Quatrième séance 2017/2018 du séminaire «Sociétés en mutation» 26 janvier 2018

La quatrième séance 2017/2018 du séminaire commun de l’axe C – Sociétés méditerranéennes en mutation (actualité des terrains et méthodes) aura lieu le vendredi 26 janvier 2018 – de 15h à 18h, salle Reinach, au 4e étage de la MOM.

Jean-François Salles (HiSoMA), Les sociétés du Bengale : changement des modes de production et conséquences sociales

Répondant : E. Thirault (Université Lyon2, Archéorient)

L’ensemble géographique du Bengale, c’est-à-dire l’État indien du Bengale Ouest (West Bengal, Calcutta) et la plus grande partie du Bangladesh actuels (le sud-est du Bangladesh est plutôt relié à l’Arakan birman, comme l’indiquent les monnaies du Moyen-Âge) est assez riche en documents historiques – dès quelques timides mentions de Strabon – et surtout archéologiques. De nombreux sites ont été fouillés, déjà sous le protectorat britannique et depuis dans chacun des pays : le Bengale Ouest livre annuellement d’abondantes données renouvelées (revue Pratna Shamishka et nombreuses autres publications).

La mission archéologique française qui explore le site de Mahasthan (nord-ouest du Bangladesh) depuis 1993 s’efforce de préciser les différentes phases historiques de cette région – en collaboration avec un petit groupe d’archéologues/universitaires bangladais –, et entretient d’étroits rapports avec les historiens et archéologues du West Bengal (séminaires, rencontres, publications). Ce vaste espace depuis la basse vallée du Gange jusqu’aux confins orientaux du fleuve Meghna et la région de Chittagong constitue un ensemble cohérent dans ses origines géomorphologiques et son environnement contemporain. Il en est de même a fortiori dans son occupation humaine ancienne, « préhistorique » dans plusieurs sites (même si le terme n’a pas tout à fait le même sens qu’en Occident), bien attestée dans plusieurs autres sites du Ier millénaire av. J.-C. Mais « l’histoire » de cette région ne s’épanouit vraiment qu’à la fin du millénaire, lorsque quelques inscriptions et textes un peu plus tardifs la met mieux en lumière.

Mazar, le rempart sud (2010, © Mission archéologique de Mahasthan)

L’étude de ces quelques textes et l’active recherche archéologique des deux côtés de la frontière permettent de mieux appréhender l’organisation de ces sociétés anciennes et leur fonctionnement, même si beaucoup reste à faire « hors théories ». Si les périodes les plus anciennes demeurent largement muettes (hors l’Arthaśāstra, panégyrique à la fois historique et théorique), les récentes données archéologiques permettent d’évoquer des changements importants vers les VIe-VIIe s. ap. J.-C. (modes de production et évolutions sociales), qu’on tentera d’interpréter.

La rivière Karatoya et le temple GovindaBhita (© Mission archéologique de Mahasthan)

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.