15 et 22/03/2019 – Les marqueurs de l’appropriation du territoire

Compte-rendu des séances 7 et 8 du séminaire de l’axe C (15 et 22 mars 2019) : les marqueurs de l’appropriation du territoire

Par Olivier Renaud, M2 Université Lyon2


Le thème de cette double session était large : comment contrôler un territoire ? Pour explorer la question, les quatre interventions portèrent sur des échelles et des contextes totalement différents. Les quatre sujets étaient les suivants : le Sinaï du Nord du VIIe s. av. au VIIe s. ap. J.-C. par H. Verreth (Université de Louvain), les inscriptions topiques sur les gradins des édifices de spectacle du monde grec par R. Bouchon (Université Lyon 2, HiSoMA), le contrôle des marges de l’Égypte par S. Dhennin et B. Redon (CNRS, HiSoMA) et enfin l’utilisation des marges du territoire civique dans les cités grecques par I. Pernin (AMU, Centre Camille Jullian). Ces quatre sujets nous amenèrent à explorer des régions et périodes différentes et des formes de contrôle du territoire diverses. Dans ce cadre de séance double avec à chaque fois deux interventions, les questions furent posées après chaque intervention et seront donc retranscrites de cette manière.

1ère séance – Les marqueurs de l’appropriation du territoire I : les manifestations de l’appropriation

À l’échelle régionale : H. Verreth (Université de Louvain), Sinai from the 7th c. B.C. until the 7th c. A.D. From marshes and desert to a dense occupation

L’intervention d’H. Verreth concernait une zone géographique précise, le nord du Sinaï, à l’est du canal de Suez, autour du lac Bardawil (Serbonis dans l’antiquité) (Fig. 1). Il s’agit d’une zone aujourd’hui militaire et assez pauvre. Le paysage a beaucoup évolué au fil du temps, le lac Serbonis n’apparaissant qu’au VIIe-VIe s. av. J.-C., avant de varier de taille au cours des siècles. Ce lac définit donc selon H. Verreth l’histoire des installations humaines dans la région, notamment à cause des routes qui passent soit au nord, le long du littoral, soit au sud, du côté des dunes, une route qui doit être refaite tous les 10 ans.

1. Vue satellite du lac Bardawil

Après cette introduction, il nous a présenté plusieurs sites comme Tell Abu Seifa, identifié avec Tcharou, ville frontière célèbre du Nouvel Empire, mais dont les vestiges les plus anciens semblent dater de la période hellénistique. On voit avec cet exemple la difficulté qu’il y a à utiliser des itinéraires pour découvrir des sites archéologiques : il explique en effet que le problème majeur est que de nombreux toponymes attestés dans les itinéraires n’ont jamais été retrouvés par l’archéologie ou qu’ils sont associés aux mauvais sites, notamment car certaines cités ont été déplacées à différentes périodes de l’histoire, parfois de plusieurs kilomètres. H. Verreth s’intéresse ensuite à un autre site appelé Rhinokoloura, un des nombreux toponymes étranges dans la région qui, comme ce sera remarqué dans les questions, sont essentiellement descriptifs et ne reprennent pas des toponymes grecs habituels. De manière générale, avant le IIIe siècle, H. Verreth nous montre qu’il y a peu de traces archéologiques et assez peu de sites retrouvés.

Il présente ensuite plusieurs sites datés de l’époque hellénistique, notamment celui de Gherra, un mot signifiant “baraque, tente” voire “caserne”, et qui pourrait donc être un poste de défense des frontières. Il parle aussi du mont Casion, une colline de sable de 30 mètres de haut, où on a retrouvé un lieu d’étape pour des caravanes, des points d’eau et même un temple et un mausolée mais qui n’est pas appelé une polis à la période hellénistique, même s’il s’agit clairement d’une cité plus tard, au IIe s. ap. J.-C. Il continue en parlant des sites de Qasr Ghet, une cité nabatéenne du IIe av. J.-C. et d’Ostrakine, une ville disparue qui daterait du IIIe s. av. J.-C.

À la période byzantine, de nouveaux toponymes apparaissent, la plupart uniquement attestés dans les sources littéraires et non localisés. Le nombre de nouvelles installations permet à H. Verreth de confirmer que l’étendue du lac s’était réduite, ce qui explique cette expansion. De nombreux forts et villages apparaissent. De manière intéressante, il montre que beaucoup de toponymes et noms de cette période sont grecs et non pas égyptiens ou arabes comme on pourrait s’y attendre. Il propose l’hypothèse que les noms originaux ont pu être perdus, car toutes les transcriptions des noms dans d’autres langues viennent du nom grec. Était-ce une région peuplée de Grecs, peut-être d’anciens mercenaires s’installant dans les marges, ou encore des gens attirés par la route de commerce vers la Perse et la Syrie ? Ces données laissent à penser qu’à la période romaine et byzantine la région du Nord du Sinaï est sous contrôle romain avec une identité grecque et non égyptienne.

Cette zone de frontière est donc composée principalement d’éléments mouvants selon H. Verreth. Les fondations ne semblent pas rester occupées très longtemps et la région semble relativement peu peuplée mais il est extrêmement compliqué de fouiller dans le désert à cause des mouvements du sable. Il faudra donc plus de fouilles dans une région compliquée d’accès pour pouvoir obtenir une image plus précise.

Parmi les questions posées à la suite de cette intervention, a été discuté le fait qu’il n’y ait pas de traces d’installations visant à exploiter les ressources du lac. De plus, on met en avant que le lac en question est en fait plus une lagune en raison de sa proximité avec la mer, et l’eau en est donc saumâtre. Cependant il n’y a pas de traces de salines. De plus, le cordon littoral est tellement étroit qu’il est compliqué de faire des recherches sans causer des brèches, qui apparaissent déjà naturellement, et il est aussi possible que des restes archéologiques soient entièrement enfouis sous l’eau.

À l’échelle d’un monument : R. Bouchon (Université Lyon 2, HiSoMA), Les inscriptions du théâtre de Larissa

L’intervention suivante de R. Bouchon sur les inscriptions topiques sur les gradins des édifices de spectacle du monde grec commence par une longue introduction sur le fonctionnement du théâtre grec et l’attribution des places dans celui-ci. Se voir attribuer une place au théâtre, dans le contexte de la cité grecque, est, comme le dit R. Bouchon, une appropriation temporaire et transitoire de l’espace public, d’autant plus quand on la marque d’une inscription. Cette pratique n’a pas valeur permanente : beaucoup de places sont attribuées selon le système du premier arrivé premier servi, même si, surtout à la période classique, beaucoup de grandes cités font payer leurs places pour éviter une foire d’empoigne.

R. Bouchon emploie alors l’exemple du théâtre d’Athènes et il aborde le sujet de la proédrie, ce dispositif qui différencie un ou plusieurs rangs ou simplement des sièges, pour des personnes privilégiées. À Athènes, les places ne sont pas marquées par un nom mais plutôt par le titre (siège attribué ès qualités). La fonction est donc l’élément discriminatoire. Le théâtre étant un endroit important pour les assemblées politiques, il est essentiel d’avoir un dispositif en place pour signaler le placement de chacun. Chaque cité avait son système, comme le montre R. Bouchon, en prenant l’exemple de Samos, ou de Gerasa. Ces dispositifs pouvaient être permanents (inscriptions sur les sièges), ou plus discrets et mobiles comme à Larissa avec la trouvaille d’une petite stèle marquée du nom d’une tribu, qui pouvait probablement être placée sur n’importe quel siège. L’espace du théâtre grec est donc un territoire contrôlé par la cité. Dans certains théâtres comme au Pirée, R. Bouchon explique que le responsable du théâtre est le démarque qui doit placer les personnes bénéficiaires de la proédrie.

Des baux de location des théâtres sont attestés, les locataires (théâtrônai) faisant payer les places. Il était aussi possible de réserver et d’acheter les meilleures places à l’avance. À l’époque impériale, la proédrie peut aussi être donnée à des associations entières de personnes  qui le réclament. Différents systèmes sont donc utilisés dans différentes cités : séparation en métrage (Athènes), numérotation des places (théâtre sud de Gerasa), etc. Mais dans de rares cas le théâtre devient une place de saturation de l’écrit, et c’est le cœur du sujet de R. Bouchon.

Le théâtre de Larissa (Fig. 2) est un des rares cas de saturation des gradins par l’écrit.

Vue aérienne du théâtre de Larissa (R. Bouchon)

Un autre théâtre similaire à Thasos est en cours de publication. Ce théâtre à deux séries de 24 gradins sert de support d’inscriptions à l’époque impériale. On y retrouve plus de 700 noms complets et quelques ethniques, sans uniformité dans la gravure. Les plus anciennes datent du Ier s. ap. J.-C., et les noms ont rarement un patronyme. Les noms peuvent aussi être incomplets ou sous forme de monogrammes. Il ne reste que très peu du sommet du théâtre mais ce qui reste de la seconde série était aussi gravé. Les réservations vont d’une place à deux fois 15. Ce théâtre était probablement utilisé pour les concours liés au culte impérial et les prêtres du culte avaient donc leurs places attitrées : ce sont les seules fonctions explicites gravées. Les premiers gradins ont été entièrement arrachés pour installer des filets pour les jeux, mais le reste subsiste. Dans la rangée centrale ont été réservées des places pour les synèdres, les conseils de la cité. R. Bouchon explique le problème des regravures et l’impossibilité de les classer chronologiquement. Certaines inscriptions étaient superposées dans un mélange de lettres impossible à déchiffrer, à part peut-être si elles étaient rehaussées de peinture. Certaines zones sont, selon R. Bouchon, moins regravées, comme si certaines familles ou personnes étaient plus stables. Dans les textes, R. Bouchon rappelle qu’il est expliqué qu’on est censé prendre une place différente à chaque spectacle. Est-ce différent ici ? Il n’est possible de suivre une famille qu’à un seul endroit des gradins.

En conclusion, R. Bouchon explique que ces inscriptions sont une manière de signaler le fait de l’occupation de la place et qu’elles contribuent à faire la preuve aux yeux des concurrents éventuels comme à ceux des autorités de contrôle que la personne est bien à la bonne place.

En réponse aux questions posées, R. Bouchon a pu confirmer que les gravures étaient faites à l’initiative de particuliers, soit réalisées par eux-mêmes soit en payant un lapicide. Il explique aussi que les places étaient probablement achetées mais qu’il est compliqué de le vérifier. Tous les noms gravés sont connus dans l’onomastique de Larissa. De plus, il explique en répondant à une question qu’il n’y a pas de trace archéologique de peinture mais qu’il est impossible d’expliquer ces superpositions de lettres autrement.

2e séance : Les marqueurs de l’appropriation du territoire II : contrôler les marge

S. Dhennin et B. Redon (CNRS, HiSoMA), Les marges de l’Égypte

La deuxième séance commença avec une intervention double de S. Dhennin et B. Redon sur le contrôle de l’Égypte sur deux fronts opposés ; les marges occidentales et les formes théologiques du contrôle d’une part, et les marges orientales et le contrôle militaire d’autre part.

S. Dhennin aborda donc d’abord le sujet très intéressant de la frontière nord-ouest de l’Égypte, la région partant du Nil et s’étendant dans le désert vers le territoire libyen (Fig. 3). La question à laquelle il essaie de répondre est celle des ressorts religieux mobilisés par le pouvoir central pour s’approprier cet espace de frontière et le protéger. Les divinités représentées correspondent-elles à des choix locaux ? La zone concernée par ces recherches part donc de la branche canopique du Nil et s’étend vers l’ouest sans vraie limite. Le problème religieux de cette zone est lié à la relation avec les Libyens, ennemis de l’Égypte. S. Dhennin a donc fait des recherches sur tous les cultes représentés dans la région et il a repéré cinq grands cultes : Amon/Amon-Rê, Min, Hathor, Sekhmet et Heka.

Les marges occidentales de l’Egypte (S. Dhennin)

Le premier est bien implanté dans la région depuis le Nouvel Empire, avec une typologie bien précise. On a notamment retrouvé des stèles montrant Ramsès II massacrant un Libyen, son arme étant présentée par Amon. Amon a donc une connotation militaire, probablement car il avait été introduit dans la région par les militaires venus défendre la zone. Amon, le roi des dieux, est donc le dieu-frontière. De plus, de nombreuses forteresses sont nommées d’après Amon, vainqueur de l’ennemi que les soldats sont en train de combattre, donnant une forme de protection à ces soldats. Ce n’est cependant pas la seule divinité à être influencée et modifiée par le contexte de frontière de cette région. Min, par exemple, est présent dans les textes comme étant maître du château des Sables, un poste avancé dans le désert dont nous n’avons aucune trace, mais dont le nom survit au Nouvel Empire. S. Dhennin avance l’hypothèse que le nom survit dans la toponymie mais pas en tant que lieu.

S. Dhennin évoque ensuite une déesse très présente dans ce territoire de marge : Hathor, et en conséquence Sekhmet, la divinité à deux facettes. Hathor était très présente dans le Delta occidental comme il l’explique en plaçant sur une carte les toponymes connus liés à la déesse mais il semble qu’elle l’était aussi plus à l’ouest. Elle présente deux aspects : d’un côté la vache généreuse quand elle est apaisée, et de l’autre la Sekhmet dangereuse quand elle est irritée. La dualité d’Hathor et de Sekhmet est expliquée par le mythe de la déesse lointaine, quand elle part en Nubie avant de revenir dans le Delta, changée. Sekhmet a donc aussi des liens important avec l’ouest de l’Egypte, elle en est clairement une des protectrices. S. Dhennin montre notamment qu’elle est appelée maîtresse de l’Occident dans certaines titulatures. Son rôle est agressif et lié à la défense du territoire. Sekhmet est notamment représentée en cobra à tête de lionne à Per-Renenet, une forme très particulière et violente, dans cet avant-poste contre les Libyens. Il explique aussi qu’un des lieux où la divinité est la plus présente reste Imaou/Kôm el-Hisn, où la figure de la déesse lointaine est reprise, avec l’apparition jointe de Hathor, sur une stèle où Sekhmet offre la vaillance au roi pour dominer le peuple libyen. Sekhmet n’est cependant pas représentée uniquement avec Hathor.

En effet, S. Dhennin montre aussi l’existence du couple Sekhmet-Heka, qui apparaît tardivement pour représenter la lutte contre les Libyens. Heka, qui n’est normalement pas guerrier, reçoit des épithètes liées aux Libyens et une forme plus agressive que la normale. Ce duo restera aussi présent très tardivement, comme S. Dhennin nous le montre avec une stèle ptolémaïque représentant Sekhmet maîtresse des deux terres et Heka. Sekhmet reste d’ailleurs la dominatrice des Libyens même dans les parties égyptiennes de la Libye, et ceux-ci se la réapproprieront plus tard.

À la suite de cette étude, B. Redon prit la parole sur le sujet plus concret du contrôle du désert oriental sous les Lagides, axé sur le contrôle physique de la région (Fig. 4). La question qu’elle se pose est de savoir quelle est la nature de ce contrôle sur cette zone ambivalente, dangereuse mais aussi riche en ressources naturelles et l’unique accès direct de l’Égypte vers les mondes indiens. Trois pics d’occupation se succédèrent, à la période du Nouvel Empire, à la période ptolémaïque et pendant l’empire romain.

Le désert Oriental égyptien à l’époque ptolémaïque (B. Redon)

B. Redon fait une introduction sur le contrôle des pharaons sur la région pendant le Nouvel Empire, expliquant qu’il n’y avait presque aucune occupation pérenne, y compris sur la côte, et que les pharaons se contentaient d’envoyer des expéditions ponctuelles sous leur ordre direct ou celui des temples pour exploiter le désert et atteindre la péninsule Arabique et la côte africaine. Elle montre que les installations portuaires étaient recouvertes quand elles n’étaient pas en utilisation, ce qui les a protégées jusqu’à nos jours. Elle continue en expliquant que le contrôle que les Lagides effectuaient sur la région n’était pas différent en termes de but : les rois voulaient exploiter les ressources du désert et obtenir un accès facile aux réseaux de la mer Rouge, notamment pour de l’encens, de la soie ou des éléphants.

B. Redon explique que dès la satrapie de Ptolémée fils de Lagos, un réseau de districts miniers est développé pour exploiter l’or de la région, avec au moins 50 mines, ce qui est bien plus important que ce que les pharaons avaient fait auparavant. Elle explique aussi que de nombreux bâtiments administratifs et dortoirs ont été retrouvés, ainsi que des centaines de meules qui servaient à broyer le quartz aurifère. Elle évoque ensuite de nombreux sites dans le désert, comme celui de Ghozza qui disposait également d’un fortin. L’exploitation sur place était probablement supervisée par des militaires et organisée par le pouvoir central. Ce contrôle du territoire n’est toujours pas pérenne cependant, car les sites sont relativement rapidement abandonnés. Ces sites fortifiés sont construits autour des puits qui parsèment le désert, pour permettre aux voyageurs de se reposer. En effet, le second outil de contrôle des Lagides est le contrôle routier.

Le but de ces routes n’est pas de contrôler l’ensemble du territoire, selon B. Redon, mais plutôt de canaliser la circulation sur des axes sûrs. Trois forts au moins sont construits, mais on n’a que peu de traces de militaires sur place. Le mieux conservé est celui de Bi’r Samut, avec plus de 1200 ostraca retrouvés, en grec et en démotique. B. Redon montre bien que ce fort avait pour but d’alimenter en eau les populations, le site disposant d’une citerne énorme et de bains. Ces forts n’ont pas de but militaire réel, ils sont juste là pour accueillir les voyageurs. Dans un autre fortin, à Abbad, B. Redon montre aussi qu’ont été retrouvés tous les outils nécessaires pour la fabrication du pain, dans un but d’alimenter les caravanes de passage. Les voyageurs étaient munis de bons pour la distribution d’eau et sans doute aussi de pain, généralement pour des caravanes entières. Les rares objets militaires retrouvés à Bi’r Samut et Abbad sont trois pointes de flèche et une pointe de lance.

B. Redon conclut donc que le contrôle militaire du désert est discret, sans conflits, et uniquement lié à l’aménagement et au contrôle des routes vers Bérénice et aux expéditions de chasse et expéditions minières. Cette exploitation se limite au IIIe s. av. J.-C. et paraît cantonnée majoritairement dans le sud du désert. Malgré tout, l’investissement des Lagides est important avec la construction de grands forts et pourrait suggérer l’hypothèse de soldats mobiles. Elle aborde aussi pour finir le sujet des populations du désert et de leur statut. Deux ethnies nomades et semi-nomades habitent le désert : les Blemmyes du sud de l’Égypte et de Nubie et les Arabes du désert. Ces populations s’intègrent de manière diverse : les Arabes du désert semblent s’intégrer via l’élevage de chameaux, alors que seulement quelques Blemmyes sont intégrés au système, les autres restant menaçants.

Au moment des questions, on se demanda si l’ouest de l’Égypte appartenait bien à son territoire, et S. Dhennin expliqua que les Égyptiens avaient tendance à considérer cette partie comme non-égyptienne, car la limite mentale de leur territoire était la bordure occidentale du Delta. On insista aussi sur le rôle des forts contre les Libyens qui pouvaient aussi devenir un « middle ground » où deux cultures se rencontrent. Du côté du désert oriental, B. Redon explique que certains fortins sont réoccupés après leur abandon, comme celui d’Abbad où des campeurs se protègent et rouvrent le puits et les citernes. Insistant sur la quantité de mines dans la région, elle explique aussi que le site de Bi’r Samut est fondé sur 50 cm de farine de quartz. Est aussi mentionné que les chameaux sont les animaux principaux dans le désert, grâce aux Arabes du désert qui sont engagés sous contrat pour les élever.

I. Pernin (AMU, Centre Camille Jullian), Les marges du territoire civique

La dernière intervention de cette deuxième séance était effectuée par I. Pernin, sur le sujet des marges du territoire civique des cités grecques. Elle explique qu’elle parle bien du territoire contrôlé par la cité et non pas des frontières en conflit et se pose la question des terres publiques et de leur utilisation, notamment en cas de nouveaux citoyens ou quand de la terre est offerte à titre honorifique à un citoyen. D’où venaient alors ces terres offertes, étaient-elles situées dans les eschatiai  ou y avait-il des espaces disponibles au cœur du territoire civique ? La cité utilisait-elle des terres publiques considérées si longtemps comme inaliénables ? Les documents qu’elle utilise sont par ailleurs bien connus mais rarement évoqués sous l’angle des territoires. I. Pernin explique qu’il n’existe qu’une documentation limitée concernant le don de terres à des particuliers : il semble extrêmement rare qu’on offre des terres, même si beaucoup d’actes de proxénie donnent le droit de posséder des terres. L’autre cas, la distribution collective de terres dans le corpus de politographie est aussi relativement réduit.

D’abord donc, dans les rares cas de dons de terres à un individu particulier, il est compliqué de déterminer de quelle terre il s’agit. En effet, les inscriptions ne sont pas explicites sur le type de terrain donné, sa superficie ou encore sa localisation dans le territoire. Certains exemples parlent de terres où les chevaux peuvent s’ébattre, à côté d’un petit torrent, ou encore mentionnent un lieu dont la localisation est impossible à retrouver. Dans d’autres cas, I. Pernin montre qu’à la suite de troubles politiques, des citoyens pouvaient être exilés et leurs terres redistribuées. Cependant, on ne possède pas toujours d’informations géographiques précises sur les lots. Un cas isolé parle de la cité de Kydonia qui achète des lopins de vigne pour les attribuer à 7 proxènes et un évergète. La localisation de ces lopins est partiellement possible et le texte est intéressant mais I. Pernin explique qu’il est totalement isolé, mentionnant la superficie de ces lopins avec un total de 7 hectares, une petite surface. Il est peu probable que ces individus puissent vivre uniquement de ce don. Ces étrangers sont-ils des mercenaires à lotir temporairement ? C’est une possibilité selon I. Pernin.

Sur le sujet des distributions collectives, il faut changer d’échelle et considérer des portions plus importantes du territoire. Là encore peu d’inscriptions existent selon I. Pernin et elles sont toutes différentes. Certaines concernent une réorganisation du territoire comme à Smyrne, où des soldats installés à la frontière avec Magnésie du Sipyle sont organisés en cité et inclus dans une sympolitie avec les deux cités principales (Fig. 5).

Vue du théâtre de Magnésie du Sipyle

On donne des lots aux soldats installés là-bas, mais ils étaient déjà sur place, leur position est juste officialisée. De la même manière, l’inclusion de soldats après une période de trouble semble susciter ce genre de décrets, montre I. Pernin, et pose la question de la réserve de terres d’une cité. La cité disposait-elle d’une réserve de terre ou établissait-on ces nouveaux citoyens sur des territoires adjacents ? Certaines inscriptions montrent des cités accueillant des réfugiés d’une autre cité temporairement sur leur territoire, mais dans des cas très rares et à une échelle impossible à déterminer. Dans un autre exemple, I. Perrin montre que les métèques pouvaient ainsi obtenir une terre, comme à Pharsale où un total de 9 km² sont partagés entre 176 bénéficiaires. À la période hellénistique, elle nous montre que ces arrivées peuvent causer des problèmes, forçant parfois le roi à intervenir pour forcer des politographies.

Pendant les questions, il a été remarqué que ce système de politographie était ancien et prévu pour un trop plein démographique, un système qu’on a du mal à remettre en place en Thessalie au IIIe siècle après la guerre. On discute aussi du fait que de manière générale ces territoires sont relativement pleins et qu’on met rarement en valeur des terres nouvelles, on réutilise plutôt des terres déjà cultivées. De plus, on rappelle qu’il était habituel d’envoyer des populations dans les marges pour les intégrer plus tard, quand la cité en a la capacité.


Mots-clés : appropriation, contrôle, culture, marges, religion

Carnet de l'axe C du laboratoire HiSoMA (UMR 5189)