Première séance du séminaire “Sociétés en mutations” 2019/2020 – 11 oct. 2019

La première séance 2019/2020 du séminaire commun de l’axe C – Sociétés méditerranéennes en mutation (actualité des terrains et méthodes) aura lieu le vendredi 11 octobre 2019 – de 15h à 18h, salle 404, 18 rue de Chevreul, Lyon 3.

David M. Pritchard (Associate Professor of Greek History, University of Queensland (Australie), chercheur
au Collegium de Lyon), La considération accordée aux marins dans
l’Athènes démocratique (The standing of sailors in democratic Athens)

Répondante : M.-Fr. Boussac, professeur émérite, Université de Nanterre

Dans l’Athènes démocratique, les marins étaient tout aussi importants culturellement que les hoplites. En effet, il était clair pour le dēmos que son État était une importante puissance maritime. Athènes était consciente qu’il était crucial de préserver
ses forces navales, puisqu’elle menait avant tout ses combats en mer.

Top-bench rowers and the three levels of rowing benches on a trireme are depicted on fragments of a victory monument for the ship race at the Great Panathenaea. Attic marble relief, c. 410-400. Athens, Acropolis Museum, inv. no. 1339. Photograph courtesy of H. R. Goette.

Pour le peuple, combattre en tant que marin profitait autant à l’État que le faire en tant qu’hoplite, et les Athéniens n’appartenant pas à l’élite étaient convaincus qu’un citoyen honorait de la même manière ses devoirs en servant dans la marine ou dans l’armée de terre. Il leur tenait donc à cœur que les Athéniens combattant en mer obtiennent la même reconnaissance de leur bravoure.

Traditionnellement, l’aretē (le courage) était définie en fonction de ce que les hoplites devaient accomplir en se battant sur terre. Or la manière de combattre des marins était nettement différente. Par conséquent, les reconnaître comme courageux posait problème, puisqu’ils ne répondaient pas strictement à la définition de l’aretē telle qu’appliquée aux hoplites.

Les orateurs publics et les dramaturges identifièrent deux manières de contourner ce problème : parfois, ils mettaient en exergue les aspects des combats en mer par lesquels les marins répondaient aux critères traditionnels du courage, ou tout au moins s’en approchaient. Plus souvent encore, ils utilisaient tout simplement une nouvelle définition de l’aretē, considérant que le courage consistait à braver les dangers du champ de bataille malgré les risques.

Puisque cette nouvelle définition n’était plus liée aux hoplites, elle pouvait facilement s’appliquer aux marins. Tout cela différait grandement de la vision négative des marins que les Athéniens classiques avaient héritée de leurs ancêtres, et c’est ainsi que le dēmos est parvenu à redéfinir les valeurs aristocratiques traditionnelles dans le domaine militaire.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.