14/12/18 – Les sacrifices grecs antiques à l’épreuve de la Méditerranée

Compte rendu du séminaire HiSoMA Sociétés méditerranéennes en mutation – Séance du 14 décembre 2018

Par Olivier Renaud, Master 2, Université Lyon 2

Les sacrifices grecs antiques à l’épreuve de la Méditerranée

Intervenante : Sandrine Huber (Université de Lille 3, HALMA) ; Répondante : Emmanuelle Vila (CNRS, Archéorient).


Cette troisième séance de l’axe C se concentrait sur la question des sacrifices grecs antiques, et notamment la pratique de la thusia, une forme de sacrifice en deux étapes qui consistait d’abord à donner une partie de la bête aux dieux, puis à distribuer le reste entre les citoyens. La partie de l’animal réservée au dieu était toujours la même : le fémur et la queue. La tradition voulait que si la queue se recourbait sous l’effet de la chaleur, la divinité donnait son accord aux citoyens ayant initié le sacrifice. Le reste de la viande était partagé entre les citoyens dans un banquet.

Cette pratique sacrificielle est typiquement grecque. La question de Sandrine Huber était donc de se demander si les Grecs, quand ils partaient fonder une colonie, apportaient avec eux leurs pratiques sacrificielles et religieuses. En effet, au cours du Ier millénaire av. J.-C., de nombreux peuples ont navigué en Méditerranée, pour des raisons notamment commerciales, mais aussi pour des migrations. Comment peut-on estimer le degré de contact entre les différentes populations et comment identifier une éventuelle installation, et non pas seulement le passage, d’une population étrangère sur une terre ? Voilà les grandes questions que Sandrine Huber a abordées lors de cette séance.

La première constatation qu’elle présente est que nous manquons actuellement de réponses pour ces périodes anciennes, alors que ces questions deviennent de plus en plus récurrentes dans la recherche sur ces sociétés. Elle explique que dans le passé les chercheurs ont presque toujours opposé les populations en contact, comme les Phéniciens et les Grecs. Les sites étaient toujours ou grecs ou levantins ; on ne parlait que peu de mélange, les populations semblaient forcément hostiles aux yeux des historiens et archéologues. Avec le temps cependant on s’est rendu compte que les différentes populations parcourant la Méditerranée employaient des circuits parfois similaires ou identiques, et que les commerçants de différents horizons se côtoyaient dans des ports communs. De plus, S. Huber remarque que la seule forme de documentation utilisée pour l’étude de ces sites est la céramique, ce qui n’est pas suffisant pour témoigner de l’installation d’une population étrangère. Elle insiste aussi sur le fait que l’espace à maîtriser pour cette recherche est très vaste, couvrant toute la Méditerranée, et qu’il reste encore souvent découpé en aires de spécialisations régionales. L’apport de beaucoup de données archéologiques est nécessaire pour l’approfondissement de ce sujet, car les données littéraires sur la question du sacrifice sont très lacunaires. S. Huber cherche donc à caractériser des marqueurs identitaires des différentes populations de la Méditerranée en se concentrant sur les restes d’animaux sacrifiés.

Au cours de ses recherches, Sandrine Huber s’est intéressée à Érétrie, une des premières cités grecques à établir des colonies en Italie et en Grèce du Nord. Ses travaux se sont concentrés sur trois sanctuaires de ce site, l’un dédié à Apollon Daphnéphoros, un autre à une divinité inconnue, peut-être Artémis (installé dès 730) et un troisième au sommet de l’acropole dédié à Athéna. Sur les trois sites, elle a retrouvé des concentrations d’ossements d’animaux intéressants, indiquant un nombre important de sacrifices sanglants, probablement sous forme de thysia, un marqueur culturel typique de la civilisation grecque. La thysia est un sacrifice sanglant en deux temps, avec un partage entre la part du dieu et la part des hommes puis un autre entre les citoyens. Ce sacrifice est donc communautaire, une forme de partage entre tous les citoyens présents. S. Huber est capable de déterminer les restes de thysia  particulièrement car la part qu’on offrait aux dieux donnait les ostea leuka, c’est-à-dire des ossements blancs, brûlés après avoir été enduits dans de la graisse animale. Dans les représentations iconographique du sacrifice, la queue était souvent utilisée pour caractériser la thysia, car si elle se recourbait sous l’effet de la chaleur, la divinité acceptait le sacrifice. Cependant retrouver les restes d’une queue est difficile car après décomposition il n’en reste qu’une vertèbre. On a toutefois quelques traces iconographiques d’autres ossements utilisés pour le sacrifice, comme dans la fig. 1 où on voit le prêtre tenant dans sa main ce qui est selon les archéologues expérimentaux et S. Huber un fémur enroulé dans la peau de l’estomac. La part offerte de l’animal était donc la queue et le fémur.

Figure 1 : Scène de thysia avec le prêtre tenant deux fémurs enroulés dans de la graisse (Paris, musée du Louvre, F. Lissarrague, Vases grecs. Les Athéniens et leurs images, 1999)

Les fémurs sont plus faciles à retrouver que les queues. Cependant l’identification n’est pas aisée, car les os, sous l’effet de la chaleur, éclatent. Il est donc nécessaire de tamiser pour les retrouver, ce qui veut dire que ces restes ont pu être négligés lors de fouilles anciennes. Pour la période géométrique, dans sa fouille d’Erétrie, S. Huber n’a retrouvé que des os calcinés, et aucun os de cuisine portant de traces de débitage ou de consommation de la viande sur place. À partir du VIIe siècle, c’est l’inverse avec uniquement des os de cuisine, et on pense que l’autel s’est donc déplacé au nord, dans une zone non encore fouillée, et que l’endroit originel serait devenu une poubelle. Les têtes de fémur sont assez faciles à retrouver et S. Huber a remarqué que l’extraction du fémur était une technique pratiquée et connue des Grecs, car des marques de couteau apparaissent toujours au même endroit sur les os, de manière précise et soigneuse avec la volonté d’offrir l’os intact à la divinité.

La représentation complète du processus de la thysia ne se trouve que sur une hydrie de Caere, œuvre d’un peintre grec, fabriquée en Italie et retrouvée dans une tombe étrusque. Sur cette céramique du VIe siècle av. J.-C. (fig. 2), on peut voir toutes les étapes du sacrifice, de la mise à mort de l’animal jusqu’à la consommation en banquet, avec au milieu l’autel sacrificiel et la thysia. Toutes les étapes connues du sacrifice sont représentées.

Figure 2 : Détail de l’hydrie de Caere montrant la cuisson des viandes de sacrifice sur l’autel (Hydrie de Caere, 2e moitié du VIe siècle avant J.-C. Rome, Museo Nazional Etrusco di Villa Giulia, 80983)

Dans la seconde partie de son exposé, S. Huber a cherché à savoir si les sacrifices que l’on connaît en Grèce sont aussi attestés dans les colonies qu’ils ont fondées. Cela paraîtrait logique : les Grecs partaient s’installer ailleurs en conservant leur bagage culturel, leurs dieux, leurs croyances et leurs pratiques. Cependant, le constat que fait S. Huber est pour l’instant plutôt négatif. En effet, en cherchant les sanctuaires fouillés, on en trouve déjà assez peu. Par exemple, aucun sanctuaire n’a été fouillé à Ischia. À Cumes, certains sanctuaires ont été fouillés mais ils sont récents. Il est donc impossible d’explorer plus avant sans plus de données, et la majorité de la recherche s’est d’abord concentrée sur le transfert des dieux et des objets sacrés (aphidrumata), qui permettaient le transfert du culte dans une nouvelle cité. Cependant l’étude des rites est aussi importante car les rites façonnent la religion.

L’idée de crémation et d’ostea leuka est attestée dans d’autres contextes, comme chez Homère ou dans l’épigraphie, en contexte funéraire. Pour que la crémation d’un défunt soit réussie, il fallait que ses os deviennent blancs, donc une calcination complète à plus de 700°C. Cependant P. Brillet-Dubois intervient pour nuancer ce point, car l’expression ostea leuka peut être une simple formule poétique et non pas forcément descriptive : elle est aussi utilisée dans l’Iliade pour décrire le crâne d’un ennemi transpercé par une lance.

S. Huber nous parle également du problème du banquet, un concept beaucoup exploré par les chercheurs (citant notamment Autour du « banquet » d’Ariana Esposito) mais qui n’a que peu été étudié dans sa totalité. En effet la majorité de la recherche se concentre sur le symposium, sans s’intéresser à la nourriture apportée à ces banquets qui pouvait venir de sacrifices. Le banquet était une forme de partage comme le sacrifice sanglant de la thysia. On sait que les Grecs ont continué à pratiquer le banquet même en s’installant dans des comptoirs et colonies et qu’ils ont parfois même transmis cette pratique à d’autres peuples ; alors dans quelle mesure ont-ils continué à sacrifier des animaux pour obtenir la nourriture destinée à ces banquets ? Il est compliqué de le dire selon S. Huber. De la même manière, sur la question générale de l’alimentation, la majorité de la recherche s’est concentrée sur la culture du vin, des céréales et de l’olive, alors que l’implantation de Grecs dans des territoires plus éloignés de la mer a aussi permis l’élevage de bovins. Les questions liées à l’élevage et au sacrifice de ces bêtes sont donc importantes.

La notion même de sacrifice grec est difficile, car les textes qui en parlent sont sujets à interprétation. Strabon et Hérodote tous les deux parlent de sacrifices grecs ou à la grecque, mais le contexte que ces textes évoquent est important pour l’interprétation de l’expression.

S. Huber se pose aussi la question de la notion même de sacrifice, commun à de nombreuses civilisations, un point appuyé ensuite par E. Vila, et elle se demande donc s’il est possible de distinguer des pratiques sacrificielles pour chaque peuple.

 
 
Figure 3: Carte des principales fondations de comptoirs et colonies en Méditerranée (Claude Orrieux et Pauline Schmitt-Pantel, Histoire Grecque, 2013)

E. Vila mentionne par exemple qu’il y a dans la Bible des mentions de sacrifices extrêmement similaires à la thysia, ce qui pourrait indiquer des influences entre les peuples ou simplement le développement de deux méthodes communes de sacrifice dans deux civilisations différentes. S. Huber parle de plusieurs sites où les religions se côtoyaient peut-être, comme Motyè ou Kommos, qui servaient de sites d’étapes de cabotage sur les routes de commerce. Des os calcinés ont été retrouvés dans les deux sites. Au final, pour S. Huber, on ne peut pas progresser sur cette question sans une systématisation de l’archéozoologie. Il n’y a pas par exemple d’outil ni de vocabulaire normé pour distinguer les différents états de la calcination de l’os. Dans la majorité des textes anglais, les os calcinés sont décrits comme burnt, peu importe leur état. Les questions de l’influence des Grecs sur les populations locales, notamment en termes de sacrifices, ne peuvent recevoir de réponse que par une accumulation des données fauniques et de la recherche sur le sujet.

Figure 4: Plan du site de Motyè, au sud-ouest de la Sicile (Mission archéologique de l’université “La Sapienza” de Rome à Motyé, 2010)

En conclusion, S. Huber nous fait part d’une réflexion sur les religions partagées et les rencontres des peuples dans les domaines social, culturel et religieux. La question du partage des espaces sacrés dans l’Antiquité est très peu abordée par les chercheurs modernes, alors que c’est un sujet très en vogue pour les religions contemporaines. L’étude approfondie de l’archéozoologie et de l’évolution des rites et pratiques dans le cadre méditerranéen permettrait une compréhension plus complète du faciès culturel des différents comptoirs et colonies fondés par les peuples qui ont parcouru cette mer.

E. Vila nous présente ensuite son travail sur le sanctuaire de Tégée dans le Péloponnèse, un sanctuaire datant de la période géométrique. Des os calcinés y ont été retrouvés, qui ne représentent que peu de types d’os, et difficiles à identifier. Elle ajoute qu’il est compliqué de distinguer le mouton de la chèvre. Au total ont été retrouvés à peu près 8000 fragments brûlés, majoritairement des queues de moutons et de caprinés et des fragments de fémur. Elle souligne le fait qu’il est compliqué de découper le fémur de manière propre, ce qui indique une réelle expertise de la part du boucher ou du prêtre. Elle ajoute que les os ne quittent jamais l’enceinte du sanctuaire, et qu’ils sont rejetés sur place, la terre pouvant ensuite servir de remblai.           

La question de l’origine de la thysia est posée. Des ossements d’animaux ont été retrouvés dans des contextes sacrificiels à la période mycénienne, par exemple à Éleusis. On n’y trouve pas les caractéristiques de la thysia selon S. Huber mais seulement les prémices. Des ossements calcinés ont été retrouvés dans d’autres villes, à Pylos ou à Lefkandi. Karine Rivière qui fait sa thèse sur les actes cultuels de la période mycénienne à archaïque suggère que le feu à l’époque mycénienne a été utilisé pour des raisons pratiques pour débarrasser les os des éléments putrescibles et nettoyer les lieux de culte.

S. Huber avance que les viandes pouvaient être bouillies après la thysia, notamment en raison du détail du chaudron sur l’hydrie de Caere. Toutefois, d’après les textes homériques, les chaudrons servaient à faire chauffer l’eau du bain, pas à cuisiner.

E. Vila parle de la représentativité de la thysia, qui est dominante dans l’iconographie, mais on peut se demander si elle était réellement prédominante. On sait que des sacrifices végétaux étaient effectués et que de l’encens était brûlé régulièrement pour les divinités, mais il n’y a pas de moyen de retrouver des traces de ces sacrifices.

La question des bêtes chassées est aussi posée, car les animaux sauvages n’étaient normalement pas utilisés pour des sacrifices mais on trouve des ossements de cervidés et de lièvres non calcinés parmi les restes sacrificiels, avec des ossements portant des traces de découpe pour les lièvres. Comment cette faune sauvage arrivait-elle là ? Était-ce une pratique liée aux chasseurs qui offraient des animaux chassés aux dieux, l’animal était-il mangé ensuite ? On ne possède pas de réponse définitive.


Mots-clés: archéologie, Méditerranée, sacrifices, colonies, pratiques

Carnet de l'axe C du laboratoire HiSoMA (UMR 5189)