Huitième séance 2018/2019 du séminaire «Sociétés en mutation» 22 mars 2019

La huitième séance 2018/2019 du séminaire commun de l’axe C – Sociétés méditerranéennes en mutation (actualité des terrains et méthodes) aura lieu le vendredi 22 mars 2019 – de 15h à 18h, salle 308 de la MILC (35 rue Raulin, 69007 Lyon)

Il s’agira d’une séance spéciale, la deuxième de deux séances dédiées à l’étude des marqueurs de l’appropriation du territoire.

Deux présentations auront lieu, consacrées à l’étude des marqueurs d’appropriation des territoires aux marges.


Sylvain Dhennin, Bérangère Redon (CNRS, HiSoMA), Contrôler les marges : les marges de l’Égypte

Comment contrôler un territoire ? On explorera lors de cette communication les différents moyens utilisés par le pouvoir central égyptien pour contrôler des territoires de marge (particulièrement la frange libyque du delta et le désert Oriental) sur la longue durée (du Nouvel Empire à l’époque romaine) : appropriation toponymique, protection religieuse, maillage routier et organisation des circulations, surveillance militaire.

Umm Diqal, tour de guet dans le désert Oriental d’Egypte (© MAFDO, B. Redon, 2019)

Isabelle Pernin (AMU, Centre Camille Jullian, HiSoMA), Aux marges du territoire civique : où les cités grecques trouvaient-elles des terres à lotir ?

Dans toutes les cités grecques, à côté de la propriété privée détenue par les particuliers, il existait des terres dont disposait à des titres divers la communauté civique : espaces publics dédiés aux activités collectives ou encore domaines dont l’exploitation et les revenus alimentaient les caisses publiques et sacrées. Or les sources anciennes, essentiellement épigraphiques, montrent que la cité devait disposer en outre d’espaces « libres », lorsqu’elle était amenée à distribuer de la terre soit à titre individuel à des citoyens méritants soit à titre collectif à des nouveaux citoyens.

Nous nous demanderons où la cité trouvait ces surfaces à distribuer. S’agissait-il de terres « marginales », forcément situées aux limites des territoires civiques – dans les eschatiai – ou bien y avait-il encore des espaces disponibles au cœur des territoires ? L’examen des sources, en particulier épigraphiques, permet-il même de répondre à ces questions ?

La discussion sera animée par Richard Bouchon (Université Lyon 2, HiSoMA)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.