24/05/2018 – L’autorité de l’Église de Rome en Dalmatie

Compte rendu du Séminaire HiSoMA Sociétés méditerranéennes en mutation – Séance du 24 mai 2018

Par Julien Guigue, Master 2, Université Lyon 2

L’autorité de l’Église de Rome en Dalmatie (Ve-XIe siècle) : crises, réformes et historiographie

Intervenant : Stéphane Gioanni (Université Lyon 2, HiSoMA) ; répondant Richard Bouchon (Université Lyon 2, HiSoMA)


Ce séminaire est l’occasion pour Stéphane Gioanni de présenter les recherches qu’il a effectuées pour son mémoire inédit d’HDR, soutenue en 2015, portant sur l’extension de l’autorité pontificale dans le royaume de Dalmatie-Croatie. Une remise en contexte historique et géographique permet, tout d’abord, de mieux cerner une région souvent mal connue à la période médiévale.

Étroite frange côtière bordée par la mer Adriatique d’une part et les Alpes dinariques d’autre part, la Dalmatie s’étire sur 350 km entre le golfe de Kvarner au nord et le littoral monténégrin au sud. Il faut mentionner aussi la partie insulaire de la province, composée de plusieurs milliers d’îles, dont le fameux archipel des Kornati. Ces îles dalmates abritent un bon nombre de monastères, qui font l’objet d’un corpus scientifique en cours de constitution.

Dans l’Antiquité, les habitants de la Dalmatie étaient les Illyriens. La région est notamment célèbre pour avoir donné naissance à une série d’empereurs à partir de la seconde moitié du IIIe siècle. Parmi eux, Dioclétien a marqué les esprits par sa réforme du pouvoir romain via la mise en place de la Tétrarchie. Suite à son abdication volontaire de la vie politique, il se retira sur la côte dalmate dans sa résidence privée, autour de laquelle s’est développée la ville actuelle de Split.

Reconstitution du palais de Dioclétien par Ernest Hébrard (1912)

À 7 km se trouve l’antique Salone, capitale de la province de Dalmatie. Elle fut détruite par les Avars en 615 et les habitants de Salone se réfugièrent à Split, qui se développa ensuite à l’époque médiévale.

Dès le Ve siècle, la Dalmatie devint le refuge des candidats à l’empire d’Occident soutenus par Constantinople. On peut citer Anthémius, empereur d’Occident entre 467 et 472. Marcellinus, révolté contre l’empereur Valentinien III et détenteur d’un pouvoir quasi-autonome en Dalmatie, fit allégeance à Anthémius lors de son passage dans la région. Il y eut également Julius Nepos, avant-dernier empereur romain d’Occident entre 474 et 475, qui fut le dernier à être reconnu par l’Empire romain d’Orient. En 490, la Dalmatie passe sous le contrôle des Ostrogoths. Vers 867 la région est constituée en trois thèmes, c’est-à-dire les provinces militaires et administratives byzantines, avec pour préfectures les trois principales cités de Dalmatie, à savoir Zadar, Split et Dubrovnik. Il s’agit également de centres épiscopaux majeurs, sur lesquels l’autorité pontificale posa ses fondements en Dalmatie.

Le XIe siècle est une période charnière avec la mise en œuvre en 1073 de la réforme grégorienne, très tôt reconnue par le roi dalmate Zvonimir. Cette réforme, aboutissement d’un processus historique que l’on voit se mettre en place progressivement depuis plusieurs siècles, définit un rapport de vassalité entre le souverain pontife et ses vassaux.

L’écriture de l’histoire dalmate a notablement été influencée, au fil du temps, par les clivages identitaires et les luttes idéologiques qui opposent une Dalmatie historiquement latine, catholique et tournée vers Rome, et une Croatie relevant davantage du monde hellénophone, slave et orthodoxe.

La Croatie contemporaine, qui correspond en bonne partie à l’ancienne province de Dalmatie, s’est construite sur une identité catholique et romaine occidentale. Elle défend son héritage sur la proclamation d’indépendance du royaume croate en 925, avant que le territoire ne soit intégré en 1102 dans le royaume de Hongrie. Dans un environnement dominé aujourd’hui par les orthodoxes et les musulmans, la Croatie apparaît comme une frange orientale de l’Occident catholique. Toutefois, le récit des origines chrétiennes de la Dalmatie, que l’on faisait autrefois remonter au Ier siècle de notre ère, a été remis en cause par les travaux archéologiques. Des fouilles ont été effectuées à Salone, dans le quartier épiscopal, à la fin du XIXe siècle par le prêtre croate Frane Bulic. Les résultats de ces fouilles ont infirmé l’hypothèse d’une christianisation ancienne de la Dalmatie, et ils ont plutôt démontré un développement d’une communauté chrétienne à Salone à partir du IIIe siècle.

La Vita Domnii, texte rédigé en latin au XIe siècle par un certain Adam de Paris, relate la vie d’un disciple de saint Pierre, Domnio, qui aurait été l’évangélisateur de la Dalmatie. Or, on retrouve réellement la trace d’un Domnio dans les inscriptions… mais il s’agit d’un martyr mort décapité en 304. Le mythe d’une céphalophorie nous est rapporté, thème qui est purement médiéval, inexistant dans l’Antiquité. En définitive, la tradition de Domnio, formé par saint Pierre, est une fiction, et Stéphane Gioanni propose de reconsidérer la Vita d’Adam de Paris, œuvre visiblement composite, comme la réécriture latine d’un texte original grec du IVe siècle.

Un témoignage majeur, très riche et qui fit référence dans les siècles suivants pour l’écriture de l’histoire dalmate, est celui de Thomas de Split, archidiacre de la métropole de Split à partir de 1230 et responsable des archives. Se basant sur ces dernières, il put écrire une histoire des origines jusqu’au XIIIe siècle : l’Historia Salonitana.

Page extraite de l’Historia Salonitana de Thomas l’Archidiacre. https://en.wikipedia.org/wiki/File:Toma1.JPG

 Le manuscrit est en beneventaine, une écriture caroline avec des caractéristiques paléographiques locales. Elle fut en usage dans le duché du Bénévent, particulièrement dans l’abbaye du Mont Cassin.

On constate par la suite que les regains d’intérêt pour l’histoire dalmate ont été accompagnés d’une réédition ou d’une remise à jour de l’Historia Salonitana, ce qui est révélateur de son impact. Au milieu du XVIIe siècle, Joannes Lucius, historien dalmate, réalise une nouvelle édition du livre de Thomas de Split. Il fut également l’auteur d’une histoire en six livres de la Dalmatie, intitulée De regno Dalmatiae et Croatiae. En se référant aux textes, il cherche à défendre l’autorité de Venise, alors prépondérante dans la région. À partir du XVIIIe siècle parait l’Illyricum Sacrum, publié en huit volumes entre 1751 et 1819, avec pour auteurs principaux Daniele Farlati puis Jacopo Coleti.

De regno Dalmatiae et Croatiae. Amsterdam, 1666. Conservé à Trogir, Croatie.

À partir de 1874, enfin, est édité un corpus de tous les actes et diplômes médiévaux des royaumes croates et dalmates. Ces éditions correspondent à un moment idéologique important dans la constitution de la Croatie moderne (comme le sera, dans une démarche opposée, la constitution de la Yougoslavie communiste). Le nouvel État avait alors besoin de se définir une identité, et de cette époque ressortent nombre d’auteurs devenus des figures du mouvement national croate. La déclaration d’indépendance de la Croatie moderne dans les années 1990 a ramené en haut de la scène l’histoire croate des origines. De grands programmes archéologiques ont commencé à être menés, intéressant également bon nombre d’historiens de l’art, de philologues… mais peu d’historiens, selon l’avis de St. Gioanni.

L’histoire de la Dalmatie est marquée par une certaine tradition politique (mais aussi ecclésiastique) dissidente, affirmée sur les bases sociales d’une aristocratie dalmate revancharde.

L’Église croate en Dalmatie est partagée entre le rite latin et le rite slave et oriental, propagé au IXe siècle par Cyrille et Méthode. Pour affirmer leur pouvoir et afin de pénétrer plus facilement dans les villes côtières, les rois croates reconnaissent progressivement le rite latin. La liturgie slave est maintenue, mais l’indépendance de l’évêché de Nin est supprimée suite au concile de Split de 925… réunion qui n’a probablement jamais eu vraiment lieu, d’après St. Gioanni. Ce concile factice aurait été une façon pour l’Église d’appuyer son pouvoir en Dalmatie, afin d’inciter à suivre la liturgie en latin. Puis, lors du concile de Split de 1060, faisant suite au schisme de 1054 séparant les Églises d’Orient et d’Occident, la liturgie en slavon est interdite en Croatie, et le rite latin est alors exigé.

Petit à petit, la papauté romaine cherche à conquérir des espaces qui, jusque-là, regardaient plutôt vers Byzance. La société devient de plus en plus mixte entre les Slaves et les Latins, comme en témoignent les listes de témoins des actes.

L’évolution se remarque également dans la correspondance. Entre le VIe et le XIe  siècle, si on dénombre 21 lettres pontificales à destination des rois de Dalmatie, on ne retrouve qu’une seule lettre d’un roi croate au pape. Celle-ci date de 1075, expédiée par le roi Zvonimir à l’intention du pape Grégoire VII, dans le contexte de mise en œuvre de la réforme grégorienne. Dans ce courrier, le roi croate déclare sa fidélité et sa vassalité au pape Grégoire, mais aussi à ses successeurs et à ses légats. Cette lettre est une façon pour Dmitar Zvonimir de défendre auprès du pape la légitimité de son pouvoir sur les Dalmates et les Croates. Cette allégeance s’accompagne de la donation du monastère de Vrana au siège apostolique, à savoir le plus grand monastère de son royaume renfermant les reliques de saint Grégoire.

St. Gioanni conclut son intervention sur le projet pluridisciplinaire de recherche sur la Dalmatie historique : MONACORALE (MONAsteriorum CORpus Adriaticorum et Locorum Ecclesiasticorum). Celui-ci a pour objectif de constituer un corpus des fondations monastiques en Dalmatie, et l’étude d’une zone-atelier est en cours, dans la région du Kvarner. Enfin il nous annonça le colloque qu’il coorganise du 1er au 3 juin 2018, portant sur le monastère de Saint Pierre d’Osor, qui pourrait être considéré comme un témoin de la réforme en Dalmatie ?

Vue aérienne d’Osor depuis le nord-est et localisation du monastère Saint-Pierre. D’après Morana Čaušević-Bully, Sébastien Bully, Miljenko Jurković et Iva Marić, “Monastère Saint-Pierre d’Osor (Croatie, île de Cres) “, Chronique des activités archéologiques de l’École française de Rome [En ligne], Balkans, mis en ligne le 13 janvier 2014. URL : https://journals.openedition.org/cefr/1046?lang=fr
Le séminaire s’acheva sur un échange où il fut question tout d’abord des origines slaves des populations de Dalmatie. Si les documents administratifs étaient toujours en latin, la liturgie a résisté en slave pendant des siècles, notamment par l’intermédiaire du glagolitique utilisé au lieu de l’alphabet latin.

La problématique qui se dégagea de cette séance est de savoir comment et pourquoi ces deux sociétés, byzantine d’une part, héritière de l’empire romain d’Orient, et slave d’autre part, issue des invasions du VIIe siècle, sur le même espace, au départ en coexistence, voire en rivalité, se fondent petit à petit en une société commune.

On constate une présence massive des noms à consonances slaves dans l’entourage du souverain dès la fin du IXe siècle alors que l’intégration des élites slaves que reflètent les actes ecclésiastiques ou les inscriptions lapidaires des églises ne semble s’accentuer qu’à partir des Xe et surtout XIe siècles[1]. À partir de là, la romanisation ecclésiastique de la région a sans doute contribué à construire cet intérêt commun.

Au XIe siècle, l’empereur byzantin donna aux Slaves le pouvoir de perception des impôts, mais cette perception était d’ordre très faible, c’était là sans doute une concession plutôt symbolique. De plus, Venise devint un acteur majeur de l’Adriatique à cette époque. Face à toutes ces convoitises extérieures (Rome, Venise, Constantinople…), il découla la nécessité de composer ce dialogue, cet équilibre, par des donations et accords.

Il fut également demandé quelle était l’abbaye à la tête des monastères de Dalmatie. À cela, St. Gioanni révéla qu’aucun monastère n’est décrit sous le terme d’abbatia dans les textes. Il est donc fort probable que l’abbaye qui supervisait les monastères de Dalmatie… était celle du Mont Cassin. Cette abbaye fut un intermédiaire de poids dans les relations entre la papauté et la Dalmatie. C’est par exemple un moine du Mont Cassin qui fut nommé à la tête du monastère St Chrysogone de Zadar au XIe siècle.


Mots-clés : Adriatique, monastères, papauté, réforme grégorienne, Slaves

Bibliographie de Stéphane Gioanni en lien avec le sujet de ce séminaire :

« Les évêques de Salone d’après l’Historia Salonitana de Thomas l’archidiacre (XIIIe siècle) : histoire et hagiographie », in Fr. Bougard et M. Sot (dir.), Écrire l’histoire des évêques et des papes, Turnhout, 2009, p. 243-263.

« La Vita Domnii d’Adam de Paris (XIe siècle) : la construction d’un lien hagiographique entre l’Église de Split et le siège de Rome », Hagiographica 19, 2012, p. 83-123.

« Les cours du Royaume de Croatie et la Réforme de l’Église dalmate (IXe-XIe siècle). Structures, hommes, doctrines », Le Corti nell’Alto Medioevo 62, 2015, p. 319-355.


[1] St. Gioanni, « Les cours du royaume de Croatie et la Réforme de l’Église dalmate (IXe-XIe siècle). Structures, hommes, doctrines », Le Corti nell’Alto Medioevo 62, 2015, p. 337-338.

Carnet de l'axe C du laboratoire HiSoMA (UMR 5189)