23/03/2018 – Les couches de destruction

Compte rendu du Séminaire HiSoMA Sociétés méditerranéennes en mutation – Séance du 23 mars 2018

Par Olivier Renaud, Master 1, Université Lyon 2

Les couches de destruction : approches croisées

Intervenants : Catherine Abadie-Reynal (HiSoMA, Université Lyon 2), Annette Peignard-Giros (HiSoMA, Université Lyon 2), Aldo Borlenghi (ArAr, Université Lyon 2) et Paul François (LS2N, École Centrale et Université de Nantes).

Le terme de « couche de destruction » est récurrent en archéologie moderne : les archéologues l’utilisent très souvent comme un marqueur matériel des phénomènes de crise et de mutation des sociétés anciennes. Cependant, nous devons nous poser des questions sur le concept même d’une couche de destruction : Qu’est-ce qu’une couche de destruction ? Comment peut-on la définir, et comment doit-on la traiter ? Ces interrogations ne sont pas simples à résoudre et elles ont occupé tour à tour nos quatre intervenants, avec quatre angles, quatre sites (Délos, Zeugma, Gortyne et Belvoir) et quatre méthodologies différentes. La question des couches de destruction et de leur nature revient aussi à une question méthodologique : comment expliquer et analyser une couche de destruction et comment, si c’est possible, l’attacher à une chronologie absolue (en relation avec un événement daté par d’autres sources) ?

La nature des couches de destruction

Nos quatre intervenants se sont accordés sur plusieurs points. Sur la nature de notre sujet, tous s’accordent sur la complexité du concept de couche de destruction et ils proposent plusieurs éléments de définition. Selon A. Peignard, les couches de destruction sont un témoin de la vie d’avant la destruction mais aussi du moment de la destruction : au lieu de parler de simple couche, elle parle de processus. En réalité, la destruction d’une cité comme celle de Délos, qu’elle évoque, s’est faite en plusieurs vagues de destruction, mais aussi par l’usure du temps après l’abandon du site.

Plan de la maison des Sceaux à Délos, d’après Siebert 2001, plan IV.

À cela C. Abadie-Reynal ajoute qu’il faut donc essayer de faire la différence, qui est importante, entre couche de destruction et couche de démolition, renforçant l’idée d’un processus au lieu de l’effet d’un instant. En effet, par le biais de la présentation du dossier de la destruction de Zeugma en 252-253 apr. J.-C., elle nous rappelle qu’il est important de distinguer la destruction violente et immédiate correspondant peut-être à un événement et le fait que certains bâtiments se soient effondrés à cause de l’usure de la charpente, par exemple. Une couche de destruction est donc une couche riche en matériel et aisément repérable, présentant des traces de destructions liées à l’activité humaine, là où une couche de démolition résulte généralement de l’effondrement des bâtiments avec l’usure du temps, à la suite de l’abandon du site tout entier ou simplement du bâtiment. C. Abadie-Reynal donne l’exemple-type de ce que l’on peut trouver sur le terrain en partant du plus profond pour revenir vers la surface : le niveau final d’utilisation de la maison directement sur le sol de fonctionnement, avec des objets en bon état, puis les débris immédiats de la destruction et de l’effondrement du bâtiment peu après sa destruction, les objets qui viennent d’un étage ou d’étagères, qui sont généralement cassés mais avec lesquels des recollages sont possibles, et enfin les débris qu’on peut considérer comme des couches de démolition, comme les débris de la démolition lente de la maison avec un mélange d’objets jetés délibérément ou qui sont le résultat de phénomènes naturels (colluvionnement, vent, etc) et en général en très mauvais état de conservation.

Image d’une des pièces de la maison des Casques, Zeugma (C. Abadie-Reynal)

À cette notion de couche de démolition, A. Borlenghi ajoute une autre distinction, entre ce qu’il appelle les destructions « volontaires » ou démolitions résultant de changements dans l’urbanisme d’un quartier ou de changements de fonction d’une aire ou d’un édifice et les destructions « involontaires » résultant d’événements destructifs d’origine naturelle, comme des incendies. A. Borlenghi travaille sur le site de Gortyne de Crète, dans lequel on relève peu de destructions résultant d’attaques ou de guerres. Les marques de destruction dans ce cas sont plutôt liées à des transformations de l’urbanisme de la cité ou à des catastrophes naturelles. Ici les marqueurs de ces couches de destruction sont, entre autres, l’arasement de maçonneries ou des traces en négatif d’intervention sur la pierre, des remblais, des dépotoirs, ou encore des différences dans les techniques du bâti sur un même monument. Sur un site où les seules destructions sont liées à des réfections urbanistiques ou résultent de catastrophes naturelles (Gortyne ayant été frappée plus d’une fois par des séismes), il est difficile et parfois hasardeux de lier les couches de destruction à une chronologie exacte. A. Borlenghi prend l’exemple du nymphée de Gortyne pour montrer la complexité de la tâche : le bâtiment a été construit en partie sur d’autres édifices qui ont donc été détruits, puis il a été en partie détruit, on y a reconstruit des citernes, avant qu’il soit récupéré par le gouvernement pour en faire un bâtiment administratif, éliminant toute trace de ces citernes. Ont ensuite été retrouvés des escaliers réaménagés, différentes couches de rehaussement du remblai et d’autres éléments datant de l’occupation administrative du bâtiment. Enfin le bâtiment est abandonné au VIIe siècle apr. J.-C., ce qui complique d’autant plus la distinction entre couches de destruction et couches d’abandon. La ville est donc, selon A. Borlenghi en transformation et en destruction permanente, les couches de destruction marquant aussi des couches de construction.

Odéon de Gortyne, par Marc Ryckaert (MJJR) – Own work, CC BY 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=23673649

Le site de Belvoir en Israël, un château croisé dont la période d’activité s’est étalée de 1168 à 1189 apr. J.-C., offre un cas totalement différent car le site a été fouillé dans les années 1960 par un archéologue israélien qui n’a pas publié ses recherches et a, de fait, exhumé les vestiges, rendant donc impossible toute analyse des couches de destruction du site. Pour le travail de P. François, c’est donc un problème, car son but est de créer une reconstitution 3D du château, du moins de sa chapelle. L’absence de couches de destruction empêche de savoir avec précision où allait chaque bloc exhumé (et même le monument tout entier). Les fondations du château étant conservées, les archéologues sont partis de son plan et, en analysant les blocs retrouvés et classés par type, ils ont pu conclure que la chapelle qu’ils cherchaient à reconstituer ne pouvait pas se trouver au rez-de-chaussée. L’avantage de l’utilisation de la 3D était ici, en récupérant les blocs de pierre restants du château, de relever des incohérences, tester les limites des modèles et éprouver les hypothèses que les chercheurs peuvent émettre sur le terrain. En effet, sans couches de destruction ou de démolition, le travail de reconstitution et d’analyse archéologique est plus un ensemble de conjectures qu’un seul travail d’enregistrement et d’observation archéologique. Par leur absence, on peut donc comprendre l’importance de ces couches pour une meilleure compréhension des techniques de construction et de la vie des gens qui habitaient ces endroits.

Photographie aérienne du site de Belvoir, Israël (Ben Dov, CRFJ)

L’interprétation des couches de destruction

Cependant, la nature des couches de destruction n’est pas la seule chose à discuter. En effet, le deuxième problème soulevé par les intervenants de ce séminaire est le problème de leur interprétation. Le premier danger de l’utilisation des couches de destruction, selon A. Peignard et C. Abadie-Reynal, est de vouloir leur imposer une chronologie absolue, issue des textes anciens et des inscriptions. Le cas semble flagrant pour Délos où certaines destructions ont été immédiatement attribuées à l’attaque de Mithridate de 88 ou à celle de 69 av. J.-C. Il est cependant très rarement possible de faire un lien direct entre des événements et des destructions archéologiques. Les archéologues ont ainsi tendance à sur-interpréter certains marqueurs, comme les traces d’incendie, qui auraient tout aussi bien pu être des incendies domestiques qui se seraient propagés, surtout vue la configuration de Délos. Le cercle devient vicieux, au fur et à mesure qu’on lie des destructions aux deux attaques pour conclure ensuite à une destruction très importante. Quand il est certain qu’une couche de destruction a résulté d’une attaque, ce qui est rare, il est impossible de distinguer entre la première et la seconde, les deux raids de Mithridate étant très rapprochés dans le temps. Il est donc illusoire et dangereux de vouloir accrocher désespérément les couches de destruction à une chronologie absolue, selon A. Peignard, un point de vue soutenu par C. Abadie-Reynal et A. Borlenghi. C. Abadie-Reynal aborde également ce point en parlant « d’approximation méthodologique » : les archéologues de Zeugma ont été influencés par une stèle de Naqs-e Rustam en Iran parlant de la destruction de la cité par Shapur Ier. Ils ont donc cherché à rapporter toute trace de destruction proche de la date de destruction de la cité à cet événement majeur. Sur le terrain, on a cependant retrouvé peu de traces d’une attaque. Comme à Délos, il n’y a aucun squelette parmi les décombres, ce qui est étonnant, et surtout les couches de destruction des maisons semblent indiquer une absence de combat ou de précipitation. Prenant l’exemple de la maison des Casques, C. Abadie-Reynal rejette l’hypothèse que cette maison ait été une place forte (hypothèse émise à cause de la présence de casques et d’épées), pensant plutôt que l’édifice devait être celui d’un artisan réparateur, à cause de la présence de quantités de ferrailles et d’objets divers. De plus, il n’y a pas de traces de combats et il n’y aussi apparemment eu que très peu de pillages, car on retrouve encore des objets de grande valeur en bel état. Bien qu’il soit impossible de nier qu’un événement majeur a détruit la ville de Zeugma, toute trace de destruction n’est donc pas forcément à lier à celui-ci. A. Borlenghi poursuit cette argumentation en expliquant que bien qu’il ne faille pas rejeter les sources littéraires, il est important d’intégrer l’archéologie dans un contexte plus large. Il ne doute pas qu’il y ait eu des séismes qui ont ravagé la ville mais il rappelle que la fouille n’ouvre qu’une fenêtre isolée. En effet, certains éléments qu’il ne comprenait pas dans le cadre de sa fouille s’expliquent grâce aux résultats d’autres fouilles sur le site de Gortyne. Certaines traces de destruction qu’il pensait résulter d’un certain tremblement de terre se sont révélées être bien antérieures, grâce à la datation des blocs de remploi sur le site. Il est donc très important, en étudiant les couches de destruction, d’être très prudent et de prendre en considération tous les éléments possibles avant d’essayer de les rapporter à un événement et à une date précise.

La conclusion de ce séminaire fut brève et concise après le passage de nos quatre intervenants. La question des couches de destruction recoupe celle de la temporalité. En effet, même après un événement destructeur, la constitution d’une couche de destruction prend des années, voire des décennies. La destruction fait partie de la vie, de l’urbanisme et des modifications sociales. La couche de destruction peut être aussi couche d’abandon, demandant un traitement particulier. Comment appréhender cette temporalité ? Peut-être en se détachant des événements, car la destruction est un processus. Cependant, nos chronologies absolues ne reposent en archéologie que sur des couches de destruction et de construction. On est donc obligé de s’y raccrocher mais il convient de rester prudent.

Carnet de l'axe C du laboratoire HiSoMA (UMR 5189)