mylasa, Stratonicée, Tabai et Rhodes purent ainsi frapper jusqu’au milieu du IIe siècle ap. n. è. de l’argent en plus du bronze couramment utilisé. La documentation épigraphique dit de ces cités qu’elles étaient « libre(s) et autonome(s) depuis l’origine par la faveur des Augustes »2. Ces marques de considérations n’empêchèrent pas les Cariens de tenter de briller plus que les autres auprès des Romains dans une « course aux honneurs ». Par exemple, au IIe siècle, Stratonicée et Aphrodisias se battaient pour le titre de « métropole de la Carie ».

C’est bien plus encore au travers du culte impérial que les Cariens expriment leur fidélité envers Rome. Des inscriptions témoignent de l’organisation de festivités en l’honneur des empereurs comme les Gordianeia d’Aphrodisias. C’est une démarche visible dans l’architecture même des cités, principalement sous l’impulsion de bienfaiteurs et de dignitaires locaux. Néanmoins, Christof Berns remarque que dans certains domaines, de nombreuses cités n’ont pas été sensibles à l’architecture romaine. Elles dévoilent des édifices qui pouvaient conserver leur aspect traditionnel bâti à l’époque hellénistique, illustrant l’idée d’un « habitus des habitants conservateur et replié sur lui-même ». Pour F. Delrieux il s’agit probablement un choix des populations locales qui « sans renier leur hellénisation au cours des siècles passés, veillèrent dans le même temps à se distinguer de leurs voisins ». 

Exemple d’aménagement urbain sous le Principat : temple d’Aphrodite à Aphrodisias

Le « Carian way of life » à l’époque romaine

C’est dans cette volonté de se différencier que les cités cariennes vont instrumentaliser leur mémoire, un processus qui s’ancre dans la conservation d’un certain particularisme identitaire. Certaines se revendiquent comme un peuple « autochtone » (comme les Stratonicéens au IIe s. ap. n. è.), d’autres insistent en revanche sur leur antique parenté avec les Crétois (comme les Cauniens aux Ve et Ier s. av. n. è.). Cariens et Grecs ne sont pas semblables, bien au contraire : ces derniers considèrent les premiers comme des barbares depuis Homère. Encore au Ier s. av. n. è., Diodore de Sicile les voit comme tels. Chez les Grecs, c’est un topos littéraire : la figure du Crétois est celle du menteur3. Sans compter que, sous l’Empire, les cités de Carie conservent encore des aspects uniques malgré l’influence de l’hellénisme qui avait été encouragée par les satrapes hécatomnides du IVe s. av. n. è. et les successeurs d’Alexandre le Grand à l’époque hellénistique.

Plus généralement, les cités de Carie n’ont jamais pu être un ensemble autonome, capable de promouvoir une identité commune, contrairement au puissant koinon lycien. Néanmoins, la Carie était un territoire bien délimité et connu : même après son intégration dans la province d’Asie, la région continua de conserver son nom, signe d’une identité forte et assumée.

Un autre élément clé de l’identité est la langue carienne, dont l’existence est confirmée par des inscriptions jusqu’au IIIe s. av. n. è., mais qui perdure à l’oral jusqu’au début de l’Empire. Ces spécificités se remarquent dans les toponymes et dans les anthroponymes cariens qui perdurent jusqu’au Ier s. de n. è. Les raisons de ces usages tardifs restent obscures. Ils peuvent résulter d’une survivance authentique ou bien d’une volonté de se distinguer des noms grecs.

Cette volonté d’afficher ses différences est également lisible dans le domaine religieux. Des divinités aux épiclèses très marquées, rites et statues montrent des origines indigènes évidentes. La survivance de ces images archaïsantes du même type que les xoana serait liée, selon Alfred Laumonier, aux reliefs tourmentés de la Carie. Les dieux cariens seraient alors mis à l’abri des contacts étrangers. Nous trouvons par exemple les traces d’une Artémis Klindias de la cité de Bargylia sur les statues et les monnaies, avec bras cachées sous la poitrine, elle semble indigène et n’est pas chasseresse. Ces cultes faisaient l’objet d’une abondante littérature, malheureusement aujourd’hui perdue, seules survivent quelques traces iconographiques4.

Ier s. av. n. è, n°3857. Musée archéologique du Pirée, Grèce

Entre particularismes locaux et fidélité à l’Empire : une révision des interactions entre Rome et la Carie

Les cités ont su utiliser à leur avantage le système de récompense de l’imperium Romanum pour se développer, tout en gardant des particularismes régionaux. Malgré sa volonté d’intégrer l’Empire, c’est aussi une région qui n’a jamais cédé son identité propre. Il y a en effet une conscience des spécificités de l’identité carienne qui se ressent au travers de l’onomastique, de l’épigraphie, de la littérature, de la religion et de la numismatique. Alain Bresson souligne que pendant l’époque romaine, une conscience régionale a émergé au sein de l’hellénisme et de l’Empire romain, résultant de la disparition de l’identité ethnique basée sur la langue et les cultes spécifiques. Cela s’est produit sans qu’il n’y ait une tentative de ressusciter un passé carien regretté.

Cette piste a été poursuivie par Olivier Henry, répondant et professeur d’Archéologie grecque à l’Université Lyon 2, qui a notamment rebondi sur le cas du Zeus grec devenant Zeus anatolien à Labraunda. Cette dynamique serait l’illustration d’un retour identitaire lors des Ier et IIe s. de n. è. Faveur à l’hellénisme ou faveur à l’indigénat, les cités sont invitées à vouloir se démarquer par leur ancienneté, une preuve certaine de leur légitimité. Ainsi, dans le domaine religieux sont notées des évolutions dans l’iconographie des divinités avec l’apparition d’attributs plus anciens. Le Zeus de Labraunda a été mis à l’honneur, ouvrant le débat entre le conférencier et le répondant, dans le contexte carien, sur « l’archaïsation » ou « l’anatolisation » de cet héritage hellénique.


  1. Gary Reger, 2007, §13 ↩︎
  2. Notamment pour Aphrodisias : IK, 12-Ephesos 233 ↩︎
  3. Dans l’Odyssée, Ulysse se revendique comme Crétois lorsqu’il raconte ses aventures à Alcinoos, roi des Phéaciens. Odyssée XIII, v. 1-38 ↩︎
  4. Notamment avec le mythe d’Arsélis, qui aurait vaincu le roi de Lydie, Candaule, et aurait pris sa hache pour l’utiliser dans l’ornement de la statue de Zeus Labraundos qu’il avait fait ériger. Il est possible que des pièces de monnaie de Mylasa de lépoque de Marc Aurèle aient commémoré cet événement. ↩︎

Carnet de l'axe C du laboratoire HiSoMA (UMR 5189)

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search