01/12/2017 – La cité de Thasos au IIIe s. apr. J-C. : la crise en question

Compte rendu du Séminaire HiSoMA Sociétés méditerranéennes en mutation – Séance du 1er décembre 2017

Par Jillian Akharraz, Master 2, Université Lyon 2

La cité de Thasos au IIIe s. apr. J-C. : la crise en question

Intervenant : Julien Fournier (Université de Lorraine) ; répondant : Pierre-Louis Gatier (CNRS, HiSoMA)

Julien Fournier commence sa communication en précisant comment le sujet de la séance s’inscrit dans ses domaines chrono-culturels d’étude. Ses thèmes de recherche sont la Grèce hellénistique et romaine, la cité grecque et ses institutions à l’époque romaine ainsi que les inscriptions de Thasos, plus particulièrement du IIe s. av. J.-C. au IIe s. apr. J.-C. (voir sa page de présentation sur le site de son laboratoire: http://hiscant.univ-lorraine.fr/content/fournier-julien).

Le site de Thasos a particulièrement retenu l’attention des archéologues français, notamment ceux de l’École française d’Athènes, depuis le début du XXe siècle. Des recherches systématiques sont entreprises dès 1910 à l’initiative de Ch. Picard, avec Ch. Avezou et A. Reinach. Elles mettent au jour, sous le village moderne, les ruines de la cité antique. Ces fouilles ont renouvelé sur différents points la connaissance de cette importante cité du nord de la mer Égée (Chamoux 1959).

Plan général de la ville (Guide de Thasos, 2e éd., p. 50)

Tout d’abord, dans une perspective méthodologique, J. Fournier explique la manière dont il a abordé le thème par le prisme de la « mutation » sociale. Pour ce faire, il propose un bref résumé de l’histoire de la cité insulaire de Thasos. Fondée par des colons pariens au VIIIe s. av. J.-C., elle atteint son âge d’or au VIe grâce aux richesses minières de la région. Après les guerres Médiques, la cité pense pouvoir s’affranchir de la tutelle athénienne, mais cette tentative aboutira au siège de la ville par Cimon en 455/453. Il s’ensuit, jusqu’à la bataille de Chéronée, en 338, une alternance d’influences hégémoniques spartiates et athéniennes qui seront balayées par la victoire de Philippe II. S’ouvre alors pour Thasos une période de paix et de prospérité durables. Libérée de la tutelle macédonienne en 197 av. J.-C. par Titus Quinctius Flamininus qui déclare en 196 av. J.-C. la liberté des Grecs, Thasos retrouve son indépendance et devient l’alliée de Rome. L’île doit encore subir en 86 av. J.-C. le difficile siège de Mithridate VI du Pont, avant d’entrer dans l’empire romain. Cette dernière période, sous la Pax Romana, est caractérisée par une vie civique riche et une correspondance qui montre les bonnes relations entretenues par la cité avec la famille impériale (Guide de Thasos2, p. 23-33). Cet état de paix et de prospérité va être bouleversé dans la seconde moitié du IIIe s. apr. J-C : l’archéologie documente, pour cette période, des destructions violentes tandis que les inscriptions émanant d’institutions civiques disparaissent progressivement. L’hypothèse avancée pour expliquer cette crise serait le raid mené par le peuple des Hérules dans l’île en 267-270 apr. J.-C. C’est cette hypothèse que J. Fournier se propose d’éprouver en relevant des indices/preuves qui permettraient de mieux qualifier ces changements : crise ou mutation ?

La première question porte sur la période à laquelle les changements se produisent. J. Fournier nous a rappelé que l’île avait connu deux crises majeures : le siège de Mithridate et l’invasion des Hérules. Le premier est notamment connu par un sénatus-consulte qui fait état d’un siège. En voici la traduction (d’après Guide de Thasos2, p. 31) :

« Les [Thasiens avaient décidé] de s’engager tous par serment à périr, eux, leurs enfants, leurs femmes, à résister aux forces de l’ennemi, à lutter au besoin jusqu’au dernier souffle pour la défense de nos intérêts, plutôt que de sembler s’éloigner en aucune occasion de l’amitié du peuple Romain. Voyant que cette détermination était pour eux le moyen de sortir saufs du siège, et que, les ennemis s’étant pour ce motif même engagés plus durement contre eux, ils s’étaient jetés dans de très grands malheurs et dommages, et qu’ils supportaient de nombreux dangers »

Des traces archéologiques peuvent être éventuellement rattachées à cet épisode. Yves Grandjean décèle ainsi des fermetures de portes dans le rempart sud qu’il attribue à la première moitié du Ier s. av. J.-C. Elles sont obturées afin d’optimiser la défense de la cité. Chr. Dunant et J. Pouilloux estiment que les déprédations de Mithridate ont porté sur les domaines et quartiers nouveaux hors les murs. Mais il n’y a pas de crise durable, Thasos sort vite renforcée de l’épisode. Avec la paix romaine, elle n’a plus besoin d’armée mais elle garde son rempart ainsi que des magistratures militaires de prestige. On observe une continuité institutionnelle de la cité. L’archéologie montre qu’elle est prospère à la période julio-claudienne (exèdre pour Livie et Auguste, culte de Rome et d’Auguste Sebastoi), et une deuxième phase d’expansion à la période antonine a été observée vers le sud de l’agora, avec un macellum, l’odéon et un arc monumental pour Caracalla.

Stèles funéraires avec banquet (Guide de Thasos, 2e, éd. p. 271)

Au IIIe s. apr. J.-C. on voit apparaître diverses perturbations. Une série de destructions peut être datée de la deuxième moitié du IIIe ou du début du IVs., elle est suivie d’une phase de restauration des édifices de l’agora. L’archéologie montre en effet que les portes des bâtiments du macellum ont été murées pour empêcher des occupations sauvages après une période d’abandon des magasins. Il n’y a pas de texte qui nous fasse connaître de destruction à Thasos aux IIIe et IVe s. apr. J.-C. comme pour le siège bien documenté de Mithridate. L’empire romain est à cette époque désorganisé par les invasions, l’inflation et la succession rapide des empereurs. L’historiographie rapproche cette période de troubles à Thasos des incursions des Hérules entre 267 et 269 apr. J.-C. Ces derniers sont battus par Gallien sur le fleuve Nestos, ils viennent alors des Détroits. La deuxième fois, ils sont battus par l’empereur Aurélien. À chaque fois ils passent tout près de Thasos. L’étude de la sculpture laisse également apparaître une rupture majeure dans la deuxième moitié du IIIe apr. J.-C. On note que la production sculptée se raréfie, le type du relief avec banquet funéraire prend fin et de nombreuses sculptures sont concassées de manière systématique et utilisées en remploi (Holtzmann et Jacob 2010).

Il y aurait donc eu un événement désastreux en ce IIIe s. apr. J.-C. L’historiographie thasienne traditionnelle suggère que la cité aurait été abandonnée pendant une génération pour être réoccupée par une population bientôt chrétienne qui concasse les restes païens. L’Antiquité s’arrêterait à Thasos vers 270-300.

Afin d’éprouver cette thèse, J. Fournier apporte des éléments nouveaux et il tente de réinterpréter la documentation ancienne. Il s’intéresse tout d’abord à l’épigraphie.

L’agora est depuis le IVe s. av. J.-C. l’épiphanestatos topos (le lieu d’exposition privilégié des inscriptions). Cependant, il y a très peu d’inscriptions publiques qui datent du IIIe s. apr. J.-C. La raréfaction de l’épigraphie coïncide avec un mouvement du centre de la ville vers de nouveaux quartiers (proches de l’arc de Caracalla). Cette apparente désaffection de l’agora comme lieu d’affichage reste inexpliquée. J. Fournier se sert de l’étude de la liste des théores (liste de magistrats gravée en une fois de manière rétrospective au IVe s. av. J.-C. puis tenue à jour annuellement en tirant un trait – paragraphos – avant d’ajouter les trois noms suivants). L’enjeu est de préciser la fin de cette pratique épigraphique.

Il commence par étudier la liste des archontes, gravée sur les murs de l’édifice à paraskènia. Il tente de proposer une datation grâce à l’étude des gentilices et/ou des titres. Par ce procédé, il est possible de cerner des groupes et de les dater. L’élément décisif est celui de l’apparition du nom Aurélius, forcément postérieure à 212 apr. J.-C. (date de l’édit de Caracalla qui donne la citoyenneté à tous les habitants libres de l’empire). Lorsque les noms sont pérégrins, les magistrats sont en poste avant 212. Il n’y a pas de gentilice dans la liste des théores : on peut donc penser que l’on abandonne la gravure de ces listes vers 200-212. La liste des archontes, elle, livre entre deux et trois noms d’une année à l’autre ; elle cesse d’être gravée vers 240/250 apr. J.-C. Il est possible que le raid des Hérules mette un point final à l’institution des archontes, mais cette dernière est déjà en déclin : on a du mal à recruter des magistrats (certaines années il n’y en a que deux et non pas trois), et les noms des Thasiens ne sont plus les mêmes qu’aux Ier et IIe s. apr. J.-C. On puise dans un réservoir plus large que l’élite traditionnelle, on va chercher des personnes d’autres horizons sociaux.

Edifice à paraskénia; élévation restituée (Guide de Thasos, 2e éd., p. 67)

Un groupe d’inscriptions pour les fils de Constantin est daté du milieu du IVe s., mais il n’y pas d’inscriptions publiques entre 260 et le début du IVe s. apr. J.-C. La question qui se pose alors est celle de l’abandon total de la cité après 270 apr. J.-C., postulé par l’historiographie traditionnelle. J. Fournier réfute cette hypothèse grâce à l’étude des monnaies romaines découvertes dans les fouilles de Thasos.

L’augmentation du nombre de monnaies retrouvées par année de règne commence à partir de Maximin (235-238 apr. J.-C.) ; sous Claude II (268-270 apr. J.-C.), qui combat les Hérules, on dénombre 52 monnaies par année de règne et leur nombre explose sous la tétrarchie (285 apr. J-C) : on en dénombre 59 par année de règne. Cette augmentation monétaire n’est pas le signe d’une économie en bonne santé mais bien le reflet de l’inflation du IIIe siècle. On produit beaucoup de monnaies à partir de Gordien III (238-244 apr. J.-C.), notamment beaucoup d’Antoniniens (très dévalués). La courbe des monnaies retrouvées à Thasos suit celle de l’inflation du IIIe s. apr. J.-C. Une telle courbe n’indique toutefois pas une cité en déclin ou en voie d’abandon, même provisoire. À Thasos, au IIIe s. apr. J.-C., il y a un approvisionnement normal en monnaie. L’objection possible est que ces monnaies soient arrivées plus tard… mais on voit ailleurs que ces monnaies circulent peu longtemps, donc si on en retrouve à Thasos c’est qu’elles sont arrivées dans l’île au plus tard dans le troisième quart du IIIe siècle.

Une autre objection pourrait être que ces monnaies appartiennent à des trésors. Les trésors monétaires sont le signe d’une crise. Lors d’une crise, qu’elle soit stasis ou polémos, les habitants cachent naturellement leur argent pour le mettre à l’abri des pillages. Cependant, dans le cas de Thasos, aucun trésor n’a été retrouvé. Au contraire, les monnaies sont des monnaies de fouille, retrouvées sur l’agora, dans les grands sanctuaires et les quartiers d’habitation, preuve d’une certaine vitalité économique et financière dans la cité.

Bronzes d’époque impériale (Guide de Thasos, 2e éd., p. 313)

L’étude de la céramique conduit à un constat similaire. Jean-Sébastien Gros (2012-2013) remarque que la céramique fine de la fin du IIe et du début du IIIe s. apr. J.-C. comprend surtout de la sigillé orientale C ainsi que des productions des régions de Pannonie. Les productions du Pont et de Mysie cessent d’approvisionner les circuits commerciaux après le passage des Hérules, alors que les productions d’Asie mineure et d’Égypte inondent le marché. Il y a donc des difficultés d’approvisionnement sur les marges septentrionales de l’Égée et, par conséquent, un changement dans les circuits d’approvisionnement céramique à Thasos mais pas d’interruption.

Il est donc possible, et même probable qu’il y ait eu un sac de la cité par les Hérules. Le silence épigraphique et les destructions sont indéniables. Il y a eu une crise, sans aucun doute. Les événements de la fin du IIIe s. apr. J.-C. et le contexte de crise globalisée dans l’empire marquent un tournant de l’histoire thasienne car ils mettent fin à une tradition millénaire à Thasos qui est l’inscription de la liste des théores. Mais on ne peut pas tout attribuer aux Hérules ; le déclin de la liste des théores a commencé auparavant. Par ailleurs, la cité continue d’être occupée entre le milieu du IIIe s. et l’époque constantine. Ces crises ont été surmontées par le « peuple » des Thasiens à la fin du IVe s. apr. J.-C., comme le montre une inscription honorifique, datée de l’époque de l’empereur Julien (361-363), décidée par le δήμος des Thasiens. La cité existe toujours mais elle a perdu de sa splendeur. On le voit à la qualité de la gravure : il n’y a plus de lapicides ou bien ils ont perdu en habileté. La pratique de l’épigraphie publique montre que la cité existe toujours mais on a perdu l’habitude d’écrire sur la pierre.

S’il faut chercher à dater la fin de l’antiquité classique à Thasos, c’est très certainement dans le cours du IVe siècle. Grégoire de Naziance rapporte un épisode relatif à Thasos, sur un prête thasien qui construit la première église de la cité en 389. En effet, une des premières églises est implantée sur l’édifice à paraskénia et elle réutilise massivement dans son appareil des blocs de la liste des théores. On construit de grandes villas protobyzantines au début du Ve s. apr. J.-C., dans lesquelles on retrouve des inscriptions remployées en grand nombre ; à cette même époque on débite également des statues. La crise est avérée un siècle auparavant, mais la mutation de la société thasienne (aussi bien dans le corps civique que dans les pratiques cultuelles) doit être placée au IVe siècle.

Plan général restitué de l’agora, église du Ve siècle (Guide de Thasos, 2e éd., p. 62)

Discussion

Avec la participation d’Ilir Culaj et Julien Guigue, Master 2, Université Lyon 2

La discussion est animée par Pierre-Louis Gatier, chercheur au laboratoire HiSoMA, spécialiste du Proche-Orient hellénistique, romain et byzantin.

L’attention et les questions de P.-L. Gatier se concentrent particulièrement sur le rapport entre les aspects économiques et la crise institutionnelle. Dans un premier temps, les discussions portent sur la différence faite par J. Fournier entre la crise économique et sociale et la crise institutionnelle, cette dernière commençant beaucoup plus tôt que l’autre (crise dans le recrutement puis disparition des théores d’abord, des archontes ensuite). L’absence de destructions violentes lors des raids des Hérules semble aussi aller dans le sens d’une crise institutionnelle à Thasos plutôt que d’une une crise militaire ou sociale.

Puis la discussion porte sur le monnayage. Quand la cité a-t-elle arrêté de frapper monnaie ? J. Fournier propose le milieu du IIIe siècle mais il précise qu’on manque de contexte stratigraphique pour étayer cette hypothèse. Une question est posée sur l’arrêt des exportations du marbre (l’une des principales ressources de Thasos). De manière générale, le marbre de Thasos est très peu attesté après le IIe siècle. La question des statues martelées occupe ensuite la discussion. Il est, en effet, extrêmement peu probable que cet acte soit le fait des barbares. C’est plutôt le signe d’une crise politique, ou d’une mutation sociale (avec le passage à une société chrétienne).

L’utilisation du terme de dèmos au lieu de polis dans l’inscription de Julien suscite des commentaires. On revient également sur l’influence possible des institutions romaines sur les institutions de la cité thasienne, mais J. Fournier souligne que le passage de trois à deux archontes annuels est plutôt le signe d’une difficulté de recrutement. Le mode d’inscription des noms sur les murs de l’édifice à paraskénia est évoqué ; il n’y a pas de constante, d’ordre chronologique, certains noms étant inscrits à côté de celui d’autres magistrats en raison de liens familiaux.

Enfin, la question de l’urbanisme a été posée, notamment pour l’église du Ve s. apr. J.-C., construite à environ 1,50 m au-dessus du sol de l’agora du Haut-Empire. Il est probable que des phénomènes naturels (inondations et colluvionnement) ont joué un rôle dans ces évolutions qui ont profondément transformé le plan de la ville.

Indications bibliographiques

D’Archiloque à Plutarque : littérature et réalité. Choix d’articles de Jean Pouilloux, Collection de la Maison de l’Orient 16, Lyon, 1986 (Thasos : p. 10-124) : http://www.persee.fr/issue/mom_0985-6471_1986_ant_16_1

Chamoux, Fr. 1959, « L’île de Thasos et son histoire », Revue des Études grecques 72, p. 348‑369 : http://www.persee.fr/doc/reg_0035-2039_1959_num_72_339_3583

Dunant, Chr. et Pouilloux, J. 1958, Recherches sur l’histoire et les cultes de Thasos, 2. De 196 avant J.-C. jusqu’à la fin de l’Antiquité, Études thasiennes 5, Athènes-Paris.

Fournier, J., Hamon, P. et Trippé, N. 2011, « Cent ans d’épigraphie à Thasos (1911-2011) », Revue des Études Grecques 124, p. 205-226 : http://www.persee.fr/doc/reg_0035-2039_2011_num_124_2_8060

Gros, J.-S. 2012-2013, « La circulation de la céramique à Thasos. Nouvelles perspectives commerciales à l’époque impériale », Bulletin de Correspondance Hellénique 136-137, p. 299-317.

Guide de Thasos2 : Y. Grandjean, Fr. Salviat et al., Guide de Thasos, 2e éd., Sites et Monuments 3, Athènes-Paris, 2000.

Holtzmann, B. et Jacob, R. 2010, « Les abords Nord-Est de l’agora de Thasos  III.1. Les sculptures », Bulletin de Correspondance Hellénique 134, p. 223-299.

Picard, O. et Barrandon, J.-N. 1981, « Monnaies de Thasos », Revue d’Archéométrie suppl. 1, p. 341-347.

Mots clefs : crise institutionnelle, Thasos, épigraphie, monnayage, raids barbares

Carnet de l'axe C du laboratoire HiSoMA (UMR 5189)