12/10/18 – Le monde indien à la période “Early Medieval”

Compte rendu du Séminaire HiSoMA Sociétés méditerranéennes en mutation – Séance du 12 octobre 2018

Par Nassimo Berland, Master 1, Université Lyon 2

Le monde indien à la période dite « Early Medieval » (VIe-XIIIe s. apr. J.-C.) : une nouvelle société ?

Intervenante : C. Lefrancq (HiSoMA, mission de Mahastan) ; répondante : Y. Waksman (CNRS, ArAr)


Introduction : historiographie(s) et sources

Le monde indien comprend plusieurs pays contemporains : Inde, Sri Lanka, Maldives, Bhoutan, Népal, Bangladesh, Pakistan et îles Andaman. Le séminaire s’est concentré sur la péninsule indienne et le Bangladesh (Fig. 1). Il est aussi très divers par ses paysages et par les langues qui y sont parlées.

Fig. 1 : localisation du site de Mahasthangarh

Historiographie

L’histoire indienne s’est construite pendant la période de domination coloniale (XVIIIe –milieu du XXe s). Toutefois, désormais, les études indiennes et indo-centrées tendent de plus en plus à se défaire d’une emprise occidentalisante de l’histoire. L’étude de la périodisation de l’histoire indienne nous éclaire sur ce phénomène.

Jusqu’au début du XXe siècle,les périodisations proposées par J. Mill (1817) ou par V.A. Smith (1919) se faisaient avant tout d’après des critères religieux. Une première révolution se fait avec R.C. Majumdar (1951) qui identifie deux âges d’or de l’histoire indienne, formant les deux limites encadrant l’Early Medieval : l’empire Gupta (320-750 ap. JC) et les sultanats de Delhi et du Bengale (XIIIe – XVIe s.). C’est aussi à cette période qu’une histoire marxiste est apparue, avec laquelle des historiens comme D.D. Kosambi ou R.S. Sharma ont cherché à plaquer des concepts occidentaux, comme la féodalité, à l’Inde. Enfin, R. Thapar (1966) a traité des économies politiques de distribution et des cultures régionales entre 700 et 1300 (soit pendant la période actuellement définie comme Early Medieval) ; et en1982, H. Kulke et D. Rothermund ont proposé une étude sur les royaumes régionaux de l’Early Medieval India, instituant définitivement cette période comme une ère de l’histoire indienne.

Jusqu’aux années 1950, l’historiographie occidentale a périodisé et institutionnalisé l’histoire de l’Inde alors que la pensée indienne aurait plutôt tendance à l’événementialiser. L’histoire indienne a été faite grâce à des collaborations depuis le début de la colonisation : les pandits (érudits indiens connaissant les textes sacrés) et les Mawlawis (pour les sources persanes et arabes) ont été des intermédiaires indispensables pour la traduction et la compréhension des sources anciennes.

Sources

Les copper-plates (plaques de cuivre sur lesquelles ont été écrits des textes au poinçon) sont parmi les plus importants vestiges (Fig. 2). Elles nous renseignent sur des dons de terre, des décisions juridiques, ou encore la fondation de temples. Utilisées entre le IIes. av J.-C. et le XIXe s., elles constituent une source majeure pour la période Early Medieval.

Fig. 2 : exemple de copper-plate

Les inscriptions sur les bâtiments donnent des renseignements sur les consécrations de temple et l’histoire de la dynastie qui l’a fondé. Des éléments astrologiques permettent de dater plus facilement certaines périodes. Yona Waksman fait remarquer que c’est une méthode qui est utilisée dans d’autres contextes historiques correspondant à d’autres régions du monde (tel que le monde méditerranéen) car elle est assez précise.

Une autre source de renseignements est offerte par les récits de voyage des pèlerins chinois comme Faxian, Zuanzang ou Yijing et par les marchands arabes comme Ibn Battutha. On trouve aussi, parmi d’autres sources en sanscrit, un poème épique racontant l’histoire du Ramayana (le poème s’appelle le Ramacharitam) et du roi Pala Rampala.

Si la période de l’Early Medieval voit une augmentation de la production littéraire, juridique et sculpturale, la datation précise des événements reste très compliquée à établir car les sources ne sont pas claires et peuvent être falsifiées (parfois, les dates extrêmes de règnes sont exagérées pour glorifier le souverain ; c’est un problème récurrent quand l’histoire est faite à partir des inscriptions officielles et royales).

La culture matérielle est assez peu utilisée pour reconstruire l’histoire. L’un des premiers historiens à établir son raisonnement à partir des données archéologiques, et notamment pour la période Early Medieval au Bengale est B.D. Chattopadhyaya.

Le Bengale, recherches récentes

Les frontières de l’Ancien Bengale (comprenant le Bangladesh, l’État indien du West Bengal et une partie des États indiens suivants : Jarkhand, Bihar, Odisha, Assam) sont difficiles à situer durant l’Early Medieval. L’Ancien Bengale bénéficie toutefois d’une certaine unité géographique du fait de la présence du delta du Gange et du Brahmapoutre.

Actuellement, la majorité des sites fouillés sont considérés comme des sites religieux et des « centres urbains ». S. Panja a tenté de classer les différents sites connus pour la période Early Medieval au Bengale et elle a opéré une distinction entre « sites ruraux »et « sites urbains ». D’autres archéologues organisaient les sites en « sites religieux » et « autres ». Mais cette opposition binaire ne semble pas pertinente et elle est remise en cause aujourd’hui. En effet, les dernières recherches tendent à montrer qu’il s’agit plutôt de « complexes » incluant des espaces ruraux, urbains,religieux (hindou, puis bouddhiste, puis à nouveau hindou…).

De grands changements structuraux dans les villes fortifiées ont été apportés durant la période Early Medieval. À partir du VIe s. av. J.-C., les archéologues ont retrouvé des levées de terre qui ont parfois été maçonnées sur le dessus. Ces premiers remparts avaient pour fonction de protéger les villes à la fois contre d’éventuels envahisseurs mais surtout contre les effets de la mousson. Durant l’Early Historic Period, des murs construits directement avec des briques cuites apparaissent. Au début de l’Early Medieval, on ne trouve plus que des murs maçonnés servant de remparts. En plus de cela, des systèmes sophistiqués de récupération d’eau sont mis en place à l’Early Medieval.

Le site de Mahasthan a été découvert par Francis Hamilton en 1810 et fouillé dès 1950. Toutefois, la création en 1993 de la Mission Archéologique franco-bangladaise de Mahasthangarh (dirigée par Jean-François Salle jusqu’en 2013, et depuis par Vincent Lefèvre) a annoncé les premières grandes fouilles sur le long terme du site (Fig. 3). Ce programme propose aussi un grand volet de formation de l’équipe bangladaise par l’équipe française, notamment sur des sites occidentaux.

Fig. 3 : le site de Mahastangarh

Mahasthan est un site fortifié avec une enceinte rectangulaire construite à l’époque Maurya. Il se caractérise par une concentration des vestiges dans la partie est. Trois villages sont installés sur le site et sa partie ouest est principalement occupée par des rizières. Beaucoup de maisons ont été construites avec des briques récupérées des bâtiments anciens encore visibles. Des fouilles étant difficilement envisageables sur ces parties du site, la prospection par télédétection (ondes magnétiques) est discutée. En outre, le site n’est pas cantonné aux murs de la cité et des vestiges se trouvent donc à l’extérieur de ceux-ci.

Dans le cadre de sa thèse de doctorat, Coline Lefrancq a travaillé sur le corpus céramique trouvé à Mazar (Fig. 4). Le but de Coline Lefrancq était de comprendre les changements de la culture matérielle à travers l’étude céramologique du site ; dans un second temps, elle s’est attelée à la comparaison avec les autres sites du Bengale. Le corpus s’échelonne de la période Maurya à la fin du XIVe s. L’assemblage venant des couches de la période Gupta est très complexe à analyser car la datation est imprécise. Elle a remarqué une claire inflexion entre les VIe et VIIe s. car l’assemblage céramique change de chaînes opératoires, faisant évoluer les groupes techniques ainsi que les formes.

Fig. 4 : Turquoise Glazed Ware and Chinese Celadon (12th-13th-14th c. AD), découverte à Mahasthan, © Coline LEFRANCQ

Le groupe céramique principal (les « common wares ») se subdivise en trois groupes en raison de l’argile utilisée et de l’atmosphère de cuisson. Une discussion s’engage avec les membres de l’assistance sur un essai de typologie céramique à partir de critères techniques comme la pâte, les techniques de manufacture,de décoration, etc… Coline Lefrancq signale que la comparaison avec d’autres tessons d’autres sites est difficile car on ne dispose pas de beaucoup d’informations sur eux. En outre, on peut signaler que certaines productions céramiques ont été retrouvées à la fois au Bengale, et sur la côte est de l’Inde et en Indonésie, attestant d’échanges dans le Golfe du Bengale.

Dans la région de l’ancien Bengale, il demeure toutefois clair que la céramique qui domine est le groupe des red wares. On trouve assez peu de céramique grise avec post-cuisson réductrice. Une comparaison des groupes techniques est très difficile à mener avec d’autres sites car soit la céramique n’a pas été étudiée, soit les rapports de fouille manquent de précision (cas de Jagjivanpur). Il est donc plus facile de faire une comparaison morphologique avec les tessons des autres sites. En effet, des archéologues comme S. Chakraborty ont réalisé des études morphologiques, en s’inspirant de données ethnoarchéologiques, pour établir des classements en fonction des lèvres des poteries.

Coline Lefrancq souligne le fait que les comparaisons entre sites sont difficiles. De ce fait, aucun référentiel ne peut être trouvé et il est difficile de retracer l’origine des céramiques. À la suite de ses travaux sur l’Inde Centrale, Coline Lefrancq a pu identifier des tessons provenant de cette région sur les sites du Bengale. Le but de Coline Lefrancq serait d’arriver à constituer un réseau de plusieurs petites équipes de chercheurs, chacune spécialisée dans sa région, afin de faciliter les échanges et l’avancée de la recherche.

Questions

Coline Lefrancq insiste sur la nécessité d’avoir un réseau important et efficace en Inde puisque tous les permis de fouille sont octroyés à des chercheurs indiens uniquement. La problématique de l’octroi d’accès au matériel est aussi évoquée, de même que celle de l’importance d’intégrer la communauté de scientifiques du pays où on fouille.

 La question de l’étude du corpus botanique est soulevée et Coline Lefrancq répond qu’aucune analyse n’a été pour le moment menée à terme. En outre, plusieurs analyses sont en cours,notamment certaines concernant des couches de riz brûlées trouvées à Mahasthan (flottation effectuée par une équipe de l’université Jahangirhnagar de Dacca au Bangladesh).

 Interrogée sur le changement important perçu dans la céramique aux VIe et VIIe s., Coline Lefrancq dit qu’il est difficile de savoir si c’est général à l’Inde du fait de l’impossibilité de comparer avec d’autres sites. Elle met aussi en évidence le fait qu’un autre changement est visible aux alentours du XIe s. dans la culture matérielle.

Enfin, Stéphane Gioanni propose une comparaison des copper-plates indiens avec ceux du monde bénédictin. Il souligne notamment leur présence sur les portes des monastères (exemple du mont Cassin) et qui sont de véritables relais de la réforme grégorienne. Les deux chercheurs reconnaissent une comparaison possible du fait de leur fonction, de leur localisation, et aussi de la falsification courante de ces sources par les auteurs.


Mots clés

Céramologie, historiographie, copper-plates, Monde Indien.

Bibliographie indicative

– GRIFFITHS Arlo, « New Documents for the Early Historic of Pundravardhana: Copper plate Inscriptions from the Late Gupta and Early Post-Gupta Periods », Pratna Samiksha, Vol.6 New Series, 2015, pps. 15-38.

– LEFRANCQ Coline, Étude de la céramique du secteur « Mazar »sur le site de Mahasthangarh au Bangladesh (4ème siècle avant notre ère – 13ème siècle de notre ère). Un nouveau regard sur les potiers de l’ancien Bengale, Thèse de doctorat, Université libre de Bruxelles, 2015.

– KULKE Hermann et ROTHERMUND Dietmar, A History of India, New-York, Routledge, 1982 (4ème éd. 2004).

– MAJUMDAR Ramesh Chandra, The History and Culture of the Indian People, Bombay, Bharatiya Vida Bhavan, 1951, 11 volumes.

– MILL James, History of British India, New-York, Chelsea House, 1817 (5ème éd. 1968).

– SALLES Jean-François (éd.), Mahasthan II, fouilles du rempart Est, Paris, Brepols, 2015, 470 p.

– SMITH Vincent Arthur, The Oxford History of India. From the Earliest Times to the end of 1911, Oxford, Clarendon Press, 1919 (rééd. 1923).

– THAPAR Romila, A History of India, Londres, Penguin Books, 1966 (rééd. 1990).

(voir aussi la collection Indicopleustos aux édition Brepols)

Carnet de l'axe C du laboratoire HiSoMA (UMR 5189)