Archives de catégorie : Annonce

Troisième séance 2017/2018 du séminaire «Sociétés en mutation» 1er décembre 2017

La troisième séance 2017/2018 du séminaire commun de l’axe C – Sociétés méditerranéennes en mutation (actualité des terrains et méthodes) aura lieu le vendredi 1er décembre 2017 – de 15h à 18h, salle Reinach, au 4e étage de la MOM.

Julien Fournier (Université de Lorraine), Thasos dans la seconde moitié du IIIe s. apr. J.-C. : la crise en question.

Répondant : P.-L. Gatier (HiSoMA)

Les fouilles de l’agora de Thasos ont fait apparaître des traces de destructions importantes, assez approximativement datées entre le milieu du IIIe s. et le début du IVe s. ap. J.-C. L’idée s’est progressivement imposée, dans l’historiographie thasienne, qu’elles avaient été causées par les Hérules, passés dans la région en 268/9. Ce raid aurait ouvert une crise grave : fin des institutions, fermeture des ateliers artisanaux, peut-être même abandon de la cité.

Un nouvel examen de la documentation archéologique, épigraphique et numismatique de cette époque mal connue de l’histoire de la cité incite à une nouvelle lecture de la « crise thasienne ».

 

 

 

 

Deuxième séance 2017/2018 du séminaire «Sociétés en mutation» 10 novembre 2017

La deuxième séance 2017/2018 du séminaire commun de l’axe C – Sociétés méditerranéennes en mutation (actualité des terrains et méthodes) aura lieu le vendredi 10 novembre 2017 – de 15h à 18h, salle Reinach, au 4e étage de la MOM.

Stephan Schmid (Humboldt-Universität zu Berlin), La structure sociale des Nabatéens et les conséquences de la conquête romaine : les témoignages archéologiques.

Répondant : P. Schneider (Université d’Artois).

À l’origine des nomades arabes, les Nabatéens – ou au moins une partie de ce « peuple » – commencent à pratiquer une vie sédentaire dans la région de Pétra au sud de la Jordanie actuelle, située assez exactement à mi-chemin entre la mer Morte et la mer Rouge, vers le début de l’époque hellénistique. L’absence d’une historiographie nabatéenne nous réduit soit à des sources écrites offrant un point de vue extérieur (sources grecques et romaines) soit aux données archéologiques pour essayer de comprendre la structure sociale des Nabatéens.

L’observation et l’interprétation de l’architecture nabatéenne amènent à croire que le noyau de cette société était formé par des groupes d’un certain nombre de personnes, avec une architecture souvent hétérotopique qui permettait aux groupes de mieux se rencontrer, mais également de mieux se distinguer de leurs pairs.

Ces phénomènes rappellent le comportement et l’architecture associatifs du monde romain et c’est peut-être pour cela que les Romains, une fois devenus les maîtres du territoire nabatéen en 106 ap. J.-C., ne semblent pas avoir prolongé et encouragé ce type de structure sociale, car les associations étaient connues pour être également les noyaux de troubles politiques.

Au cours de ce séminaire, on essaiera de regarder de près les données archéologiques et les sources écrites pour vérifier si ces interprétations sont viables.

Présentation du carnet « Sociétés méditerranéennes antiques en mutation »

Ce carnet constitue le support de diffusion des travaux conduits et des rencontres organisées dans le cadre de l’axe C du laboratoire HiSoMA (UMR 5189), « Sociétés méditerranéennes antiques en mutation ».
Cet axe se décline en plusieurs volets : mesure de l’économie antique ; ville, territoire, pouvoir ; hiérarchies et expressions des relations sociales ; lieux sacrés et pratiques religieuses.
Il rassemble une trentaine de chercheurs qui conduisent, pour chacun des quatre thèmes envisagés, des études sur la longue durée, de l’époque archaïque à la fin de l’Antiquité tardive, en mettant à profit toutes les catégories de sources (textuelles et archéologiques dans leur sens le plus large). Dans chacune de ces thématiques, les mutations sociales, les notions de crise, de rupture ou de transition ont souvent été envisagées à la lumière de cloisonnements hérités de l’historiographie.
La présence, au sein de l’axe C, de chercheurs travaillant sur des aires chrono-culturelles variées (Égypte pharaonique, hellénistique et romaine, Méditerranée gréco-romaine, Orient de l’époque hellénistique à l’Antiquité tardive) et des spécialités complémentaires permet des approches comparées et un décloisonnement entre les différentes disciplines et périodes historiques.
Cet axe a pour ambition de favoriser les travaux de synthèse et le renouvellement des approches méthodologiques, pour une caractérisation plus précise des sociétés méditerranéennes antiques : quels sont les éléments moteurs de changements ? Quelle est la part respective de l’économique, du social, du politique et du militaire dans les transformations profondes des sociétés antiques ? Comment interpréter au contraire les éléments de continuité (immobilisme, conservatisme, stabilité) ?
Dans le cadre de ce axe de recherche, de nombreux travaux sont menés et un séminaire commun est organisé ; le carnet entend ici leur donner de la résonance.