Première séance du séminaire “Sociétés en mutation” 19 février 2016

septimesevereLa première séance du séminaire commun de l’axe C – Sociétés méditerranéennes en mutation (actualité des terrains et méthodes) s’est tenue le vendredi 19 février 2016 – de 15h à 17h.

Patrice Faure (Lyon-3, HiSoMA), Armée, bataille, territoire : Lyon, 197 ap. J.-C.
Répondant : Abbès Zouache (CNRS, Ciham), spécialiste d’histoire militaire du Proche-Orient médiéval

affiche (.pdf)

Séances du séminaire commun 2016-2017

Les séances du séminaire commun de l’axe C pour l’année universitaire 2016-2017 seront consacrées à l’évaluation de l’impact des changements politiques, climatiques, sociaux sur les sociétés antiques, grâce au croisement des sources littéraires, papyrologiques, épigraphiques et archéologiques.

  • Vendredi 16 septembre
    L’impact de la conquête romaine sur l’économie des temples en Égypte
    Marie-Pierre Chaufray (Ausonius, Bordeaux) – répondant : Julien Aliquot (CNRS, HiSoMA).
  • Vendredi 18 novembre
    L’occupation “tardive” à Hégra et dans sa région, IIIe-VIe siècle
    Laïla Nehmé (Orient et Méditerranée, Paris) – répondant : Jean-Michel Carrié (EHESS, Paris), historien.
  • Vendredi 9 décembre
    L’archéologie de la crise. Un exemple de la résilience oasienne à El-Deir, oasis de Kharga (VIe s. av. J.-C.-VIe s. apr. J.-C.)
    Gaëlle Tallet (Université de Limoges) – répondant : Bernard Geyer (CNRS, Archéorient), géographe.
  • Vendredi 20 janvier
    Identités civique et religieuse dans l’Antiquité tardive : le cas miaphysite (Ve-VIe siècles)

    Claire Fauchon (ENS, HiSoMA) – répondant : Alexis Charansonnet, (Université Lyon-2), historien médiéviste occidentaliste.
  • Vendredi 17 février
    Du “ bas latin “ à la “ langue de pourpre “ : retours critiques sur la “ décadence“ de la culture et de la rhétorique latines dans l’Antiquité tardive et le haut Moyen Âge

    Stéphane Gioanni (Université Lyon 2, HiSoMA) – répondant : Christophe Giros, (Université Lyon-2), byzantiniste.
  • Vendredi 17 mars
    Comment évaluer une crise sociale? Analyse de stratégies funéraires clivantes en Grèce ancienne
    Olivier Mariaud (Université Grenoble-Alpes) – répondant : Sabine Fourrier (CNRS, HiSoMA).
  • Vendredi 7 avril
    Les temples égyptiens et leurs temenoi, des derniers pharaons aux empereurs romains : le cas de Coptos (IVe s. av. J.-C.– Ier s. apr. J.-C.)
    Laure Pantalacci (Univ. Lyon 2, HiSoMA) – répondant : Jean-Charles Moretti (CNRS, IRAA).

Responsable : Pierre-Louis Gatier (CNRS, HiSoMA).

Présentation du carnet “Sociétés méditerranéennes antiques en mutation”

Ce carnet constitue le support de diffusion des travaux conduits et des rencontres organisées dans le cadre de l’axe C du laboratoire HiSoMA (UMR 5189), “Sociétés méditerranéennes antiques en mutation”.
Cet axe se décline en plusieurs volets : mesure de l’économie antique ; ville, territoire, pouvoir ; hiérarchies et expressions des relations sociales ; lieux sacrés et pratiques religieuses.
Il rassemble une trentaine de chercheurs qui conduisent, pour chacun des quatre thèmes envisagés, des études sur la longue durée, de l’époque archaïque à la fin de l’Antiquité tardive, en mettant à profit toutes les catégories de sources (textuelles et archéologiques dans leur sens le plus large). Dans chacune de ces thématiques, les mutations sociales, les notions de crise, de rupture ou de transition ont souvent été envisagées à la lumière de cloisonnements hérités de l’historiographie.
La présence, au sein de l’axe C, de chercheurs travaillant sur des aires chrono-culturelles variées (Égypte pharaonique, hellénistique et romaine, Méditerranée gréco-romaine, Orient de l’époque hellénistique à l’Antiquité tardive) et des spécialités complémentaires permet des approches comparées et un décloisonnement entre les différentes disciplines et périodes historiques.
Cet axe a pour ambition de favoriser les travaux de synthèse et le renouvellement des approches méthodologiques, pour une caractérisation plus précise des sociétés méditerranéennes antiques : quels sont les éléments moteurs de changements ? Quelle est la part respective de l’économique, du social, du politique et du militaire dans les transformations profondes des sociétés antiques ? Comment interpréter au contraire les éléments de continuité (immobilisme, conservatisme, stabilité) ?
Dans le cadre de ce axe de recherche, de nombreux travaux sont menés et un séminaire commun est organisé ; le carnet entend ici leur donner de la résonance.

Carnet de l'axe C du laboratoire HiSoMA (UMR 5189)