Troisième séance du séminaire “Sociétés en mutations” 2019/2020 – 13 DEC. 2019

SÉANCE ANNULÉE
Elle est reprogrammée le vendredi 13 mars 2020

La troisième séance 2019/2020 du séminaire commun de l’axe C – Sociétés méditerranéennes en mutation (actualité des terrains et méthodes) aura lieu le vendredi 13 décembre 2019 – de 15h à 18h, salle 409 – MILC – 35 rue Raulin – Lyon 7e.

Corinne Bonnet (professeur d’Histoire grecque – Université Toulouse Jean Jaurès – Responsable du projet ERC Advanced Grant “Mapping Ancient Polytheisms”), Cartographier les paysages religieux chypriote et phénicien à travers les noms divins : un chantier en cours

Répondant : Romain Loriol, Lyon 3, HiSoMA


Dans le cadre du projer ERC « Mapping Ancient Polytheisms » (MAP), une équipe travaille, à Toulouse, sur les séquences onomastiques qui servent à désigner les puissances divines dans les inscriptions des mondes grec et sémitique, entre 1000 av. et 400 ap. J.-C. L’enquête repose sur la conviction que la manière de nommer les dieux est révélatrice de la connaissance que l’on a, ou croit avoir, sur les dieux, d’une part, des intentions ou finalités des agents qui mobilisent ces appellations dans le rituel, d’autre part.

Le recours à des séquences, contenant plusieurs éléments, permet, de surcroît, de travailler sur ceux qui sont partagés ou spécifiques, donc sur les liens ou sur l’absence de liens que tel ou tel contexte d’usage des noms donne à voir.

Lors de ce séminaire, on présentera les grandes orientations du projet MAP, la base de données qui permet de répertorier et d’analyser les séquences onomastiques, ainsi que les outils utiles pour exploiter les données.

Puisque le corpus grec et phénicien de Chypre est, à peu de choses près, enregistré dans la base de données, et que le corpus phénicien de Phénicie est aussi bien avancé, on présentera les premiers éléments d’analyse et on verra quels types de questions la base de données permet d’aborder quant à l’inscription des dieux dans l’espace et le temps en particulier. On tirera aussi profit de la comparaison entre données grecques et phéniciennes.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.