Retour sur les séances de l’année universitaire 2017-2018

Séminaire de l’axe C d’HiSoMA Sociétés méditerranéennes antiques en mutation

Retour sur les séances de l’année universitaire 2017-2018

Sabine Fourrier (CNRS), responsable de l’axe C, directrice adjointe du laboratoire HiSoMA

Sept séances de séminaire ont eu lieu au cours de l’année universitaire, qu’a inaugurée une rencontre exceptionnelle avec P. Boucheron, autour de l’ouvrage dont il a coordonné la publication, Histoire mondiale de la France (éditions du Seuil, 2017). Introduites par cette réflexion sur le métier d’historien, les autres séances ont porté sur la présentation d’un cas précis, qui permettait d’aborder les questions d’analyse des crises et des changements dans les sociétés anciennes dans un contexte géographique et historique, ainsi qu’à partir d’un corpus de sources spécifiques. Les cas abordés ont concerné le monde méditerranéen au sens large, de l’Adriatique au Bangladesh, et sur une Antiquité longue, de la période pharaonique au Haut Moyen Âge. Une séance particulière a réuni plusieurs interventions, plus courtes, autour de la question de l’interprétation des couches de destruction (la liste des séances est accessible sur ce carnet). Chaque séance comprend une intervention principale, suivie d’une discussion, animée par un « répondant », spécialiste des mêmes questions mais généralement dans un champ chronologique, géographique et/ou disciplinaire autre, offrant ainsi un point de vue « décentré ». Les séminaires ont suscité la rédaction d’un compte rendu succinct, rédigé par des étudiants de Master (ces comptes rendus sont accessibles ici).

Plusieurs points de réflexion communs sont issus des travaux de cette année universitaire, qu’on résumera ci-dessous.

L’analyse des sources : les marqueurs du changement 

Le problème de l’identification des marqueurs du changement ou de la crise se pose avec d’autant plus d’acuité qu’on ne dispose généralement, pour l’étude des sociétés anciennes, que d’une documentation parcellaire ou biaisée, qui fragilise voire invalide certaines méthodes d’analyse, notamment quantitatives. Le hasard (de la conservation et des découvertes) fait souvent des sources archéologiques exploitables un lot au mieux aléatoire, dont la représentativité doit toujours être questionnée. Dans un paysage mobile, que ne cessent de façonner et de transformer les fleuves, par érosion ou colluvionnement, comme au Bangladesh, quelle part de vérité accorder au répertoire des sites identifiés, ou à l’absence archéologique de certaines phases, pourtant bien documentées par d’autres sources ? Par ailleurs, l’omniprésence d’un point de vue qu’on pourrait grossièrement qualifier d’« occidental » (pour l’essentiel grec et romain, malgré toute la variété du corpus en question) dans les sources littéraires anciennes oblige à déconstruire et à situer un discours afin de reconnaître la « voix de l’autre », selon l’expression de C. Ginzburg (Rapports de force. Histoire, rhétorique, preuve, Paris, 2003, p. 71-86). Une même pratique, qui laisse les mêmes traces archéologiques (par exemple celle du banquet) peut avoir des significations différentes selon les sociétés : imitation (société pyramidale) ici, émulation ou rivalité (société égalitaire) là (pour reprendre les termes qui distinguent, selon H. Arendt, les Romains et les Grecs). La lecture proposée par les sources externes peut fausser la compréhension du phénomène.

Qu’est-ce qui signale la crise ? La question de l’identification des marqueurs est compliquée par celle de leur visibilité. La résilience des sociétés est, après celle des individus, un concept à la mode, efficace pour décrire l’effacement, la disparition des traces. La cité de Thasos est ravagée par les troupes de Mithridate ; sans le sénatus-consulte qui en mentionne la violence, on n’en aurait pas idée tant les traces archéologiques en font défaut. Quelle visibilité quand les monuments détruits sont démantelés, recyclés, dans ce mouvement qui fait de beaucoup de villes des écosystèmes « autoparasites » comme les dépeint N. Purcell (« Statics and Dynamics: Ancient Mediterranean Urbanism », dans R. Osborne et B. Cunliffe (éd.), Mediterranean Urbanization 800-600 BC, Oxford, 2005, p. 249-272) ? Gortyne vit et se développe, durant l’Antiquité tardive, sur les ruines de son passé. Et que dire de la chapelle du château croisé de Belvoir, qui n’existe plus sur le terrain, mais seulement dépecée en blocs déplacés ? Traces invisibles, ou bien alors trop visibles, qui crèvent tellement l’œil qu’on s’y méprend : doit-on vraiment interpréter la période des grands tombeaux rupestres de l’histoire nabatéenne comme un moment d’apogée ? Ne peut-on plutôt y reconnaître celui d’une crise où les rapports de force sont médiatisés dans une compétition monumentale ? Pétra serait alors l’exception, et non pas le site-clé : la grille de lecture de la société nabatéenne offerte serait déformée, exacerbée. De même, une pratique ne naît pas forcément au moment où elle laisse des traces décelables : enregistrés sur des plats de cuivre (copper plates) à partir du Ve s. apr. J.-C., les dons de terre étaient au Bangladesh peut-être auparavant notés sur des supports en matériaux périssables.

La temporalité : de l’événement à la crise longue

Le temps, la périodicité, le phasage ont été au cœur de la réflexion. S’il faut évidemment « découper l’histoire en tranches » (selon le titre de l’ouvrage de J. Le Goff, édition du Seuil, 2014) pour la lire et l’écrire, il faut se garder des interprétations téléologiques globales, qui ne prêtent pas attention aux variations, aux disparités. Regardant en arrière, l’historien n’a pas, contrairement au romancier, le choix de la fin. Cette dernière n’implique toutefois pas que les faits, les événements passés aient eu une finalité. « La crise du IIIe siècle » est ainsi, par exemple, un concept, une généralisation qui regroupe des situations diverses, difficilement comparables. À l’échelle de la cité de Thasos, elle ne rend pas compte de la précocité de la crise institutionnelle, qui précède largement la crise économique et ne peut donc pas en être une conséquence.

L’observation archéologique n’échappe pas à la nécessité narrative, c’est aussi une science du récit. La stratigraphie, sur laquelle repose l’interprétation archéologique, ne donne pas accès au continuum temporel, elle conserve bout à bout, elle entrechoque une succession d’états finaux (l’ensemble n’étant jamais définitivement arrêté, comme le montrent les phénomènes taphonomiques d’érosion et d’intrusion). On peut, certes, distinguer entre couches de destruction et couches de démolition, comme cela a été très justement proposé pour les maisons de Zeugma (et on pourrait y ajouter encore une distinction, avec les couches d’abandon, ritualisé ou non), il n’en reste pas moins que les deux sont un résultat, d’une destruction rapide dans le premier cas, lente dans le second. Comment, alors, appréhender le temps long, fluide, le déroulé linéaire de la mutation, du processus ? Il faut recoudre (broder diront certains) entre les faits observables pour écrire l’histoire, ou une histoire. Car on peut se demander, avec B. Cassin (L’effet sophistique, Gallimard, 1995, p. 488-489), si le terme français, qu’elle oppose au doublon anglo-saxon (history/story) et au triplet allemand (Historie/Geschichte/Erzählung), « est une catastrophique homonymie, ou un pros hen qui donne à penser. »

L’analyse des causes : une nécessaire mutation ?

Qu’est-ce qui suscite la mutation, le changement ? Toutes les interventions se sont accordées sur la pluralité des facteurs, et les effets de conjoncture, qui peuvent accélérer, précipiter ou, en revanche, décaler des processus de mutation.

Une méfiance générale a entouré la notion d’événement, peut-être parce qu’elle est liée à une certaine écriture de l’histoire, datée ou populaire. La position, elle-même, suscite toutefois le débat (« le rappel à la complexité ne peut être le dernier mot des historiens, sauf à se faire des professionnels du désenchantement », écrit P. Boucheron dans l’introduction de l’ouvrage op. cit., p. 8). L’histoire sociale s’est parfois accompagnée d’un rejet radical de l’histoire événementielle, politique. Pourtant, la nécessaire attention portée aux phénomènes d’adaptation, de mutabilité des sociétés, de résilience (« Il faut que tout change pour que rien ne change » disait le vieux noble sicilien du Guépard au moment de la révolution garibaldienne), et à l’étude des milieux qui favorisent les interactions et négociations (middle grounds) ne doit pas occulter la violence des événements ni la brutalité des rapports de force. Inversement, le biais des sources écrites, qui sélectionnent et soulignent l’événement emporte parfois trop vite l’interprétation archéologique : toute trace d’incendie dans les maisons de Délos du Ier s. av. J.-C. n’est pas nécessairement attribuable aux pirates de Mithridate… Mais il faut bien, à un moment ou à un autre, accrocher la chronologie relative à un système absolu. Les débats chronologiques (que les méthodes de datation physiques n’ont pas résolus) ont de beaux jours devant eux.

L’importance des facteurs naturels, des paysages, de leur fragilité et de leur évolution a été généralement soulignée, non pas selon un schéma strictement déterministe, mais dans le souci d’appréhender les sociétés anciennes comme des écosystèmes liés à un milieu auquel elles s’adaptent et qu’elles transforment en retour. Sa configuration de frange côtière que prolonge un archipel d’îles contribue à expliquer la position historique singulière de la Dalmatie, liée à Rome mais d’administration byzantine, et la prégnance de ses fondations monastiques. Les évolutions du trait de côte, du réseau hydrographique accompagnent au Haut Moyen Âge, au Bangladesh, la conquête de nouvelles terres agricoles (dont la propriété est, peut-être de manière transitoire, dévolue à des institutions religieuses). Étudiée sur le temps long, la « migration » de la capitale du nome mendésien de Mendès à Thmouis suit le déplacement de la branche éponyme du Nil ; le bouleversement de l’écosystème des marécages deltaïques (dont l’assèchement pour la mise en valeur agricole est encouragé par le pouvoir romain) peut avoir été l’un des facteurs de la révolte des Boukoloi qui y vivaient. Mais, dans un cas comme dans l’autre, d’autres facteurs, notamment culturels et politiques, ont joué. Les débats actuels sur l’ère de l’« anthropocène » ne sont sans doute pas étrangers à cette inflexion de la recherche.

D’une époque, d’un site à l’autre, les échos ont été nombreux, dans l’appréhension des phénomènes de mutation et des problèmes méthodologiques qu’ils suscitent, mais aussi dans les réponses que les sociétés apportent au changement. Il n’est sans doute pas anodin qu’à une période voisine mais dans un contexte politique et culturel complètement différent, l’espace en expansion du Bangladesh comme celui de la Croatie se soient construits grâce à des donations à des institutions religieuses. C’est un encouragement à poursuivre ces rencontres.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.