15/02/2019 – Réparer, reconstruire après un tremblement de terre : le cas de Pompéi

Compte rendu du séminaire HiSoMA Sociétés méditerranéennes en mutation – Séance du 15 février 2019

Par Nassimo BERLAND, Master 1 Université Lyon 2

Réparer, reconstruire après un tremblement de terre : le cas de Pompéi

Intervenante : Hélène DESSALES (ENS, AOrOc). Répondant Maël CRÉPY (postdoctorant Archéorient et HiSoMA, membre du projet ERC Desert Networks)


Hélène DESSALES commence en insistant sur le fait que le séisme, en tant que catastrophe naturelle, entraîne une mutation importante des techniques de construction. Si les normes sismiques actuelles sont contraignantes, la période antique en était presque dénuée. De ce fait, le terrain est la seule source pour envisager les savoirs mobilisés par les constructeurs. Le but de cette conférence, et du projet de l’ANR Recap, est de saisir la « culture sismique locale » ; cela se fait par une approche tant quantitative, pour évaluer l’intensité des séismes, que qualitative pour caractériser les modalités de reconstruction. Le cadre particulier de la crise invite aussi à étudier les réparations effectuées à la suite des séismes (il faut absolument distinguer réparation et reconstruction).

I) Le contexte : les sources antiques et les reconstructions post-sismiques

Il existe quatre textes traitant des techniques de prévention dans l’Antiquité :

– Pline l’Ancien, Histoire Naturelle, XXXVI, 95 : dans une compilation de textes appliqués (parfois abusivement) au contexte sismique (cf : Vitruve, VIII, 1, 4), Pline dit que le temple d’Artémis à Ephèse est construit sur du charbon et de la laine. Maël CRÉPY intervient pour souligner qu’un terrain souple est plus sûr car il diminue la propagation des ondes ; il évoque aussi le fait que ce texte pourrait faire référence à un principe d’isolement bas pour séparer le bâtiment du sol et limiter le risque de chute.

– Strabon, Géographie, XII, 8, 18 : l’auteur insiste sur l’attention que les habitants portent aux murs des maisons en Phrygie.

– Tacite, Annales, IV, 55 : lors d’un débat en 26 ap. J.-C. au Sénat sur l’emplacement d’un temple consacré à Tibère, la ville d’Halicarnasse est préférée car elle est la moins exposée aux séismes ; Maël CRÉPY intervient pour faire une précision sur la propagation et la transmission des ondes sismiques et explique que l’idée que mentionne Tacite de mettre les fondations directement sur la roche est mauvaise car cela favorise la transmission des ondes.

– Aurélius Victor, Epidome, XIII, 12 : l’auteur évoque une préconisation sur la hauteur des maisons qui interdit les maisons de plus de 60 pieds en Asie Mineure. En complément, Maël CRÉPY souligne les liens entre forme des bâtiments, nature des matériaux, nature des sols et risque d’effondrement lors d’un séisme.

Les techniques de réparation sont encore moins évoquées. Chez Héron d’Alexandrie (Les mécaniques ou l’élévateur des corps lourds, III, 12), il est question d’un outil pour relever les murailles penchées lors d’un séisme. Un traité médiéval de Villard de Honnecourt parle d’un outil analogue, prouvant une espèce de continuité historique. Il est toutefois difficile de connaître son contexte d’utilisation bien que des traces soient peut-être visibles sur les colonnes de Pompéi.

II) Le cas d’étude pompéien : les données sur le tremblement de terre de 63

Pompéi est un laboratoire exceptionnel d’analyse des reconstructions post-sismiques. Après les séismes de 63 et de 70, la ville était en pleine reconstruction et s’est figée lors de l’éruption de 79. On connaît les deux séismes par la littérature mais aussi par l’épigraphie : une inscription évoque la reconstruction par un évergète du temple d’Isis à la suite d’un séisme ; une autre parle du financement par Vespasien de réparations à Herculanum. Certaines fresques de Pompéi sont aussi des moyens de confirmer l’existence des deux séismes : dans la maison de Caecilius Jucundus, le relief du laraire présente des bâtiments vrillés et penchés, comme l’arc de triomphe. Or, l’archéologie du bâti montre qu’il a été restauré pour assurer sa stabilité.

III) Méthodes et premiers résultats : deux bases de données spécifiques pour l’analyse des réparations et des reconstructions

Le but de ces recherches est notamment d’établir une typologie des réparations et de comprendre les modalités de reconstruction post-sismique. Pour comprendre l’impact des séismes de 63 et de 70, des études furent faites sur les châteaux d’eau, l’habitat privé, et à l’échelle de toute la Regio VII. D’autres se sont consacrées, à l’échelle de toute la Campanie, sur le cas de l’aqueduc de Serino et de ses dépôts calcaires à l’intérieur du canal pour en comprendre le fonctionnement, les phases de reconstruction et les différents aléas naturels que l’édifice a subis.

La première étude se concentre sur les châteaux d’eau. Il semble qu’un tiers de ces derniers aient supporté le séisme de 63. Des études ont été menées sur les concrétions calcaires issues des fuites dans les caissons d’eau. Toutefois, un comptage annuel des fuites n’a pu être effectué que sur un seul château d’eau.

Il apparaît que les méthodes de construction des châteaux d’eau ont évolué au cours de la période : les constructeurs ayant pris en compte le risque sismique, les matériaux les plus lourds furent placés sur le bas de l’édifice. En outre, comme tous les châteaux d’eau n’ont pas été construits ainsi, des analyses phoniques ont pu être menées pour étudier le comportement des matériaux et leur capacité à encaisser les ondes afin de voir la résistance des châteaux d’eau face aux séismes.

Comme les autres maisons, la villa de Diomède a subi deux épisodes sismiques importants qui sont visibles stratigraphiquement par l’effondrement des claveaux des portes notamment. De même, deux épisodes de reconstruction ont pu être clairement identifiés. Les fouilles ont permis de montrer que cette villa a toujours servi de lieu de vie et a bénéficié de nombreuses réparations. Ainsi, en 79, la villa était en pleins travaux, comme en témoignent les margelles manquantes et la plomberie en rénovation. Les archéologues ont pu aussi noter que le remploi était une pratique courante en contexte privé.

L’exemple de la villa de Diomède, ainsi que des autres espaces d’études, a poussé les membre de l’ANR Recap à imaginer un Atlas des techniques de la Construction Romaine (abrégé ACoR). Conçu sous la forme d’une base de données à saisie collaborative, ce projet a pour but de répertorier et de cartographier les différentes techniques employées à l’époque romaine.

La regio VII de Pompéi est un concentré d’exemples de réparation post-sismique. Au cours des recherches menées sur place, un catalogue des réparations a été établi (en excluant les petites failles : seules les grosses réparations ont été prises en considération). À partir de ces recherches (et de la base de données ACoR), la base de données OPUR a été établie. Elle a pour but de recenser ces réparations en différenciant bien la nature des réparations afin d’en dresser la typologie la plus pertinente. Pour faciliter cette répartition typologique, des catégories claires et exhaustives ont été définies. Cela a ainsi permis de différencier les réparations des reconstructions, mais aussi les réparations quotidiennes des réparations post-sismiques. Le cas de l’édifice d’Eumachia est intéressant car il présente des réparations multiples associées à des constructions : en plus de la réparation d’une porte détruite, une abside a été ajoutée ; dans une certaine mesure, on peut dire que la catastrophe permet aussi aux Romains de penser le renouveau dans leurs constructions.

La base de données OPUR a aussi mis en évidence les techniques les plus résistantes aux tremblements de terre, ainsi que les plus répandues comme l’usage de la terre cuite et des appareils mixtes. Ces résultats ont permis de dresser une carte des réparations visibles dans la regio VII. Ils ont aussi permis de mettre en évidence les aménagements inédits (comme les contreforts entre deux bâtiments) et les plus courants (notamment la réfection d’angles). La base de données a aussi permis de dresser une liste des matériaux employés pour les réparations, comme la lave durcie pour les bâtiments publics. De même, une densité décroissante des matériaux en élévation a pu être observée, preuve que la nature des matériaux utilisés pour les bâtiments était une préoccupation centrale des Romains. De la même manière, une nouvelle typologie d’enduits censés assurer une certaine protection aux élévations a été découverte.

Hélène DESSALES propose de s’intéresser en détail à la question des tuiles, très présentes à Pompéi. Les études pétrographiques ont montré deux types de productions, dont une typiquement vésuvienne. Ces tuiles ont été utilisées, après taillage, pour consolider les angles comme dans l’édifice d’Eumachia. Les tuiles sont, dans ce cas, associées à du tuf jaune, matériau en provenance des champs Phlégréens. À titre de comparaison, dans l’amphithéâtre de Pouzzoles (inauguré à la fin du Ier siècle), on observe une association de tuf jaune et de tuiles retaillées. Or, le tuf n’est pas un matériau local, et cela pose des questions sur le financement des chantiers, et notamment sur les approvisionnements en matériaux. Dans le cas de Pompéi, cette présence importante de tuf est certainement due à la présence proche de stocks qui ont été utilisés en l’absence d’autres matériaux.

Conclusion

Les chercheurs de l’ANR Recap estiment que 20 % des bâtiments ont été endommagés, ce qui souligne la vulnérabilité des murs de Pompéi. Cela peut être dû au site puisque ces bâtiments étaient construits sur de grandes coulées de lave. En outre, les réparations de ces dommages ont été conservées par l’éruption de 79, ce qui nous permet d’avoir de nombreux indices sur les méthodes de réparation. On trouve par exemple sur l’édifice d’Eumachia des trous de goulet qui sont comblés par la lave. On note ainsi une certaine lenteur dans les temps de reconstruction qui n’est pas propre à l’Antiquité puisque la ville de Lisbonne a mis plus de 20 ans à être reconstruite à la suite du séisme de 1755.


Questions

Des discussions s’engagent autour de sujets variés. À la question de savoir si les réparations ne sont que des consolidations ou si certaines structures étaient destinées à durer, Hélène DESSALES indique qu’il existe un catalogue de contreforts non maçonnés. Elle souligne que la ville est occupée pendant la durée des travaux et que l’urgence appelle à réparer mais aussi à penser à la sécurité des bâtiments. Ainsi, la ville semble assez vite fonctionnelle après les tremblements de terre.

Une autre question est posée sur le financement des réparations privées. Hélène DESSALES précise que les privés utilisaient majoritairement le remploi et des techniques assez rudimentaires. En outre, la villa de Diomède a bénéficié de financements très importants. Une question est posée pour savoir si on peut établir les mêmes conclusions à l’échelle des îlots, mais Hélène DESSALES précise qu’elle n’a pas travaillé sur cet aspect.  

En plus des murs, une question est posée sur les couvertures des bâtiments. Hélène Dessales confirme qu’il y a eu des études, notamment sur la villa de Diomède où une voûte plate a été construite à la suite d’un séisme. Une analogie avec un site égyptien est soulignée par Bérangère REDON bien que les méthodes de construction et les matériaux utilisés ne soient pas les mêmes.

Enfin, Bruno HELLY met en garde contre l’utilisation de mots comme « antisismique » ou « parasismique » dans un contexte antique. Pour lui, ces mots doivent rester dans le contexte contemporain qui est le leur. Il insiste aussi sur le brassage culturel de savoir-faire à la suite d’une catastrophe qui est certainement à l’origine des différentes manières de réparer les bâtiments.

Bibliographie et sitographie sélective

– ADAM Jean-Pierre, VARENE Pierre, « Le castellum aquae de pompéi, étude architecturale », Revue archéologique 45, 2008-1, p. 37-72.

– ADAM Jean-Pierre, La Construction romaine : matériaux et techniques, Paris, 1984 (2 éd. 1989).

– DESSALES Hélène, « Les savoir-faire des maçons romains, entre connaissance technique et disponibilité des matériaux. La connaissance des roches et son application par les structores. Le cas pompéien », dans MONTEIX Nicolas, TRAN Nicolas (dir.), Les savoirs professionnels des hommes de métier romain, Naples, 2011, p. 41-63.

– GUIDOBONI Emanuela, EBEL John, Earthquakes and Tsunamis in the Past: A Guide to Techniques in Historical Seismology, Cambridge, 2009.

– MAIURI Amedeo, L’ultima fase edilizia di Pompei, Rome, 1943.

– Site de l’ANR Recap : http://recap.huma-num.fr


Mots clés

Construction, aménagement, séisme, catastrophe naturelle, risque, réparation, Pompéi, Campanie.

Carnet de l'axe C du laboratoire HiSoMA (UMR 5189)