26/01/2018 – Les sociétés du Bengale

Compte rendu du Séminaire HiSoMA Sociétés méditerranéennes en mutation – Séance du 26 janvier 2018

Par Jillian Akharraz, Master 2, Université Lyon 2

Les sociétés du Bengale : changement des modes de production et conséquences sociales 

Intervenant : J.-Fr. Salles (CNRS, HiSoMA) ; répondant : E. Thirault (Université Lyon 2, Archéorient)

© Toutes illustrations : Mission de Mahasthan, J.-Fr. Salles

1. La rivière Karatoya, près de Mahasthan

La mission archéologique française au Bangladesh essaie de mieux comprendre les sociétés du Bengale antique, en concentrant spécialement ses travaux sur une cité : Pundranagara (Mahasthan). Du IVe s. av. J.-C. au Ve s. ap. J.-C., il y a eu deux grands empires qui sont plus ou moins bien renseignés par les sources et l’archéologie : celui des Maurya (321-187 av. J.-C) d’abord, puis s’ouvre une période très mal connue nommée Sunga, et enfin l’empire de la dynastie Gupta (323-Ve/VIe s. ap. J.-C.). La période qui suit l’effondrement généralisé de la domination Gupta, vers la fin du VIe s. au Bengale, s’avère l’une des plus mal connues dans l’histoire de l’Inde. Les sources documentant cette période sont rares jusqu’au milieu du VIIIe s. ap. J.-C. et l’arrivée au pouvoir, après une période confuse, de Gopala. Il est le fondateur de la dynastie Pala qui s’épanouit jusque vers le XIIsiècle. La communication visait à se concentrer sur cette période trouble des VIe-VIIIe siècles, considérée dans l’historiographie traditionnelle comme une période d’anarchie, de conflits, sans pouvoir central et sur les changements qu’on peut y rapporter.

Jean-François Salles revient sur le titre de son intervention et sur la mention de « modes de production ». L’historiographie indienne (après l’indépendance en 1947) s’est égarée, au début, dans des conflits nationalistes et marxistes. S’il est difficile de trouver le terme de « changement de modes de production » dans la terminologie utilisée par les historiens indiens, le débat a souvent porté sur l’organisation de la société et notamment sur l’existence ou non d’un féodalisme indien. Jean-François Salles se place dans un perspective d’étude qui, tout en s’éloignant de ces querelles, veut étudier l’évolution humaine et politique de la période post-Gupta à la période Pala. Conscient de l’influence de l’environnement sur les populations et leur organisation politique, il présente d’abord les données géographiques et écologiques du Bengale pour replacer l’étude des mutations dans leur cadre naturel.

Un problème se pose lorsque l’on veut reconstituer l’histoire de Pundranagara/Mahasthan car aucun indice archéologique sûr ne permet de faire remonter son existence avant la fin du IVe s. av. J.-C. De plus, la phase Gupta, pourtant brillante, n’apparaît pas dans la stratigraphie des fouilles du « Rempart est ». La ville est cependant citée par un pèlerin chinois, Xuanzang, au VIIe s. ap. J.-C. Il a décrit la beauté et la richesse de la ville et de ses terres agricoles. La ville antique de Pundranagara est citée une fois dans une inscription du IIIe s. av. J.-C. et au IVe s. ap. J.-C. Après cette date, elle n’est plus nommée jusqu’au XIIe siècle. Elle prendra le nom de Mahasthan, c’est-à-dire la « grande place », dans le courant du XIIe s. ap. J.-C. Alors que plusieurs sites du Bengale occidental ont livré des traces d’occupation dès l’époque néolithique, on ne retrouve rien avant le IVe s. av. J.-C. à Pundranagara/Mahasthan. On remarque cependant que les sites d’occupation ancienne sont localisés essentiellement sur les hauteurs, à l’abri des mouvements tectoniques et des changements de lit des nombreux cours d’eau qui jalonnent la plaine gangétique.

En effet, et c’était une partie importante de la communication qui a été relevée lors des discussions, l’étude du paléo-environnement est ici primordiale. Elle comprend l’examen des sols, de l’hydrographie[2] et des paysages. Le Bangladesh est situé dans le delta plat et bas formé par la confluence du Gange et du Brahmapoutre. Les alluvions déposées par ces fleuves créent des plaines qui sont parmi les plus fertiles du monde. Le Bangladesh possède 58 cours d’eau. La plus grande partie de la côte maritime est constituée de jungle marécageuse, les Sundarbans, la plus grande forêt de mangrove du monde. Les catastrophes naturelles, telles que les inondations, les cyclones et les raz de marée touchent le pays pratiquement tous les ans. Le phénomène d’inondation est accentué par la déforestation des pentes de l’Himalaya, par la forme en entonnoir du golfe du Bengale, par le relief de plaine du pays, par son hydrographie (plus de 90 % est occupé par un delta) et par le réchauffement climatique.

2. Carte hydrographique et tectonique du Bangladesh

Des sources mogholes du XVIe siècle font état d’une rivière, la Karatoya, qui passait près du site de Pundranagara. D’après leur description, elle était comparable au Gange. Ce dernier a déversé près d’un milliard d’alluvions, une masse de remblai énorme. La zone alluviale du Gange atteint 1500 m pour le Quaternaire. La tectonique rémanente et le climat font que beaucoup de rivières ont bougé. Du temps de Pline, il y avait cinq bouches du Gange ; aujourd’hui il y en a deux. Enfin, Jean-François Salles souligne l’importance du tracé de la côte et des changements intervenus au cours des siècles. Le tracé de la côte à l’époque de Ptolémée n’était certainement pas celui d’aujourd’hui. On commence à en avoir une idée grâce aux travaux conjoints d’une équipe américaine et d’un géologue bengalais. Les premiers résultats font état d’une progradation de la côte depuis les 5000 dernières années. Une carte portugaise montre Dacca, la capitale actuelle, près d’un golfe ! Les zones nouvellement asséchées sont occupées progressivement après leur désalinisation. On connaît par une source chinoise puis locale une ville portuaire antique du nom de Tamluk, probablement l’actuelle Tamralipti au sud de Calcutta. Ce port est mentionné dès le IIIe s. av. J.-C. et jusqu’au milieu du VIe s. ap. J.-C. Les sources grecques (en particulier le Périple de la mer Érythrée) mentionnent un autre port, Gangè, sans doute l’actuelle Chandaketugar. Il est possible qu’avant le IVe s. av. J.-C., Mahasthan ait été dans une zone amphibie, qui a ensuite été asséchée et désalinisée.

3. Carte des villes du Bangladesh
4. Carte portugaise du golfe du Bengale, XVIe siècle

Les traces archéologiques de la période Gupta sont rares dans les deux Bengale (West Bengal indien et Bangladesh). Seules deux statues ont pu être identifiées, et le matériel spécifiquement Gupta est très peu nombreux. À Mahasthan ce sont les niveaux d’occupation de la période Sunga qui sont les plus riches. De manière générale, la période Gupta est mal documentée au Bengale, alors qu’il n’en est pas de même pour le reste de la vallée du Gange. Nous savons, d’après les inscriptions, que la première capitale Gupta était à 11 jours du Bengale et que la cour était itinérante : on trouve, en effet, fréquemment la mention « du camp du roi » [3].

Quels changements sont donc perceptibles aux Ve-VIIIe s. ap. J.-C. ? Il y a tout d’abord de nouvelles sources écrites, avec les copper plates. La plus ancienne est en effet datée approximativement du Ve s. ap. J.-C. Ce sont des plaques de cuivre, émises le plus souvent par le souverain ou par des gouverneurs, sur lesquelles sont inscrits des contrats, généralement des dons de terres, le plus souvent à des institutions religieuses qui font travailler des paysans. Elles peuvent être très descriptives et elles mentionnent la présence de nombreux témoins, citant le nom du roi jusqu’à celui du chef de village. Elles permettent de mieux connaître l’organisation de la société et de la vie agricole. Elles montrent que la région est, suivant la période, dominée par une ou plusieurs dynasties locales. Il reste cependant difficile de comprendre tous les enjeux territoriaux et les changements de domination. La plus ancienne copper plate a été trouvée dans le nord du Bangladesh ; plus l’on va vers le sud, plus leur datation est tardive. J.-Fr. Salles avance l’hypothèse qu’il existe un lien avec l’assèchement et la désalinisation de nouvelles terres.

Deuxième indice de changement, un accroissement sensible de population est perceptible dans la multiplication des sites datant de cette période ainsi que dans les sources qui signalent la migration de populations.

Troisième indice, enfin, on assiste à un développement de l’urbanisation, manifeste notamment dans l’essor de l’artisanat et du commerce. Ce dernier point invite à relativiser l’idée d’anarchie politique traditionnellement associée à cette période puisque le bon fonctionnement du commerce nécessite l’existence d’un pouvoir suffisamment stable et fort pour être capable d’entretenir les routes.

E. Thirault revient, en introduction de la discussion, sur l’expression « modes de production » et sur la prégnance de l’idéologie marxiste sur une certaine historiographie post-coloniale.

Le premier thème abordé est celui de la cartographie et de la paléo-géographie, dont l’importance est soulignée. Toute cette vaste zone est mouvante, changeante, et la réflexion se doit de tenir compte de ces évolutions. Une question porte sur l’existence de frontières, et de zones d’influences disputées. J.-Fr. Salles souligne que la région a toujours été en contact à la fois avec l’Orient (jusqu’à la Chine) et l’Occident (jusqu’au monde gréco-romain). Diverses communautés ont joué le rôle d’intermédiaires permettant la circulation des gens, des biens et des savoirs. Ainsi, le bombyx (ver à soie) est entré au Bengale depuis la Chine dès le IIIe s. av. J.-C. Les changements récents de l’environnement posent également la question de la conservation différenciée des sites : tous ne sont peut-être plus visibles et la sous-représentation de certaines périodes pourrait être liée à des problèmes de conservation. En revanche, l’existence de reliefs forts explique le maintien, jusqu’à nos jours, de routes commerciales et de voies de communication passant par les mêmes points.

Une autre série de questions a porté sur l’urbanisation et son lien avec l’évolution politique. On est notamment revenu sur l’artisanat, et sur le rôle du rempart, ainsi que sur les relations entre la ville et les campagnes environnantes. D’autres facteurs que l’accroissement de la population peuvent ainsi expliquer le développement des sites : un pouvoir moins centralisé, un étalement spatial de l’occupation lié à des changements sinon dans les modes de production, du moins dans la façon d’exploiter la terre et dans l’organisation de la société… La question de la conquête de nouvelles terres agricoles (que reflèterait la distribution spatio-temporelle des copper plates) a été évoquée : quel était le statut de ces nouvelles terres ? Le mouvement de conquête était-il spontané ou organisé par le pouvoir politique ? Un rapprochement est fait avec les shores actuels : ces bouts de terre qui émergent des fleuves et sur lesquels s’installent des populations, souvent démunies.

L’apparition de nouvelles sources (en l’occurrence les copper plates) et la validité de ce fait comme marqueur de changement sont discutées : s’agit-il forcément d’une pratique nouvelle, signalant un changement dans la société, ou d’une pratique ancienne qui devient visible (parce qu’on a changé, par exemple, de support d’enregistrement) ?

Enfin, on pose la question de l’islamisation du site, des sources qui la renseignent et de sa date. J.-Fr. Salles indique qu’elle a vraisemblablement eu lieu au début du XIIIe siècle, mais elle n’est documentée que par une légende.

Pour aller plus loin …

M.-Fr. Boussac, V. Lefèvre (éds), Chefs-d’œuvre du delta du Gange, Collections des musées du Bangladesh, RMN, Paris, 2008.

J.-Fr. Salles, Mahasthan I, Pundranagara cité antique du Bengale, Brepols, 2007.

Mots-clés : paléo-environnement – hydrologie

[1] Fiche personnelle : http://www.ifporient.org/jean-francois-salles

[2] L’étude et la description des cours d’eau et des étendues d’eau qu’on peut observer à la surface de la terre ou dans le sous-sol.

[3] G. Sengupta, « L’archéologie du Bengale occidental : un aperçu », in M.-Fr. Boussac, V. Lefèvre (éds), Chefs-d’œuvre du delta du Gange, collections des musées du Bangladesh, RMN, Paris, p. 31-33.

Carnet de l'axe C du laboratoire HiSoMA (UMR 5189)