10/11/2017 – La structure sociale des Nabatéens

Compte rendu du Séminaire HiSoMA Sociétés méditerranéennes en mutation – Séance du 10 novembre 2017

Par Julien Guigue, Master 2, Université Lyon 2

La structure sociale des Nabatéens et les conséquences de la conquête romaine, à partir des témoignages archéologiques

Intervenant : Stephan G. Schmid (Humboldt-Universität zu Berlin), répondant : Pierre Schneider (université d’Artois)

Source image : http://www.hisoma.mom.fr/sites/hisoma.mom.fr/files/docs/Recherche/quinquenal-2016-2020/axe-c/Sfourrier/StSchmidNov2017_0.pdf ; d’après https://www.auac.ch/

En 312-311 avant notre ère, lors de la guerre des Diadoques, apparaît la première mention des Nabataioi dans la littérature grecque, lorsqu’Antigone le Borgne entreprend une expédition contre eux. Leur nom est issu de nbt’ en arabe. Ce sont des Arabes. Ils étaient à l’origine nomades du désert, puis des groupes se sont sédentarisés progressivement. Les limites du territoire nabatéen sont assez floues. Côté oriental, elles s’étendent dans le désert, au moins jusqu’à la cité d’Hégra (région du Hijâz), que l’on peut considérer comme le deuxième principal site nabatéen après Pétra. L’essentiel des sites archéologiques cités lors de ce séminaire se trouve autour de Pétra, véritable vitrine vers le monde extérieur. Fondée au début de l’époque hellénistique, c’est le lieu central du territoire nabatéen, au sud de la Jordanie actuelle, assez exactement à mi-chemin entre la mer Morte et la mer Rouge. Le contrôle territorial des Nabatéens allait également jusqu’à Damas en Syrie actuelle, au Néguev (région désertique d’Israël), il s’étendait sans doute sur une partie du Sinaï, ainsi que sur le port de Gaza pendant une brève période.

Les Nabatéens gagnent en pouvoir alors que les Séleucides et les Ptolémées perdent du terrain lors des crises qui agitent les successeurs d’Alexandre le Grand. Les Nabatéens ont un contrôle de la route commerciale de l’encens, de la myrrhe et des épices venue d’Arabie heureuse (actuel Yémen), qui leur confère une importance certaine. En effet, ils se sont enrichis en prenant part à ce commerce caravanier à longue distance dont ils avaient réussi à devenir les intermédiaires obligés grâce à leur connaissance du désert et de ses ressources en eau. Cela les amène à entrer en conflit avec les Romains. Ainsi, Arethas IV commence à régner sur le royaume nabatéen à partir de 10-9 avant notre ère, à la suite de la mort de son prédécesseur, et ce contre la volonté d’Auguste. Le royaume nabatéen atteint son expansion maximale vers 106 de notre ère, l’année même où l’empereur Trajan annexe le territoire et crée la province romaine d’Arabie, à la suite de la mort du roi Rabbel II qui était au pouvoir depuis 70.

L’absence d’une historiographie nabatéenne nous réduit d’un côté à des sources écrites offrant un point de vue extérieur (sources grecques et romaines), de l’autre aux données archéologiques pour essayer de comprendre la structure sociale des Nabatéens. L’issue souhaitée de ce séminaire est de proposer une confrontation constructive entre ces deux approches.

Stephan Schmid concentre sa présentation sur le site de Pétra. Il commence par souligner que l’interdiction des images figurées que l’on rencontre habituellement chez les Arabes n’est pas respectée par les Nabatéens. Il donne l’exemple d’une stèle représentant Dhû shara, principale divinité des Nabatéens, également transcrit en latin Dusares, dont le nom signifie « celui des montagnes de Shara » (montagnes à l’est du site de Pétra). On y voit à la fois une représentation anthropomorphe, de tradition hellénistique, et une représentation aniconique (un bétyle) de tradition locale. On a ici l’expression d’un bilinguisme dans l’art.

La cité est organisée autour d’un centre urbain monumental où se dressent de nombreux bâtiments publics, des temples et des maisons aux murs recouverts de peintures qui rappellent celles de Pompéi. Autour de ce centre, on trouve des centaines de monuments, principalement funéraires, taillés dans le grès des falaises. Le plus fameux monument de Pétra est la Khazne Fir’aoum, un tombeau de type hypogée. L’édifice, daté de l’époque augustéenne, est comparé aux architectures des peintures du deuxième style pompéien. Il comporte la statue d’une femme dans son étage supérieur au centre, figurée dans une tholos.

La taille des édifices dans les parois rocheuses était une tâche fastidieuse qui pouvait être compliquée par la présence d’une veine de pierre impropre à la taille dans la zone voulue. Trois solutions pouvaient alors être appliquées :
– tailler au-dessus ou au-dessous pour utiliser une meilleure veine ;
– évider la zone et rapporter l’élément d’architecture voulu, taillé à part ;
– abandonner la zone, mais cette décision est très dommageable en raison des moyens employés (financiers et humains) pour construire à cet endroit.

Stephan Schmid évoque ensuite le Wadi Farasa : il ne s’agit pas d’un monument en lui-même, mais d’une partie d’un ensemble important, bordé par plusieurs tombeaux. La façade rupestre située à l’est est datée du troisième quart du Ier siècle de notre ère. Trois figures en haut relief sont représentées sur la façade en hauteur, il y a notamment au centre un soldat à l’origine de l’appellation « Tombeau du soldat » donnée à ce site. D’autre part, des fragments de sarcophages en pierre ont été retrouvés à l’intérieur.

Plan de la “tombe du soldat” (St. G. Schmid, “Foucault and the Nabataeans – or what space has to do with it”, In Men on the Rocks: The Formation of Nabataean Petra, M. Mouton, S. G. Schmid (ed.), Supplement to the Bulletin of Nabataean Studies, 1, 2012, p. 253, fig. 1

On assiste au cours du temps à une détérioration forte de l’espace, en raison de l’érosion, des alluvionnements et autres phénomènes principalement d’origine naturelle, comme les dégâts des eaux, attestés dans l’édifice situé du côté opposé de la cour. À cet endroit est disposée une salle qui rappelle le type du triclinium, et qui pourrait donc être une salle de banquet. Il s’agit d’un élément parmi tant d’autres qui apporte des preuves que cet endroit servait bel et bien plus aux vivants qu’aux morts.

Un portique liait les deux espaces, avec des colonnes surmontées de chapiteaux doriques. Furent également identifiées des encoches visibles dans la falaise, qui sont les vestiges en négatif de l’architecture.

Les chercheurs ont ainsi pu réaliser cette proposition de reconstitution 3D :

Reconstitution de la “tombe du soldat” (d’après https://www.auac.ch/iwfp/)

Ce plan peut être comparé avec celui d’édifices méditerranéens. Il suit l’organisation en deux salles aux deux extrémités d’une cour que l’on rencontre dans les villas italiques. On a d’un côté la salle du trône, pour la réception des invités, et du côté opposé de la cour, une salle de banquet. D’autre part, ce complexe comprenait des hypocaustes, ce qui indique la présence de thermes, que confirme un système de canalisations pour évacuer l’eau.

Pour la quasi-totalité des façades rupestres de Pétra comme celle du Tombeau du Soldat, il faut imaginer que, dans l’Antiquité, lorsqu’on s’approchait, il fallait être autorisé à passer les différents murs, pour comprendre la structure et pouvoir admirer les façades. Stephan Schmid utilise le terme d’hétérotopie conceptualisé par Foucault, et développe son propos dans son article de 2012, « Foucault and the Nabataeans – or what space has to do with it », In Men on the Rocks: The Formation of Nabataean Petra, publié dans le Supplement to the Bulletin of Nabataean Studies n°1, p. 251-269. Il montre comment l’accès aux façades les plus privilégiées n’est possible qu’après le passage d’une série de « barrages sociaux » sélectifs. Cela permettait aux groupes autorisés dans ces zones de mieux se rencontrer, mais également de mieux se distinguer de leurs pairs. On peut également penser aux édifices religieux avec architecture, dont le temenos, l’espace sacré comportant l’autel, n’est accessible qu’à un groupe limité d’individus.

Il est à noter qu’on ne retrouve pas de traces de grandes façades rupestres comme celle-ci après la conquête romaine, ce qui a amené certains spécialistes à penser que le système de construction rupestre est alors abandonné.

Fut ensuite étudiée la villa du quartier d’az-Zantur, désignée Ez Zantur IV par l’équipe suisse qui l’a fouillée. Elle est datée du Ier siècle de notre ère. Elle comporte un étage qu’il est difficile de restituer.

Trois types d’espaces partagent la maison : les pièces privées, de réception, et de service, marquant là encore l’existence d’une hiérarchie sociale exercée y compris dans les lieux privés.

Leur agencement est détaillé sur ce plan, qui montre les transitions par colonnades, typiques des palais macédoniens.

Villa IV du quartier d’az-Zantur (S. G. Schmid., op. cit., 2012, p. 256, fig. 3 d’après B. Kolb & L. Gorgerat 2012, p.234, fig. 5)

Cette villa est également un témoignage pertinent sur le mélange entre l’architecture hellénistique et l’influence romaine qui s’exprime à Pétra.

Les différents secteurs de la ville étaient sans doute souvent fréquentés par les mêmes personnes, mêmes « clans », que l’on identifie dans les inscriptions, notamment sur les tombeaux à la périphérie de la ville. On reconnaît l’existence de noyaux familiaux principaux dans l’organisation de la société nabatéenne. L’exercice du pouvoir d’un père de famille dépend de l’acclamation de son clan, et engendre une certaine compétition au sein même des familles. Dans l’ensemble des salles de banquets des palais, le chef de clan avait un emplacement spécifique, et à partir de là apparaît une rivalité en fonction de la position de chacun par rapport du chef.

On peut retrouver la trace archéologique de banquets grâce à la céramique peinte nabatéenne. Cette dernière fut retrouvée exclusivement dans le royaume et en Orient (Gaza, Yémen etc…), mais on n’a pas retrouvé de céramiques nabatéennes en Occident, alors qu’on sait que des Nabatéens résidèrent à Rome, ou Pouzzoles, où leur système clanique fut également exporté. Cela est par exemple détaillé dans l’article La présence des Nabatéens en Italie (Ier siècle av.-IIe siècle apr. J.-C.) de Christian-Georges Schwentzel, consultable sur [http://books.openedition.org/pur/6737?lang=fr#ftn1]. La diffusion de la céramique nabatéenne en Orient est visible dans la deuxième moitié du Ier avant notre ère, autour de Pétra, puis elle s’étend petit à petit, jusqu’au IIe siècle de notre ère qui voit une réduction puis une fin de production au IVe siècle environ.

Concernant l’expansion du royaume nabatéen, Stephan Schmid propose l’hypothèse qu’on se retrouve face à une cellule centrale à Pétra qui s’agrandit par le biais des différents « clans » qui se déplacent et s’installent. La plus ancienne structure qu’on arriverait à dater à Pétra est du début du Ier siècle avant notre ère. Or, il semblerait que la typologie des structures n’a pas spécialement changé deux siècles plus tard. De même, la structure du banquet est semblable du début du Ier siècle avant jusqu’à 101 de notre ère. Cela va dans le sens de l’existence de systèmes d’associations d’aristocrates, prisés chez les Macédoniens et d’autres cultures hellénistiques. Les Romains ne semblent pas avoir prolongé et encouragé ce type de structure sociale, car les associations étaient connues pour être les noyaux de troubles politiques. L’affirmation d’une aristocratie nabatéenne disparaît donc après le IIe siècle. Par ailleurs, les Romains déplacèrent la capitale de la province à Bostra. Néanmoins, Pétra conserva toujours une certaine importance symbolique.

Les premières réactions à l’issue de cette intervention furent celles du répondant Pierre Schneider de l’université d’Artois, spécialiste des sources écrites là où Stephan Schmid a surtout appuyé son discours sur les données archéologiques. Il remarque que dans les années 70 de notre ère environ, on constate la disparition des inscriptions annuelles qui mentionnaient des Strategoi, membres importants de l’administration nabatéenne. Cette disparition a conduit certains chercheurs à penser qu’elle illustrait une crise dans la société nabatéenne… Pourtant, comme le souligne Stephan Schmid, on n’assiste pas à des changements nets dans la culture matérielle retrouvée par les archéologues à Pétra. Il précisa tout de même que « 90% des constructions de Pétra sont impossibles à dater avec précision ».

Concernant l’occupation dans le temps du site de Pétra, Stephan Schmid explique qu’il resta fréquenté jusqu’au VIe-VIIe siècles environ. La topographie du site, dans une dépression cernée de rochers aux parois abruptes, n’est pas compatible avec un plan hippodamien. Il a donc été jugé qu’il n’était pas possible d’appliquer ici le schéma habituel des villes romaines, ce qui contribua à l’abandon progressif de Pétra sous la domination romaine.

Il fut demandé si l’on constatait un mode d’installation funéraire spécifiquement nabatéen, ce qui fut confirmé, en évoquant les tombes bien identifiables de Nabatéens retrouvées à Tyr ou bien à Ostie. Une question porta sur l’évolution sociale des Nabatéens : fut-elle relativement naturelle ou bien imposée par les Romains ? En fin de compte, l’influence de Rome était sûrement suffisamment importante pour amener « naturellement » les aristocrates nabatéens à se fondre dans la masse romaine.

Une question anima une bonne partie de la fin du séminaire : celle de savoir si la nécessité de consolider la société lors de cette période assez courte de gigantisme dans l’architecture était liée à une volonté des clans de s’affirmer, en raison de l’influence croissante de la présence romaine. Il en résulterait qu’en effet, paradoxalement, cette période de monumentalité marque potentiellement un moment de « crise » dans la société nabatéenne. Ces réflexions sont à explorer et des études comparatives avec les clans nabatéens émigrés en Occident seraient les bienvenues pour apporter un nouvel éclairage.

A consulter également :

Pétra. Atlas archéologique et épigraphique, de Laïla Nehmé, avec Joseph T. Milik et René Saupin, Académie des inscriptions et belles-lettres, coll. « Épigraphie et archéologie », 2012, 320 pages.

Mots clefs : Nabatéens, Pétra, hétérotopie, hospitalité, influence romaine, bilinguisme culturel

Carnet de l'axe C du laboratoire HiSoMA (UMR 5189)