Troisième séance 2018/2019 du séminaire «Sociétés en mutation» 14 décembre 2018

La troisième séance 2018/2019 du séminaire commun de l’axe C – Sociétés méditerranéennes en mutation (actualité des terrains et méthodes) aura lieu le vendredi 14 décembre 2018 – de 15h à 18h, salle 308 de la MILC (35 rue Raulin, 69007 Lyon)

Sandrine Huber (Université de Lille 3, HALMA), Les sacrifices grecs antiques à l’épreuve de la Méditerranée

Répondant : Emmanuelle Vila (CNRS, Archéorient).

Partant du postulat que, lorsque l’on quitte sa patrie pour s’installer ailleurs, on emporte ses croyances, nous déduisons que, dans le contexte polythéiste des sociétés antiques définies comme ritualistes, on emportait ses dieux, mais aussi par conséquent, et surtout, ses pratiques sacrificielles. Si tel est le cas, nous devrions donc être en mesure de déterminer, dans les sites explorés sur les différents rivages méditerranéens, la présence ou non de restes issus de sacrifices réalisés par les individus qui les ont fréquentés, qu’il s’agisse de populations locales, de Grecs, de Phéniciens ou d’autres voyageurs ; cela devrait être valable au moins dans les premiers temps de la fréquentation de ces sites et ainsi attester ou non le passage et/ou l’installation des uns et des autres sur le pourtour de la Méditerranée, si tant est que les pratiques sacrificielles des uns et des autres peuvent être caractérisées et distinguées.

L’histoire et l’histoire des religions antiques se sont principalement concentrées, dans le contexte des circumnavigations antiques, sur le transfert des dieux et des objets sacrés (ex. les aphidrumata grecs), sur la constitution des panthéons dans les établissements nouvellement fondés et sur la constitution de la mythologie méditerranéenne, en un mot sur les interfaces divines, laissant de côté les interfaces des pratiques rituelles et sacrificielles, telles qu’elles ont pu laisser des traces tangibles, des traces archéologiques.

C’est dans ce contexte que nous allons discuter de la caractérisation du rite sacrificiel grec par excellente, la thysia,et la mesure dans laquelle les restes de ce fait religieux pourrait constituer ou non un témoignage de passage de Grecs sur les pourtours de la Méditerranée.

© Université de Lorraine, Sandrine Huber

La question des marqueurs identitaires et de la connectivité des populations méditerranéennes durant le Ier millénaire avant notre ère peut être envisagée sous des prismes divers. Artéfacts et écofacts assurent sans conteste une approche différente de la question des marqueurs identitaires des Méditerranéens et de la question de leur connectivité. Le discours change donc de dimension, au profit d’une archéologie de l’interaction, une interaction qui révèle des communautés en transformation.

© Patrice Méniel, ESAG


Citer ce billet
Bérangère Redon (2018, 7 décembre). Troisième séance 2018/2019 du séminaire «Sociétés en mutation» 14 décembre 2018. Sociétés méditerranéennes antiques en mutation. Consulté le 23 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/rpok