Archives de catégorie : Séminaire

Troisième séance du séminaire « Sociétés en mutations » 2019/2020 – 13 DEC. 2019

SÉANCE ANNULÉE
Elle est reprogrammée le vendredi 13 mars 2020

La troisième séance 2019/2020 du séminaire commun de l’axe C – Sociétés méditerranéennes en mutation (actualité des terrains et méthodes) aura lieu le vendredi 13 décembre 2019 – de 15h à 18h, salle 409 – MILC – 35 rue Raulin – Lyon 7e.

Corinne Bonnet (professeur d’Histoire grecque – Université Toulouse Jean Jaurès – Responsable du projet ERC Advanced Grant « Mapping Ancient Polytheisms »), Cartographier les paysages religieux chypriote et phénicien à travers les noms divins : un chantier en cours

Répondant : Romain Loriol, Lyon 3, HiSoMA


Dans le cadre du projer ERC « Mapping Ancient Polytheisms » (MAP), une équipe travaille, à Toulouse, sur les séquences onomastiques qui servent à désigner les puissances divines dans les inscriptions des mondes grec et sémitique, entre 1000 av. et 400 ap. J.-C. L’enquête repose sur la conviction que la manière de nommer les dieux est révélatrice de la connaissance que l’on a, ou croit avoir, sur les dieux, d’une part, des intentions ou finalités des agents qui mobilisent ces appellations dans le rituel, d’autre part.

Le recours à des séquences, contenant plusieurs éléments, permet, de surcroît, de travailler sur ceux qui sont partagés ou spécifiques, donc sur les liens ou sur l’absence de liens que tel ou tel contexte d’usage des noms donne à voir.

Lors de ce séminaire, on présentera les grandes orientations du projet MAP, la base de données qui permet de répertorier et d’analyser les séquences onomastiques, ainsi que les outils utiles pour exploiter les données.

Puisque le corpus grec et phénicien de Chypre est, à peu de choses près, enregistré dans la base de données, et que le corpus phénicien de Phénicie est aussi bien avancé, on présentera les premiers éléments d’analyse et on verra quels types de questions la base de données permet d’aborder quant à l’inscription des dieux dans l’espace et le temps en particulier. On tirera aussi profit de la comparaison entre données grecques et phéniciennes.

Deuxième séance du séminaire « Sociétés en mutations » 2019/2020 – 22 NOV. 2019

La deuxième séance 2019/2020 du séminaire commun de l’axe C – Sociétés méditerranéennes en mutation (actualité des terrains et méthodes) aura lieu le vendredi 22 novembre 2019 – de 15h à 18h, salle 409 – MILC – 35 rue Raulin – Lyon 7e.

Madalina Dana (professeure d’histoire grecque à l’université Lyon 3, HiSoMA), Lettres et société : relations personnelles et dynamiques sociales dans la correspondance grecque privée sur plomb et sur tesson (VIe-IIIe s. av. J.-C.)

Répondante : Bérangère Redon, chercheuse au CNRS, laboratoire HiSoMA.


Cette communication envisage une analyse à trois niveaux à partir d’une documentation spécifique qu’est la correspondance privée sur support non-périssable en provenance principalement du Pont-Euxin, de l’Attique et du Sud de la Gaule.  Nous nous intéresserons d’abord au statut du document lui-même, en tant que lettre privée destinée à une lecture personnelle, ponctuelle et seulement dans certains cas à l’archivage, puis à la lettre comme creuset de diverses expériences et relations familiales et amicales, enfin aux divers statuts socio-économiques dévoilés par les lettres dans les territoires de contacts qui caractérisaient les bords de la Méditerranée. Il s’agit notamment de voir comment les échanges individuels ou entre des groupes relativement restreints, dans des espaces qui dépassent rarement les limites de la chôra voire de la ville, nous renseignent sur des faits de société, des évolutions historiques et des transformations plus profondes des milieux qui pour être culturellement homogènes ne sont pas moins socialement hiérarchisés.  

Première séance du séminaire « Sociétés en mutations » 2019/2020 – 11 oct. 2019

La première séance 2019/2020 du séminaire commun de l’axe C – Sociétés méditerranéennes en mutation (actualité des terrains et méthodes) aura lieu le vendredi 11 octobre 2019 – de 15h à 18h, salle 404, 18 rue de Chevreul, Lyon 3.

David M. Pritchard (Associate Professor of Greek History, University of Queensland (Australie), chercheur
au Collegium de Lyon), La considération accordée aux marins dans
l’Athènes démocratique (The standing of sailors in democratic Athens)

Répondante : M.-Fr. Boussac, professeur émérite, Université de Nanterre

Dans l’Athènes démocratique, les marins étaient tout aussi importants culturellement que les hoplites. En effet, il était clair pour le dēmos que son État était une importante puissance maritime. Athènes était consciente qu’il était crucial de préserver
ses forces navales, puisqu’elle menait avant tout ses combats en mer.

Top-bench rowers and the three levels of rowing benches on a trireme are depicted on fragments of a victory monument for the ship race at the Great Panathenaea. Attic marble relief, c. 410-400. Athens, Acropolis Museum, inv. no. 1339. Photograph courtesy of H. R. Goette.

Pour le peuple, combattre en tant que marin profitait autant à l’État que le faire en tant qu’hoplite, et les Athéniens n’appartenant pas à l’élite étaient convaincus qu’un citoyen honorait de la même manière ses devoirs en servant dans la marine ou dans l’armée de terre. Il leur tenait donc à cœur que les Athéniens combattant en mer obtiennent la même reconnaissance de leur bravoure.

Traditionnellement, l’aretē (le courage) était définie en fonction de ce que les hoplites devaient accomplir en se battant sur terre. Or la manière de combattre des marins était nettement différente. Par conséquent, les reconnaître comme courageux posait problème, puisqu’ils ne répondaient pas strictement à la définition de l’aretē telle qu’appliquée aux hoplites.

Les orateurs publics et les dramaturges identifièrent deux manières de contourner ce problème : parfois, ils mettaient en exergue les aspects des combats en mer par lesquels les marins répondaient aux critères traditionnels du courage, ou tout au moins s’en approchaient. Plus souvent encore, ils utilisaient tout simplement une nouvelle définition de l’aretē, considérant que le courage consistait à braver les dangers du champ de bataille malgré les risques.

Puisque cette nouvelle définition n’était plus liée aux hoplites, elle pouvait facilement s’appliquer aux marins. Tout cela différait grandement de la vision négative des marins que les Athéniens classiques avaient héritée de leurs ancêtres, et c’est ainsi que le dēmos est parvenu à redéfinir les valeurs aristocratiques traditionnelles dans le domaine militaire.

Huitième séance 2017/2018 du séminaire «Sociétés en mutation» 27 avril 2018

Attention – La séance prévue initialement le 27/04 a été repoussée au 24/05.


La huitième séance 2017/2018 du séminaire commun de l’axe C – Sociétés méditerranéennes en mutation (actualité des terrains et méthodes) aura lieu le vendredi 24 mai 2018 – de 15h à 18h, salle d’égyptologie, MOM (2e étage).

S. Gioanni (Université Lyon 2, HiSoMA), L’autorité de l’Église de Rome en Dalmatie (IVe-XIe siècle) : crises, réformes et historiographie

Répondant : R. Bouchon (Université Lyon 2, HiSoMA)

Les origines antiques du christianisme dalmate ont donné lieu à de nombreuses interprétations depuis l’Antiquité tardive. La chronique de l’Église de Split – métropole fondée par les habitants de l’antique Salone après son abandon au début du VIIe siècle – raconte que la cité de Salone fut évangélisée par un disciple de saint Pierre, appelé Domnio, qui avait reçu cette mission du « prince des Apôtres » avant de connaître le martyre à Salone sous Trajan.

Le monastère de Saint-Pierre d’Osor – Cl. S. Bully

L’étude archéologique du quartier épiscopal de Salone au XIXe siècle a ouvert une étape nouvelle dans l’étude du christianisme salonitain et a remis en cause cette « fiction » médiévale. Elle a montré notamment qu’il avait bien existé un Domnio dans l’Église dalmate mais qu’il s’agissait non pas d’un disciple de saint Pierre mais d’un évêque de Salone martyrisé sous Dioclétien au début du IVe siècle. La légende du Domnio apostolique présente toutefois un grand intérêt pour comprendre l’extension de l’autorité pontificale dans la région. L’objectif de cette communication est d’étudier sur la longue durée les différentes stratégies de la papauté qui, après de nombreux échecs et revirements, parvint à imposer son autorité sur la Dalmatie en favorisant : 1. la réécriture latine des origines antiques du christianisme dalmate prétendument attribuées à saint Pierre ; 2. le rapprochement avec les élites locales et les autorités civiles dalmates, byzantines et croates ; 3. la multiplication des fondations monastiques sur les îles et les côtes dalmates qui devinrent les principaux relais des réseaux, de la culture et des idées réformatrices dans l’Adriatique orientale.

Saint Domnio, évêque de Salone et disciple de saint Pierre (bas-relief de la cathédrale de Split) – Cl. S. Gioanni

Troisième séance 2017/2018 du séminaire «Sociétés en mutation» 1er décembre 2017

La troisième séance 2017/2018 du séminaire commun de l’axe C – Sociétés méditerranéennes en mutation (actualité des terrains et méthodes) aura lieu le vendredi 1er décembre 2017 – de 15h à 18h, salle Reinach, au 4e étage de la MOM.

Julien Fournier (Université de Lorraine), Thasos dans la seconde moitié du IIIe s. apr. J.-C. : la crise en question.

Répondant : P.-L. Gatier (HiSoMA)

Les fouilles de l’agora de Thasos ont fait apparaître des traces de destructions importantes, assez approximativement datées entre le milieu du IIIe s. et le début du IVe s. ap. J.-C. L’idée s’est progressivement imposée, dans l’historiographie thasienne, qu’elles avaient été causées par les Hérules, passés dans la région en 268/9. Ce raid aurait ouvert une crise grave : fin des institutions, fermeture des ateliers artisanaux, peut-être même abandon de la cité.

Un nouvel examen de la documentation archéologique, épigraphique et numismatique de cette époque mal connue de l’histoire de la cité incite à une nouvelle lecture de la « crise thasienne ».

 

 

 

 

Deuxième séance 2017/2018 du séminaire «Sociétés en mutation» 10 novembre 2017

La deuxième séance 2017/2018 du séminaire commun de l’axe C – Sociétés méditerranéennes en mutation (actualité des terrains et méthodes) aura lieu le vendredi 10 novembre 2017 – de 15h à 18h, salle Reinach, au 4e étage de la MOM.

Stephan Schmid (Humboldt-Universität zu Berlin), La structure sociale des Nabatéens et les conséquences de la conquête romaine : les témoignages archéologiques.

Répondant : P. Schneider (Université d’Artois).

À l’origine des nomades arabes, les Nabatéens – ou au moins une partie de ce « peuple » – commencent à pratiquer une vie sédentaire dans la région de Pétra au sud de la Jordanie actuelle, située assez exactement à mi-chemin entre la mer Morte et la mer Rouge, vers le début de l’époque hellénistique. L’absence d’une historiographie nabatéenne nous réduit soit à des sources écrites offrant un point de vue extérieur (sources grecques et romaines) soit aux données archéologiques pour essayer de comprendre la structure sociale des Nabatéens.

L’observation et l’interprétation de l’architecture nabatéenne amènent à croire que le noyau de cette société était formé par des groupes d’un certain nombre de personnes, avec une architecture souvent hétérotopique qui permettait aux groupes de mieux se rencontrer, mais également de mieux se distinguer de leurs pairs.

Ces phénomènes rappellent le comportement et l’architecture associatifs du monde romain et c’est peut-être pour cela que les Romains, une fois devenus les maîtres du territoire nabatéen en 106 ap. J.-C., ne semblent pas avoir prolongé et encouragé ce type de structure sociale, car les associations étaient connues pour être également les noyaux de troubles politiques.

Au cours de ce séminaire, on essaiera de regarder de près les données archéologiques et les sources écrites pour vérifier si ces interprétations sont viables.

Première séance 2017/2018 du séminaire «Sociétés en mutation» 29 septembre 2017

La première séance 2017/2018 du séminaire commun de l’axe C – Sociétés méditerranéennes en mutation (actualité des terrains et méthodes) aura lieu le vendredi 29 septembre 2017 – de 15h à 18h, amphithéâtre Descartes – ENS de Lyon.

Autour de l’ouvrage dirigé par P. Boucheron, Histoire mondiale de la France
P. Boucheron (Collège de France) – répondants : V. Chankowski (Université Lyon2, HiSoMA), J.-Fr. Chauvard (Université Lyon2, LARHRA) et J. Guilaine (Collège de France).

affiche.

 

 

Neuvième séance du séminaire « Sociétés en mutation » 7 avril 2017

La neuvième séance du séminaire commun de l’axe C – Sociétés méditerranéennes en mutation (actualité des terrains et méthodes) aura lieu le vendredi 7 avril 2017 – de 15h à 17h30.

Les temples égyptiens et leurs temenoi, des derniers pharaons aux empereurs romains : le cas de Coptos (IVe s. av. J.-C.– Ier s. apr. J.-C.)

Laure Pantalacci (Université de Lyon 2, HiSoMA)

Répondant : Jean-Charles Moretti (CNRS, IRAA)
affiche (.pdf)

Les derniers pharaons indigènes, puis les Ptolémées ont développé à Coptos une forte activité architecturale. Dans le temenos principal, le temple de Min et Isis est agrandi, on construit de nouveaux édifices secondaires. Le complexe des temples sud est entièrement rénové. Avec l’arrivée des Romains, le déclin des temples et du panthéon traditionnels se fait plus sensible. L’application d’un modèle d’urbanisme monumental nouveau dans les temenoi pharaoniques impose un changement radical d’aspect et d’usage du centre religieux. Enfin, aux Ve-VIe s., la construction, à l’ouest du site, de plusieurs monuments chrétiens remployant les matériaux de temples païens démantelés, est la dernière grande mutation actuellement observable sur le site.

Huitième séance du séminaire « Sociétés en mutation » 17 mars 2017

La huitième séance du séminaire commun de l’axe C – Sociétés méditerranéennes en mutation (actualité des terrains et méthodes) aura lieu le vendredi 17 mars 2017 – de 15h à 17h.

Comment évaluer une crise sociale ? Analyse de stratégies funéraires clivantes en Grèce ancienne

Olivier Mariaud, Université Grenoble-Alpes

Répondante : Sabine Fourrier , HiSoMA

affiche (.pdf)

L’objectif de cette présentation est de mettre en perspective les structures symboliques de certaines pratiques funéraires en Grèce ancienne, fantasmées comme les funérailles de Patrocle dans l’épopée homérique, aussi bien que réelles comme les tombes à Öpferinnen de l’Attique ou la tombe de Mégas à Samos. Ces exemples s’insèrent dans des stratégies de différenciation sociale « aiguës », qui peuvent correspondre à un moment de crise du corps social. Il s’agit de comprendre quelle histoire sociale produit et donne sens à ces stratégies clivantes, en permettant également d’identifier des grandes phases de l’histoire grecque entre 800 et 400 av. n.è.

Septième séance du séminaire « Sociétés en mutation » 20 janvier 2017

La septième séance du séminaire commun de l’axe C – Sociétés méditerranéennes en mutation (actualité des terrains et méthodes) s’est tenue le vendredi 20 janvier 2017 – de 15h à 17h.

Claire Fauchon (ENS, HiSoMA) : « Identités civique et religieuse dans l’Antiquité tardive : le cas miaphysite (Ve-VIe siècles) ».

Répondant : Alexis Charansonnet, (Université Lyon-2), historien médiéviste occidentaliste.

affiche (.pdf)

Résumé :

L’Antiquité tardive est souvent définie par le passage d’une mentalité identitaire civique à une mentalité identitaire religieuse. Les querelles théologiques ne sont pas de simples conflits religieux qui agitent uniquement les sphères du pouvoir : elles cristallisent des tensions plus profondes, sociales, politiques, culturelles et économiques.

Si, à la suite du concile de Chalcédoine (451), deux provinces (Syrie, Égypte) basculent dans l’hérésie anti-chalcédonienne ou miaphysite, il faut attendre un siècle pour l’établissement institutionnel de la nouvelle Église et à nouveau un siècle pour la fixation de l’identité miaphysite. Les caractéristiques et la construction de cette identité seront (ré)examinées en comparant les cas égyptien et syrien.

Sixième séance du séminaire « Sociétés en mutation » 9 décembre 2016

La sixième séance du séminaire commun de l’axe C – Sociétés méditerranéennes en mutation (actualité des terrains et méthodes) se tiendra le vendredi 9 décembre 2016 – de 15h à 17h.

Gaëlle Tallet (Univ. de Limoges), L’archéologie de la crise. Un exemple de la résilience oasienne à El-Deir, oasis de Kharga (VIe s. av. J.-C. – VIe s. apr. J.-C.).

Répondant : Bernard Geyer, directeur de recherche au CNRS, Archéorient, géographe.

affiche

g-tallet_deir

Résumé :

La petite oasis d’El-Deir, aux confins du désert Libyque, impressionne par les vestiges d’une imposante forteresse romaine construite à la fin du IIIe siècle de notre ère. Ceux-ci pourraient toutefois n’être qu’un leurre : les recherches archéologiques et géoarchéologiques menées sur le terrain par notre équipe ont démontré qu’elle avait été implantée sur un périmètre agricole moribond, au terme d’une longue histoire faite de crises et de soubresauts, d’abandons et d’adaptations.
Ce sont ces crises que nous tentons d’appréhender, de décrire, de périodiser, et de replacer dans le contexte des crises économiques et politiques que connaît alors l’Empire romain, tout en interrogeant les ressources et la résilience propres aux populations oasiennes antiques.

Cinquième séance du séminaire « Sociétés en mutation » 18 novembre 2016

La cinquième séance du séminaire commun de l’axe C – Sociétés méditerranéennes en mutation (actualité des terrains et méthodes) s’est tenue le vendredi 18 novembre 2016 – de 15h à 17h.

Laïla Nehmé (CNRS, Orient et Méditerranée), L’occupation « tardive » à Hégra et dans sa région, IIIe-VIe siècle.

Répondant : Jean-Michel Carrié, directeur d’études à l’EHESS, historien.

affiche

temple-de-rawafah-hisma-saoudien-cl-l-nehme

Résumé :

Hégra (moderne Madâin Sâlih), dans le nord-ouest de l’Arabie Saoudite est annexée en 106 ap. J.-C. par Trajan. Cette annexion concerne l’ensemble du territoire nabatéen, Hijâz compris, qui devient donc la province romaine d’Arabie.

De nombreuses inscriptions – nabatéennes, grecques et latines – témoignent d’une occupation du site et de sa région au IIe s. ap. J.-C. et de la présence de troupes auxiliaires romaines.

L’occupation du site se poursuit au IIIe et IVe siècle, comme le montrent les fouilles réalisées dans le secteur résidentiel du site de Hégra et quelques inscriptions nabatéennes et nabatéo-arabes (écrites dans des caractères transitoires entre le nabatéen et l’arabe et dans une langue mixte). Ces derniers documents témoignent certainement de l’émergence, dans la région, de principautés arabes dont les « rois » sont mentionnés dans les textes.

Ce séminaire sera l’occasion de présenter les données disponibles sur l’occupation « tardive » de certains sites du nord-ouest de l’Arabie, très méridionaux par rapport à l’Empire, et très septentrionaux par rapport aux entités politiques à l’œuvre en Arabie du Sud et en Arabie Centrale (Himyar, Kinda…).

Quatrième séance du séminaire « Sociétés en mutation » 16 septembre 2016

La quatrième séance du séminaire commun de l’axe C – Sociétés méditerranéennes en mutation (actualité des terrains et méthodes) s’est tenue le vendredi 16 septembre 2016 – de 15h à 17h.

Marie-Pierre Chaufray (CNRS, Ausonius), L’impact de la conquête romaine sur l’économie des temples en Égypte.

Répondant : Julien Aliquot, Historien du Proche-Orient antique, HiSoMA.

affiche

p-sorbonne-inv-1448 (© MP. Chaufray)

Résumé :

Si les réformes romaines sur les temples traditionnels égyptiens ne sont plus considérées comme responsables du déclin de la religion égyptienne, elles ont tout de même eu un impact sur l’organisation du clergé égyptien et l’administration des biens sacerdotaux. Cela n’a pas empêché les temples de rester des centres économiques actifs pendant les deux premiers siècles de la domination romaine.

Les archives bilingues (grec et démotique) du temple égyptien de Soknopaios, dans le village de Dimé, dans le Fayoum, donnent une bonne idée du rôle du temple dans l’économie locale après les réformes romaines.

Le séminaire vise à présenter cette riche documentation, encore largement inédite, en comparant avec les données d’autres temples égyptiens afin de mesurer l’impact de la conquête romaine sur l’économie des temples.

Troisième séance du séminaire « Sociétés en mutation » 10 juin 2016

kition-frisbeeLa troisième séance du séminaire commun de l’axe C – Sociétés méditerranéennes en mutation (actualité des terrains et méthodes) s’est tenue le vendredi 10 juin 2016 – de 15h à 17h.

Sabine Fourrier (CNRS, HiSoMA), Les Phéniciens à Kition : questions archéologiques
Répondant : Sylvain Dhennin (CNRS, HiSoMA).
affiche (.pdf)

Cette troisième séance du séminaire de l’axe C Sociétés méditerranéennes antiques en mutation a été consacrée à la question des marqueurs archéologiques de l’installation de populations étrangères, avec le cas des Phéniciens à Kition à l’Âge du Fer (IXe-IIIe s. av. J.-C.).

Deuxième séance du séminaire « Sociétés en mutation » 21 mars 2016

zeugmaLa deuxième séance du séminaire commun de l’axe C – Sociétés méditerranéennes en mutation (actualité des terrains et méthodes) s’est tenue le lundi 21 mars 2016 – de 17h à 19h.

Catherine Abadie-Reynal (professeur d’archéologie grecque, Lyon 2), Céramique et construction des réseaux économiques : Zeugma au VIe s. apr. J.-C.

Répondant : Jérôme Maucourant, spécialiste de sciences économiques (Saint-Étienne, TRIANGLE), chercheur en délégation à HiSoMA

En partenariat avec le séminaire pluridisciplinaire d’histoire économique d’HiSoMA.

affiche (.pdf)