25/01/2019 – L’évolution de l’écriture à Chypre à la fin de l’époque chypro-classique

Compte rendu du séminaire HiSoMA Sociétés méditerranéennes en mutation – séance du 25 janvier 2019

Par Agnieszka Halczuk, doctorante à HiSoMA, Université Lyon 2 et Patricia Bou Perez, doctorante à Archéorient, Université Lyon 2

L’évolution de l’écriture à Chypre à la fin de l’époque chypro-classique : modes d’intégration de la société insulaire au nouvel ordre hellénistique

Intervenante : Agnieszka Halczuk, doctorante à HiSoMA, Université Lyon 2 ; répondante : Patricia Bou Perez, doctorante à Archéorient, Université Lyon 2


Fig. 1 – Inscriptions syllabique et alphabétique mentionnant le roi Nicoclès © Département des Antiquités de Chypre/cliché A. Halczuk

Cette séance du séminaire a été la première animée par des doctorants. Elle se concentrait sur la période de transition à Chypre à la fin du IVe et au début du IIIe siècle av. J.-C. Les inscriptions de cette période ont été utilisées pour étudier les changements politiques et culturels à Chypre au cours des luttes entre les Diadoques et lors du début du pouvoir lagide.

La communication commence par la définition de termes principaux propres aux études chypriotes. Il s’agit de cités-royaumes et du syllabaire chypriote.

Fig. 2 – Cités-royaumes de Chypre (réal. auteur)

Les cités-royaumes sont des États autonomes entre lesquels l’île était divisée au moins du VIIIe siècle av. J.-C. à l’intégration de l’île dans le royaume lagide, soit à la fin du IVe siècle av. J.-C. La question des frontières a toute de suite suscité l’intérêt de la répondante, Patricia Bou Perez qui a demandé quelles sources permettent de retracer les limites des territoires de chaque royaume. La réponse est assez décevante. Les sources sont silencieuses en ce qui concerne les étendues des royaumes. Parfois la distribution du matériel culturel ou épigraphique permet de mieux comprendre cette question (des variantes régionales de l’écriture ainsi que productions coroplastiques ou céramiques indiquent parfois des zones pouvant éventuellement correspondre aux territoires des royaumes). Les limites visibles sur les cartes demeurent donc uniquement théoriques.

L’exposé se poursuit avec la présentation des sources épigraphiques et numismatiques qui nous renseignent sur la question du développement des cités-royaumes et leurs souverains. Le document le plus ancien attestant l’existence de ces entités autonomes a été gravé sur le prisme d’Esarhaddon, le roi assyrien au début du VIIe s. av. J.-C. L’inscription cunéiforme indique que dix royaumes existaient au VIIe siècle av. J.-C.

Fig. 3 – Prisme d’Esarhaddon, exemples de monnaies de Paphos et inscription royale de Nicoclès © Trustees of the British Museum et Institute of Historical Research. National Hellenic Research Foundation

À l’époque des royaumes, le chypro-syllabique était le système d’écriture principal à Chypre. Ce système d’écriture est formé d’un maximum de cinquante-six signes avec des variantes locales plus ou moins significatives. Chaque syllabe correspond à une valeur phonétique. Les séquences obtenues peuvent être traduites par le grec sous la forme du dialecte arcado-chypriote.

Quatre siècles après le premier témoignage écrit de l’existence de royaumes à Chypre, le morcellement politique de l’île est encore visible dans les sources littéraires, épigraphiques et numismatiques. La division de l’île en plusieurs entités politiques se précise chez les auteurs anciens au gré des événements mettant en scène les rois chypriotes. C’est en particulier à l’occasion du siège de Tyr en 332, puis des luttes entre les Diadoques que les rois chypriotes apparaissent. D’après les sources littéraires, les rois de Salamine, de Kition, d’Amathonte, de Kourion, de Paphos, de Marion, de Soloi, de Lapéthos et de Keryneia sont présents sur la scène politique vers le dernier quart du IVe siècle av. J.-C.

Stratégies royales

Fig. 4 – Lieux de découverte d’inscriptions de Nicoclès (réal. auteur)

Après cette courte introduction, le sujet des transformations à Chypre est abordé. Tout d’abord on présente les stratégies politiques et identitaires développées par les rois au cours cette période qui connaît de nombreux bouleversements. L’exemple de Paphos fournit des indications précieuses à ce sujet. Des dédicaces du dernier roi paphien, Nicoclès, ont été découvertes dans des sanctuaires éloignés de la capitale. Il semble que le dernier monarque paphien ait voulu baliser non seulement les frontières de son territoire mais aussi des endroits où se trouvaient des ressources naturelles importantes. Aux alentours d’Ayia Moni, au pied du massif de Troodos, se trouvaient des mines de cuivre. Le nouvel établissement à Néa Paphos était important d’un point de vue économique et militaire. L’aqueduc dont le point de départ se trouvait à Tala approvisionnait la nouvelle capitale du royaume paphien en eau. À l’Ancienne Paphos se trouvait le sanctuaire principal, le lieu d’affichage privilégié des inscriptions royales à la fin du IVe siècle av. J.-C. Ainsi, chaque lieu de découverte d’inscriptions de Nicoclès revêt une certaine importance soit économique, soit culturelle et identitaire.

Une autre stratégie identitaire développée par les rois consistait à adapter et adopter des mythes de fondation de leurs royaumes. Ces mythes ont permis d’élaborer une identité qui leur permettait de se prévaloir d’un passé considéré comme héroïque. En outre, les mythes de fondation légitimaient l’appropriation du territoire. Nicocréon, le dernier roi de Salamine, a souligné son ascendance argienne qui est par ailleurs la même que celle d’Alexandre le Grand. Le lien mythique entre Argos, Pélops et Éaque inscrivent donc Salamine dans le nouvel ordre établi par Alexandre. Nicoclès de Paphos se présente comme un descendant de Kinyras, le roi mythique de Chypre. Considérant Kinyras comme son ancêtre, Nicoclès s’est approprié les traditions mythiques locales et le droit d’étendre son pouvoir sur toute l’île. Il est à noter que la même politique a été déjà introduite par Evagoras de Salamine qui a considéré Kinyras comme son ancêtre.

La fin du IVe siècle av. J.-C. se caractérise également par une multiplication des inscriptions royales qui sont connues pour les royaumes d’Amathonte, de Paphos et de Soloi.

Fig. 5 – Les inscriptions royales digraphes et bilingues de Paphos, de Soloi et d’Amathonte (à gauche : © Institute of Historical Research. National Hellenic Research Foundation, en haut à droite : © Bank of Cyprus Cultural Foundation ; en bas à droite Hermary, Hellmann 1980, fig. 83)

Il est à noter que les rois ont fait l’effort d’élaborer les inscriptions digraphes pour Paphos et Soloi et digraphes et bilingues pour Amathonte. De cette manière, ces documents manifestant la légitimité et la souveraineté de leur pouvoir étaient compréhensibles à la fois pour la communauté locale et étrangère.

Abolition des cités-royaumes – cadre historique

L’exposé aborde ensuite le moment décisif pour l’histoire de Chypre qu’est la fin de l’époque classique : l’abolition des royaumes autonomes. L’expédition d’Alexandre le Grand en Orient, surtout sa victoire à Issos en 332 av. J.-C.,a permis de libérer Chypre de la domination perse. En 332 av. J.-C.,les rois de Chypre ont donc fait allégeance à Alexandre le Grand et certains souverains insulaires l’ont même soutenu avec leurs flottes. Après la mort d’Alexandre en 323 av. J.-C., Chypre est devenue un territoire d’enjeux importants pour ses généraux. Nicoclès s’est joint aux rois de Salamine, de Soloi et d’Amathonte pour s’allier à Ptolémée, alors satrape d’Égypte, contre Perdiccas, représentant officiel du royaume macédonien, auquel venaient de s’allier Marion, Kition, Lapéthos et Keryneia. Les royaumes qui avaient pris le parti d’Antigone sont ensuite assiégés par les forces de Ptolémée. Le territoire des cités-royaumes défaites fut offert au roi de Salamine Nicocréon qui est également nommé stratège par Ptolémée. Les cités-royaumes sont alors abolies et Chypre est unifiée pour la première fois sous la tutelle d’une puissance extérieure.

Conséquences

La partie suivante de la présentation est consacrée aux conséquences de la suppression des cités-royaumes. Une de répercussions les plus importantes, dans le domaine de l’écriture, est le passage du syllabaire à l’alphabet grec. Le matériel épigraphique de la période de transition peut être un des indicateurs du mode d’intégration de la société dans le nouvel ordre politique et des stratégies développées par les derniers rois chypriotes. Les inscriptions ci-dessous illustrent bien cette problématique. Toutes les trois datent du IVe siècle av. J.-C. et proviennent de Paphos : la première est rédigée en syllabaire, la deuxième est digraphe et la troisième alphabétique.

Fig. 6 – Différentes étapes du changement de l’écriture à Paphos (Masson, Mitford 1986, pl. XXIII et © Institute of Historical Research. National Hellenic Research Foundation)

L’intention d’utiliser l’alphabet peut résulter de son prestige et de son importance en tant que système d’écriture utilisé par le nouveau pouvoir. On observe donc avec la coexistence des deux systèmes d’écriture syllabique et alphabétique une double identité chypriote et grecque dans l’île déjà avant la fin des royaumes autonomes.

Forte identité culturelle – derniers exemples d’inscriptions syllabiques

Fig. 7 – Inscription sur un plat de Kafizin © Institute of Historical Research. National Hellenic Research Foundation

La question des dernières inscriptions syllabiques occupe une place particulière de l’exposé. Les attestations les plus récentes de cette écriture datent du IIe et du Ier siècle av. J.-C. Il s’agit notamment de trois exemples : des empreintes de sceaux de la Nouvelle Paphos, des inscriptions sur la céramique de Kafizin et d’un graffite incisé sur une monnaie de Ptolémée découverte en Cilicie. Ces témoignages montrent que le syllabaire a survécu sporadiquement au-delà de la fin du IIIe siècle av. J.-C. Le syllabaire paphien n’était plus connu à cette époque à en juger par l’utilisation systématique des signes du répertoire commun sur les sceaux paphiens. Au cours de cette époque tardive l’écriture a eu vraisemblablement plutôt une valeur symbolique, profondément enracinée dans la culture insulaire.

Continuités et ruptures sous le règne du Ptolémée I Sôter

La dernière partie de cette intervention a été consacrée à la question des continuités et des ruptures au moment de la prise du pouvoir par Ptolémée.

Les inscriptions du IIIe siècle av. J.-C. sont incisées sur les mêmes types de supports que celles des époques précédentes. Les bases de statues, les autels, les blocs maçonnés et les dalles servent le plus souvent de support d’écriture. Cependant, il existe des catégories d’objets fabriqués en calcaire à l’époque des royaumes qui sont attestés en marbre désormais. C’est le marbre local qui commence à être utilisé pour la première fois pour fabriquer des monuments. Dès le début du IIIe siècle av. J.-C., on observe l’apparition de nouveaux types d’inscriptions. Les inscriptions honorifiques deviennent nombreuses. Elles ne sont pas attestées au cours de l’époque des royaumes

Fig. 8  – Même types de supports à l’époque des royaumes et à l’époque hellénistique (en haut à gauche : © Trustees of the British Museum, à droite : ICS, pl. VI ; en bas à gauche : Cayla 2018, fig. 90, à droite : © Trustees of the British Museum)

La mise en place de l’administration lagide a impliqué la création de nouvelles fonctions. On voit apparaître de hauts fonctionnaires étrangers, appointés par le pouvoir lagide. Mais certaines élites locales parviennent à se maintenir, comme le montrent notamment les sources phéniciennes. 

Les continuités et ruptures entre l’époque des royaumes et l’époque hellénistique peuvent être également observées sur le plan religieux. Très peu de sanctuaires peuvent être considérés comme créés ex nihilo par les premiers Lagides. L’étude de Giorgos Papantoniou a permis de constater que 74 sanctuaires péri-urbains ont été maintenus depuis l’époque chypro-classique. Ces téménè ont sans doute constitué un lieu important d’affichage du pouvoir par les élites.

Fig. 9 – Autel en honneur d’Arsinoé (Mitford 1961, pl. I)

Le début du règne du Ptolémée est donc marqué par de nombreuses continuités en ce qui concerne la religion. Cependant, Ptolémée II a introduit un culte nouveau, celui de la reine Arsinoé. Les inscriptions en son honneur apparaissent sur plusieurs autels portatifs. Arsinoé a été associée à Aphrodite à Chypre, ce qui a assuré la popularité de son culte. De plus, elle était la déesse protectrice des marchands et des marins. Son culte s’est diffusé partout autour de la Méditerranée.

Conclusions

On constate que sous l’impulsion du gouvernement gréco-macédonien, la société chypriote connaît de nombreux bouleversements politiques, culturels et religieux. Le territoire est désormais administré comme un ensemble, ce qui contraste avec les entités régionales et leur identité marquée qui existaient jusqu’alors. La culture hellène s’enracine également dans les mœurs insulaires. Cette mutation se manifeste notamment par le remplacement officiel du syllabaire chypriote par l’alphabet grec à la fin du IVe siècle av. J.-C. De nombreuses continuités peuvent également être observées, notamment dans le domaine religieux. En outre, il semble que les élites locales ont élaboré des stratégies leur permettant de participer au pouvoir. Ainsi, Chypre constitue un observatoire privilégié d’une longue transition depuis la conquête d’Alexandre jusqu’à la véritable mise en ordre lagide. 


Discussion

La séance se poursuit avec la discussion qui se concentre particulièrement sur des parallèles concernant la prise du pouvoir étranger sur un territoire, les stratégies diplomatiques et identitaires développées par des souverains locaux ainsi que sur la question de l’épigraphie. Patricia Bou Perez présente de nombreuses questions et parallèles intéressants.

P. Bou Perez : Comment expliquer la direction de l’écriture à Paphos qui s’oppose à celle du reste de Chypre ?

A. Halczuk : Il semble que la direction dextroverse à Paphos s’explique par la continuité de la tradition écrite dans cette cité-royaume. Le prédécesseur de l’écriture chypro-syllabique, le chypro-minoen, était dextroverse. Grâce à la documentation existante, il est possible d’observer à Paphos une continuité et une transition entre les deux syllabaires. Les inscriptions de l’Âge du Fer montrent que non seulement la direction dextroverse caractéristique du chypro-minoen mais aussi plusieurs signes du répertoire de cette écriture ont été retenus.

P. Bou Perez : Concernant les stratégies de légitimation des rois chypriotes, on observe des méthodes similaires de la part des conquérants ou des « nouveaux arrivants » pour se légitimer sur un territoire tout au long de l’histoire. La religion (le lien privilégié entre le roi et la divinité ou l’insertion du personnage du roi dans des mythes) a été un outil très récurrent de légitimation. À ce sujet, je voudrais présenter un exemple du Proche-Orient ancien concernant la période d’Ur III (XXIIe-XXIe siècles av. J.-C.) – début de la période paléo-babylonienne (XXIe-XVIe siècles av. J.-C.). Il s’agit de cas des Amorrites, gens de l’ouest. On observe l’inclusion d’un dieu nommé « MARTU » ou encore « Amurru » en akkadien dans le cosmos religieux de la période d’Ur III. Ce dieu représentait les Amorrites et il est tout à fait une image de la réalité de cette époque qui se caractérise par la présence importante des Amorrites en Mésopotamie. Cependant, on notera que dans certains sources littéraires, notamment dans Le Mariage de Martu, les Amorrites sont décrits comme une horreur pour les dieux parce qu’ils s’habillent en cuir, ils ne savent pas réciter correctement les prières, ils ne connaissent pas les temples, et ils mangent de la viande crue. Tout cela aidait à créer une image négative de ces « gens de l’ouest » parmi la population habitant la Mésopotamie, au moins des populations qui n’étaient pas encore installées en Mésopotamie et dont le mode de vie différait de celui des Mésopotamiens.

Ces peuples amorrites qui n’étaient pas encore établis en Mésopotamie ont essayé de s’y infiltrer. Malgré les efforts de la troisième dynastie d’Ur, par exemple la construction d’un mur pour se séparer d’Amorrites, les nouveaux arrivants ont finalement réussi à s’installer en Mésopotamie en établissant également diverses dynasties dans différents royaumes tels que Babylone. Ainsi, c’est à partir de l’installation des Amorrites en Mésopotamie, ou même un peu avant, cf. A Shir-gida to Martu, que la perception de ce nouveau peuple commence à changer peu à peu. À la suite de l’intégration des Amorrites parmi la population mésopotamienne dans certains royaumes, le dieu Amurru ou MARTU a été créé et introduit dans le monde symbolique suméro-akkadien. Dans un premier temps ce dieu faisait référence à la nouvelle réalité de l’époque, mais peu à peu il a été accepté jusqu’à perdre en grande partie ses connotations négatives. Cela reflète une façon de légitimer l’installation et la prise du pouvoir par les Amorites. Les royaumes mésopotamiens ont accepté et normalisé la présence d’Amurru ou MARTU parmi le panthéon local.

Cette infiltration des Amorrites en Mésopotamie ainsi que la chute d’Ur III ont marqué également un changement linguistique de manière plus ou moins définitive : l’akkadien a fini par se substituer au sumérien. Néanmoins, certains sumérogrammes ont survécu et le sumérien a pu survivre pendant un certain temps comme une langue du culte, comme a pu l’être le latin après sa disparition après sa disparition comme langue d’usage.

D’un autre côté, je dois également mentionner les listes royales. De la même manière, ces listes ont joué un rôle important dans la légitimation du pouvoir.  Ainsi, par exemple, les souverains d’Isin ou encore ceux de Larsa ont ajouté leurs noms sur les listes royales sumériennes avec cette intention de légitimation et de se présenter face à la population comme les descendants de la période antérieure. En outre, on peut souligner le cas des souverains néo-assyriens, qui ont créé une liste royale pour établir leur filiation avec le père de Samsî-Addu, le roi du Royaume de la Haute Mésopotamie (période paléo-babylonienne) : ils se disaient ainsi successeurs de son royaume et, en conséquence, rois légitimes.

Dans le Proche-Orient ancien on observe aussi parfois des changements au niveau des formes d’expression qui reflètent un changement culturel. Ce phénomène peut être illustré par la prolifération des kudurru babyloniens à l’époque kassite. Il s’agit de bornes marquant les frontières ou les limites d’une propriété. Ces kudurru sont tout à fait typiques de cette époque. 

A. Halczuk : À Chypre les bornes de frontières ne sont pas attestées à ce jour. Cependant, il semble que les sanctuaires ont pu jouer le rôle de marqueurs de territoires. Ces lieux étaient également importants d’un point de vue économique. C’est probablement grâce à ces différentes fonctions que les sanctuaires de frontière se maintiennent au cours du IIIe siècle av. J.-C., époque à laquelle les frontières entre les royaumes n’existaient plus.

Fig. 10 – Kudurru datant de la fin de la période kassite (Creative commons)

P. Bou Perez : Est-ce que Ptolémée I Sôter a installé des garnisons après avoir conquis Chypre pour stabiliser la zone ? Ou, au contraire, les villes chypriotes ont bien accueilli le nouveau pouvoir et, donc, cela n’a pas été nécessaire ?

A. Halczuk : L’entrée de Chypre dans le dispositif géopolitique des Ptolémées représente un renversement fondamental de perspective pour les cités chypriotes, réunies pour la première fois sous l’autorité d’une puissance étrangère. Au contrôle indirect traditionnellement exercé par les Grands Rois de Perse qui leur assurait une autonomie encore effective du temps d’Alexandre, se substitua, dès le début du IIIe siècle av. J.-C., l’autorité directe des rois d’Alexandrie. La présence lagide à Chypre de la fin du IIIe siècle av. J.-C. au troisième quart du Ier siècle av. J.-C. se caractérise donc par une occupation militaire de l’île, l’omniprésence des représentants du pouvoir royal dans les cités, le développement de la représentation honorifique et l’émergence d’un culte royal lagide. Le pouvoir lagide contrôlait donc tous les aspects de la vie politique et culturelle à Chypre.


Bibliographie indicative

Beaulieu, P.A. (2005), « The God Amurru as Emblem of Ethnic and Cultural Identity », dans W.H. Van Soldt et al. (éds), Ethnicity in Ancient Mesopotamia. 48e Rencontre Assyriologique Internationale, Leiden, July 1-4, 2002 (PIHANS 102), Leiden, p. 31-46.

Charpin, D. (2004), « Histoire Politique du Proche-Orient Amorrite (2002-1595) », dans D. Charpin et al. (éds.), Mesopotamien. Die altbabylonische Zeit, Fribourg, p. 25-480.

Cayla J.-B. (2018), Les Inscriptions de Paphos. La cité chypriote sous la domination lagide et à l’époque impériale, Lyon.

Hermary A., Hellmann M.-Chr. (1980), « Inscriptions d’Amathonte III», BCH 104-1,
p. 259-275.

ICS = Masson O. (1983), Les inscriptions chypriotes syllabiques. Recueil critique et commenté, Paris.

Lejeune, S. (2013), Chypre en transition : les cités chypriotes de la fin des royaumes autonomes à la mise en ordre lagide, IVe-IIIe siècles, thèse inédite, Université Paris Ouest.

Liverani, M. (1995), El Antiguo Oriente. Historia, Sociedad y Economía, Barcelona.

Michel, A. (2018), Chypre à l’épreuve de la domination lagide. Recherches épigraphiques sur la société et les institutions chypriotes à l’époque hellénistique, thèse inédite, Aix-Marseille Université.

Mitford T. B. (1961), « Hellenistic Inscriptions of Old Paphos », ABSA, vol. 51, p. 1-41.

Papantoniou G. (2012), Religion and Social Transformations in Cyprus. From the Cypriot Basileis to the Hellenistic Strategos, Leyde.

Papantoniou G. (2013), « Cyprus from Basileis to Strategos: A Sacred-Landscapes Approach », AJA, vol. 117-1, p. 33-57.

Rovira, L. (2006), « El miedo asimilado. El dios MARTU/amurru construido como extranjero, apropiado como nativo », Revista Claroscuro, vol. 5, p. 245-262.


Mots clés : Chypre, Paphos, transition, Nicoclès, Ptolémée I

Carnet de l'axe C du laboratoire HiSoMA (UMR 5189)