09/03/2018 – Le nome mendésien

Compte rendu du Séminaire HiSoMA Sociétés méditerranéennes en mutation – Séance du 9 mars 2018

Par Ndong Fils Madhy, Master 1, Université Lyon 2

Histoire environnementale et résilience sociétale dans l’Égypte ancienne : Le cas du nome mendésien (Delta du Nil)

Intervenante : Katherine Blouin (University of Toronto). Répondant : M. Crépy (Archéorient)

© Toutes illustrations, sauf mention contraire : K. Blouin


Le Delta du Nil désigne la région d’Égypte où le Nil se jette dans la mer Méditerranée. C’est une région marécageuse qui a toujours été riche en faune et en flore. Le nome mendésien, dont il est question dans ce séminaire, est un district de l’Égypte ancienne qui fait partie de la région nord-est du Delta.

Le Delta du Nil et le Sinaï vus de l’espace (NASA)

Le contexte environnemental et géographique

Plusieurs facteurs interfèrent et contribuent à faire de ce paysage un paysage dynamique à l’échelle du temps humain. Les principaux facteurs qui influent sur l’évolution des paysages du Delta du Nil sont évidemment l’apport en eau et en sédiments. Par exemple, depuis la construction du barrage d’Assouan, il y a une forte réduction de l’apport annuel en sédiments et l’érosion côtière s’accroît. La compréhension de ces phénomènes dynamiques est rendue possible en grande partie par la collaboration entre les géomorphologues, les archéologues, les historiens et aussi de plus en plus les papyrologues. On sait par exemple qu’il y a eu réduction puisque l’étendue des zones marécageuses qui étaient dans le nord du Delta était beaucoup plus vaste dans l’Antiquité qu’elle ne l’est aujourd’hui. Plusieurs facteurs sont en cause, incluant l’activité humaine : c’est le cas, par exemple, des aménagements hydrauliques qui ont été mis en place dès l’Antiquité, et notamment la chenalisation des branches du fleuve (parmi ces travaux entamés dès l’Antiquité, mentionnons en particulier un canal reliant la base du Delta dans le secteur du Caire jusqu’à la mer Rouge ainsi que deux canaux transversaux permettant aux bateaux de naviguer d’est en ouest à travers le Delta). Par ailleurs, le développement agricole a eu un effet direct à long terme sur le paysage, en contribuant en partie à la réduction des zones humides situées dans la zone du Delta.

Les recherches portant sur cette région sont relativement nouvelles. De fait, le Delta n’a pas beaucoup de sites aussi bien conservés que les sites spectaculaires de la Haute-Égypte. C’est aussi une région densément peuplée, au sol humide, d’où le manque d’artefacts et de matériaux organiques. Or, la prise en considération des données très importantes du Delta remet en cause les modèles traditionnels des chercheurs qui travaillent sur le monde romain en général. Cette région est évoquée dans des sources de différentes périodes et de natures diverses. Les deux capitales du nome, Mendès et Thmouis, qui ont été fouillées, ont livré des témoignages archéologiques, dont un lot très important de papyrus carbonisés. Ce lot, trouvé dans une zone difficile à localiser précisément au sud-est du site de Thmouis vers la fin du XIXe et au début du XXe siècle, correspond aux archives administratives de la métropole romaine, d’après la description du contexte archéologique et la nature des textes, tous écrits en grec. Ces archives comprennent notamment des registres de taxes qui paraissent évoquer l’existence d’une crise au IIe siècle apr. J.-C.

Comment comprendre la crise qui frappe le nome mendésien au IIe s. apr. J.-C. ?

K. Blouin s’intéresse d’abord aux rapports entre les deux villes de Mendès et de Thmouis et à leur évolution : y a-t-il eu déplacement de l’une à l’autre ? Mendès, qui fut la capitale de l’Égypte sous la XXIXe dynastie (399-380 av. J.-C.), est une ville qui a une origine très ancienne. L’essentiel du matériel retrouvé en fouille date toutefois de la XXIXe dynastie. Le site de Thmouis a été moins bien exploré. On n’a aucune idée de la date de sa fondation, même si elle pourrait être placée au Nouvel Empire. Hérodote ne mentionne pas Thmouis en tant que telle mais il évoque l’existence d’un nome mendésien et d’un nome thmouite : c’est la plus ancienne référence écrite, indirecte, datant du Ve s. av. J.-C. À ce jour, les artefacts les plus anciens retrouvés datent du IVe s. av. J.-C., avant la conquête macédonienne. Par ailleurs, les archives carbonisées nous permettent de nuancer ou de compliquer un peu l’histoire des deux villes en montrant que Mendès était bien habitée par des gens au IIe s. apr. J.-C. : on a mention de contribuables enregistrés dans les deux villes, avec des quartiers numérotés, des blocs d’habitations et des maisonnettes occupées et organisées. De même, les deux villes voyaient leurs habitants payer la taxe de capitation qu’on appelle la laographia à un taux réduit. On n’a donc pas affaire à deux villes, mais plutôt à une zone urbaine avec deux identités séparées. En effet, les données papyrologiques nous permettent de prolonger l’occupation de Mendès jusqu’à la fin du IIe s. apr. J.-C. mais elles montrent aussi la prépondérance de Thmouis à cette époque.

Champs et canal près de Thmouis (K. Blouin)

Deux facteurs peuvent expliquer ce déplacement : le facteur hydrographique et la migration. En ce qui concerne l’hydrographie, à cause de la pente du Delta, l’eau ne peut pas drainer : ainsi les sédiments ont plus de facilité à se déposer. La branche mendésienne est une branche faible avec un cours instable. On a pu vouloir déplacer la ville vers un site plus favorable. En ce qui concerne la migration, les archives de Zénon documentent la présence à Thmouis au IIIe s. av. J.-C. de banquiers et elles montrent ce dernier impliqué dans  des  transactions commerciales qui incluent l’achat de parfums ou de vins. Au IIe s. ap. J.-C., les archives carbonisées documentent l’occupation de Thmouis par des contribuables avec des noms grecs.

Plusieurs facteurs semblent conduire à une crise au IIe s. apr. J.-C. : d’abord le dépeuplement des villages du nome, ensuite une épidémie et enfin la révolte des Nikochites. Ces informations proviennent des archives carbonisées de Thmouis, qui n’ont pas toutes été déchiffrées. Ce qui a été déchiffré indique que sur une période d’une décennie, entre au moins 159 et 171 de notre ère, le nome est dans l’ensemble abandonné par la plupart de ses contribuables qui sont dans l’incapacité de payer les taxes, ce qui suscite la ruine économique. Ces archives offrent ensuite la seule allusion directe à la présence de la peste en Égypte, qui est attestée ailleurs dans l’empire au IIe siècle. Enfin, la mention de la révolte des Nikochites peut être mise en relation avec un épisode connu dans les sources littéraires comme étant une révolte des Boukoloi. K. Blouin revient sur l’image de ces populations vivant dans les zones marécageuses de pêche, d’élevage, de chasse, et de cueillette et qui souffrent, dans les sources anciennes comme dans l’historiographie récente, d’une vision stéréotypée et orientaliste. Lorsqu’on regarde l’histoire environnementale du Delta, et lorsqu’on regarde ce que disent les papyrus de l’économie agricole de cette région à l’époque, on est amené à nuancer cette dichotomie, à la complexifier et à reconsidérer ces populations. En effet, les papyrus nous révèlent que les habitants du nome vivaient d’une économie diversifiée, intégrée dans la vie fiscale sous l’autorité du gouvernement provincial ; cela inclut l’agriculture céréalière. Aussi, les données papyrologiques nous permettent d’avoir une vision plus nuancée de ce qu’était la réalité sur le terrain, permettant à la fois de discerner le noyau informatif des sources littéraires mais aussi d’y reconnaître des discours stéréotypés. Dans tous les cas, les sources littéraires corroborent l’existence d’une révolte, matée par un détachement militaire en 171-172.

Ruines de Thmouis (K. Blouin)

Les archives carbonisées de Thmouis font allusion à un type particulier de terres, de taxes qui sont inconnues ailleurs en Égypte et qui se réfèrent soit à des terres soit à des étendues d’eau. Les terres du nome mendésien sont devenues des terres céréalières ; ce qui suppose qu’un drainage a été fait. Les villageois se sont retrouvés pendant la période de la crise dans une situation où leur seule forme de revenus était liée à la récolte.

Paysage agricole près de Thmouis (K. Blouin)

En conclusion, toutes ces dynamiques vont dans le sens d’une réponse pragmatique et opportuniste des communautés du nome face aux changements. Le déplacement de chef-lieu de Mendès vers Thmouis semble avoir été un processus graduel. On a ailleurs en Égypte d’autres exemples de résilience urbaine qui vont dans le sens d’une adaptabilité des communautés face à l’environnement. Le cas de Mendès et de Thmouis montre un site urbain à la fois égyptien et grec où on ne voit pas de crise mais plutôt une coexistence. Dans la longue durée, on ne doit pas voir la crise du IIe siècle comme un moment de destruction, de tragédie locale : elle n’a pas marqué la fin de l’histoire de la région. La crise s’inscrit plutôt dans un processus, comme une étape d’une continuité.

Plusieurs questions ont été abordées pendant la discussion :

  • Le déplacement de la branche mendésienne a-t-il pu se produire par volonté humaine, pour suivre l’évolution urbaine vers Thmouis ? ou l’inverse ? Est-ce le cours d’eau qui a déterminé l’implantation de la population ou le contraire ?
  • Qu’en est-il de la subsidence des plaques tectoniques au niveau du lac Menzaleh ?
  • Qu’en est-il des dérivations fréquentes et des limites administratives des nomes ?

Le croisement des études géo-archéologiques avec les informations tirées des sources littéraires et papyrologiques est une démarche susceptible d’apporter des pistes de réponse.


Mots clés : Boukoloi, Thmouis, Mendès, papyrus, hydrographie, Delta

Carnet de l'axe C du laboratoire HiSoMA (UMR 5189)