Septième séance 2017/2018 du séminaire «Sociétés en mutation» 13 avril 2018

La septième séance 2017/2018 du séminaire commun de l’axe C – Sociétés méditerranéennes en mutation (actualité des terrains et méthodes) aura lieu le vendredi 13 avril 2018 – de 15h à 18h, salle d’égyptologie, MOM (2e étage).

A. Hajdari (université de Prishtina), La transformation des habitats face à la menace barbare : l’exemple d’Harilaq (Kosovo).

Répondant :  H. Wurmser (Université Lyon 2, IRAA)

Le village de Harilaq est situé à environ 9 km au Sud-ouest de la ville de Fushë Kosovë (fig 1). La forteresse est située sur une colline boisée d’orientation est-ouest, au sud-ouest du village et couvre une surface de 1,3 ha  à 767 m d’altitude[1].

Fig. 1 : localisation du site

À l’ouest se trouvent la montagne et le col de Golesh, qui est le point culminant de la région, tandis que sur le côté sud-est, à environ 2,5 km, on a aujourd’hui l’aéroport international de Pristina (fig. 2-3). La forteresse, en raison de la position géostratégique très favorable, permet un large contrôle, en particulier sur le côté est, de la plus grande partie de la plaine du Kosovo.

Fig. 2 : la colline de Harilaq vue du nord-est.

Des prospections archéologiques et des tranchées exploratoires ont été entreprises par l’Institut archéologique du Kosovo en 2005 et, compte tenu des premiers résultats obtenus, dès l’année suivante des fouilles systématiques ont été menées jusqu’en 2010 par le Musée du Kosovo, et ont été suivies de grosses opérations de restauration qui continuent encore aujourd’hui[2].  Les premières traces d’occupation remontent au néolithique, et la vie sur le site continue jusqu’au début de la période médiévale[3].

L’âge néolithique est représenté principalement par des outils tels que les lames en silex découvertes lors des fouilles dans les années 2005-2010[4], et une hache énéolithique de pierre découverte en 2016. On trouve ensuite tous les tessons de céramique caractéristiques de l’âge du bronze, surtout récent. Toutes les phases de l’âge du fer sont présentes comme l’attestent les vases en céramique de production locale. Le site a livré quelques tessons de la période hellénistique. L’époque romaine est absente, et la phase la mieux représentée, avec le rempart et toutes les constructions, est celle de l’Antiquité tardive (IVe-VIe siècles). C’est la seule forteresse de la région à être reconstruite à l’époque de l’empereur Justinien le Grand (527-565).

Fig. 3 : photo aérienne et planimétrie de la forteresse de Harilaq (Peja, Rraci, Hajdari 2012, p. 76)

La chronologie de la forteresse d’Harilaq peut être reconstituée comme suit :

 

Harilaq I : Enéolithique.

Harilaq II : Bronze ancien.

Harilaq III : premier âge du fer (VIIIe-VIIe siècles av. J.-C.).

Harilaq III a : période archaïque et classique (VIe– Ve siècles av. J.-C.).

Harilaq III b : période hellénistique.

Harilaq IV : Antiquité tardive (IVe-VIe siècles ap. J.-C.).

Les recherches systématiques sur le site n’ont pas pu établir l’existence d’une couche d’occupation homogène de la période de l’âge du fer et de la période hellénistique, probablement à cause de l’occupation plus dense et plus continue de l’antiquité tardive qui a détruit les phases précédentes. Pendant la période du fer, le site a pourtant connu un développement considérable si l’on en juge par le grand nombre de poteries retrouvées qui sont surtout des productions locales, mais avec des formes qui montrent l’influence des importations. Lors de la première phase de l’âge du fer (Harilaq III), les vases sont fabriqués à la main (impasto), dans une pâte ocre ou brun foncé. Certains récipients sont décorés avec des instruments en dents de scie. La céramique de la seconde phase de l’âge du fer (Harilaq III a) ne diffère pas beaucoup de Harilaq III mais s’enrichit de nouvelles formes telles que des assiettes, des tasses et des imitations de formes grecques comme les skyphoi, coupes et canthares. Les vases commencent à être fabriqués au tour La période hellénistique (Harilaq III b) est peu représentée mais très marquée par les imitations de formes grecques.

Le site est intéressant pour la présence de deux bâtiments symétriques situés à proximité d’une basilique paléochrétienne. La fonction de ces bâtiments n’est pas encore bien établie ; il pourrait s’agir de deux martyriums.


[1] Peja, Rraci, Hajdari 2012.

[2] Les fouilles ont été dirigées par l’archéologue Fatmir Peja et actuellement par le prof. A. Hajdari.

[3]Des fouilles et des études archéologiques au Kosovo 2002-2012  ASHAK Prishtinë 2014

[4]F Peja, Rraci, Hajdari 2012, p.57

Sixième séance 2017/2018 du séminaire «Sociétés en mutation» 23 mars 2018

La sixième séance 2017/2018 du séminaire commun de l’axe C – Sociétés méditerranéennes en mutation (actualité des terrains et méthodes) aura lieu le vendredi 23 mars 2018 – de 15h à 18h, salle Reinach, au 4e étage de la MOM.

C. Abadie-Reynal (Université Lyon 2, HiSoMA), A. Borlenghi (Université Lyon 2, ArAr), A. Peignard (Université Lyon 2, HiSoMA), P. François (LS2N, École Centrale et Université de Nantes), Les couches de destruction : approches croisées

Répondant :  S. Fourrier (CNRS, HiSoMA)

  • C. Abadie-Reynal, La destruction de Zeugma en 252/253: analyse des données de fouilles

L’objectif est de déterminer, par une analyse préliminaire du matériel de quelques couches de destruction, les informations que l’on peut en tirer sur la façon dont s’est déroulée l’attaque sassanide de 252/3 contre la ville de Zeugma. L’étude d’ensembles de céramiques permettra de prendre en compte l’usage des pièces au moment de la destruction et de percevoir d’éventuelles perturbations ou désordres. L’interprétation des regroupements d’objets de valeur, de son côté, selon qu’ils ont été cachés, abandonnés ou simplement stockés, change le regard que l’on peut porter sur les événements. Enfin, l’évaluation de la présence de militaria dans les différents secteurs permet de mieux saisir si la présence militaire était importante et si la destruction fut précédée de combats violents.

 

  • Annette Peignard, Couches de destruction(s) dans les habitations de Délos au Ier s. av. J.-C.
Localisation du matériel mis au jour dans le secteur Ouest de la Maison des Sceaux (dessin A. Peignard-Giros)

A partir de l’exemple de quelques maisons déliennes, et de parallèles d’époques classique et hellénistique, j’organiserai mon intervention autour de deux thématiques :

– Destruction « historique » et couches(s) de destruction. La datation des couches de destruction en relation systématique avec les deux attaques subies par Délos en 88 et 69 av. J.-C. n’est pas toujours pertinente et présente quelques biais méthodologiques.

– Couche(s) de destruction, témoin(s) tout à la fois de l’occupation d’un site et de son processus de destruction. On ne peut pas considérer que les objets mis au jour dans une couche de destruction, constituent l’image figée de toute l’activité qui se déroulaient dans la maison. On analysera les comparaisons et les différences possibles entre divers îlots et maisons réputés détruits au même moment.

Le ” secteur X ” de la Maison des Sceaux
(cliché EfA)

 

  • Paul François, Restituer la chapelle détruite de Belvoir : un terrain de jeu numérique.

Projet réalisé avec Anne Baud (ArAr), Anne Flammin (ArAr), Florian Renucci (Guédelon), Mission Archéologique de Belvoir

La chapelle du château croisé de Belvoir, en Israël, construite au XIIème siècle, n’est aujourd’hui connue que par un ensemble de blocs de calcaire retrouvés hors contexte présentant des modénatures communes.

L’objectif de cette présentation est de mettre en évidence les moyens particuliers et trans-disciplinaires nécessaires à la restitution archéologique de cette chapelle. Il s’agit non seulement de pouvoir dresser le plan de cet espace, mais également de le situer dans l’ensemble des vestiges du château, de faire les hypothèses de ses élévations et de pouvoir apporter des éléments argumentant en faveur de plusieurs hypothèses de couvrement.

On reviendra rapidement sur les moyens mis en œuvre in-situ, avant de s’intéresser plus en détail aux possibilités offertes par le processus de digitalisation et l’utilisation des outils numériques d’architecture et d’ingénierie.

Cinquième séance 2017/2018 du séminaire «Sociétés en mutation» 9 mars 2018

La cinquième séance 2017/2018 du séminaire commun de l’axe C – Sociétés méditerranéennes en mutation (actualité des terrains et méthodes) aura lieu le vendredi 9 mars 2018 – de 15h à 18h, salle Reinach, au 4e étage de la MOM.

Katherine Blouin (University of Toronto), Histoire environnementale et résilience sociétale dans l’Égypte ancienne : le cas du nome mendésien (Delta du Nil)

Répondant : M. Crépy (Université Lyon2, Archéorient)

Le Delta du Nil et le Sinaï vus de l’espace (NASA)

Que savons-nous des modes d’interactions entre les communautés locales, l’État et l’environnement dans le Delta du Nil au cours de l’Antiquité ? Plus spécifiquement, comment ces interactions se manifestèrent-elles en contexte de fluctuation fluviale et agraire ? À partir de l’examen de l’ensemble des sources géoarchéologiques et écrites disponibles, cette communication se penchera sur le cas du nome mendésien, une circonscription administrative située dans le nord-est du delta du Nil.

Ruines de Thmouis (K. Blouin)
Champs et canal près de Thmouis (K. Blouin)
Paysage agricole près de Thmouis (K. Blouin)

Quatrième séance 2017/2018 du séminaire «Sociétés en mutation» 26 janvier 2018

La quatrième séance 2017/2018 du séminaire commun de l’axe C – Sociétés méditerranéennes en mutation (actualité des terrains et méthodes) aura lieu le vendredi 26 janvier 2018 – de 15h à 18h, salle Reinach, au 4e étage de la MOM.

Jean-François Salles (HiSoMA), Les sociétés du Bengale : changement des modes de production et conséquences sociales

Répondant : E. Thirault (Université Lyon2, Archéorient)

L’ensemble géographique du Bengale, c’est-à-dire l’État indien du Bengale Ouest (West Bengal, Calcutta) et la plus grande partie du Bangladesh actuels (le sud-est du Bangladesh est plutôt relié à l’Arakan birman, comme l’indiquent les monnaies du Moyen-Âge) est assez riche en documents historiques – dès quelques timides mentions de Strabon – et surtout archéologiques. De nombreux sites ont été fouillés, déjà sous le protectorat britannique et depuis dans chacun des pays : le Bengale Ouest livre annuellement d’abondantes données renouvelées (revue Pratna Shamishka et nombreuses autres publications).

La mission archéologique française qui explore le site de Mahasthan (nord-ouest du Bangladesh) depuis 1993 s’efforce de préciser les différentes phases historiques de cette région – en collaboration avec un petit groupe d’archéologues/universitaires bangladais –, et entretient d’étroits rapports avec les historiens et archéologues du West Bengal (séminaires, rencontres, publications). Ce vaste espace depuis la basse vallée du Gange jusqu’aux confins orientaux du fleuve Meghna et la région de Chittagong constitue un ensemble cohérent dans ses origines géomorphologiques et son environnement contemporain. Il en est de même a fortiori dans son occupation humaine ancienne, « préhistorique » dans plusieurs sites (même si le terme n’a pas tout à fait le même sens qu’en Occident), bien attestée dans plusieurs autres sites du Ier millénaire av. J.-C. Mais « l’histoire » de cette région ne s’épanouit vraiment qu’à la fin du millénaire, lorsque quelques inscriptions et textes un peu plus tardifs la met mieux en lumière.

Mazar, le rempart sud (2010, © Mission archéologique de Mahasthan)

L’étude de ces quelques textes et l’active recherche archéologique des deux côtés de la frontière permettent de mieux appréhender l’organisation de ces sociétés anciennes et leur fonctionnement, même si beaucoup reste à faire « hors théories ». Si les périodes les plus anciennes demeurent largement muettes (hors l’Arthaśāstra, panégyrique à la fois historique et théorique), les récentes données archéologiques permettent d’évoquer des changements importants vers les VIe-VIIe s. ap. J.-C. (modes de production et évolutions sociales), qu’on tentera d’interpréter.

La rivière Karatoya et le temple GovindaBhita (© Mission archéologique de Mahasthan)

 

Troisième séance 2017/2018 du séminaire «Sociétés en mutation» 1er décembre 2017

La troisième séance 2017/2018 du séminaire commun de l’axe C – Sociétés méditerranéennes en mutation (actualité des terrains et méthodes) aura lieu le vendredi 1er décembre 2017 – de 15h à 18h, salle Reinach, au 4e étage de la MOM.

Julien Fournier (Université de Lorraine), Thasos dans la seconde moitié du IIIe s. apr. J.-C. : la crise en question.

Répondant : P.-L. Gatier (HiSoMA)

Les fouilles de l’agora de Thasos ont fait apparaître des traces de destructions importantes, assez approximativement datées entre le milieu du IIIe s. et le début du IVe s. ap. J.-C. L’idée s’est progressivement imposée, dans l’historiographie thasienne, qu’elles avaient été causées par les Hérules, passés dans la région en 268/9. Ce raid aurait ouvert une crise grave : fin des institutions, fermeture des ateliers artisanaux, peut-être même abandon de la cité.

Un nouvel examen de la documentation archéologique, épigraphique et numismatique de cette époque mal connue de l’histoire de la cité incite à une nouvelle lecture de la « crise thasienne ».

 

 

 

 

Deuxième séance 2017/2018 du séminaire «Sociétés en mutation» 10 novembre 2017

La deuxième séance 2017/2018 du séminaire commun de l’axe C – Sociétés méditerranéennes en mutation (actualité des terrains et méthodes) aura lieu le vendredi 10 novembre 2017 – de 15h à 18h, salle Reinach, au 4e étage de la MOM.

Stephan Schmid (Humboldt-Universität zu Berlin), La structure sociale des Nabatéens et les conséquences de la conquête romaine : les témoignages archéologiques.

Répondant : P. Schneider (Université d’Artois).

À l’origine des nomades arabes, les Nabatéens – ou au moins une partie de ce « peuple » – commencent à pratiquer une vie sédentaire dans la région de Pétra au sud de la Jordanie actuelle, située assez exactement à mi-chemin entre la mer Morte et la mer Rouge, vers le début de l’époque hellénistique. L’absence d’une historiographie nabatéenne nous réduit soit à des sources écrites offrant un point de vue extérieur (sources grecques et romaines) soit aux données archéologiques pour essayer de comprendre la structure sociale des Nabatéens.

L’observation et l’interprétation de l’architecture nabatéenne amènent à croire que le noyau de cette société était formé par des groupes d’un certain nombre de personnes, avec une architecture souvent hétérotopique qui permettait aux groupes de mieux se rencontrer, mais également de mieux se distinguer de leurs pairs.

Ces phénomènes rappellent le comportement et l’architecture associatifs du monde romain et c’est peut-être pour cela que les Romains, une fois devenus les maîtres du territoire nabatéen en 106 ap. J.-C., ne semblent pas avoir prolongé et encouragé ce type de structure sociale, car les associations étaient connues pour être également les noyaux de troubles politiques.

Au cours de ce séminaire, on essaiera de regarder de près les données archéologiques et les sources écrites pour vérifier si ces interprétations sont viables.

Première séance 2017/2018 du séminaire «Sociétés en mutation» 29 septembre 2017

La première séance 2017/2018 du séminaire commun de l’axe C – Sociétés méditerranéennes en mutation (actualité des terrains et méthodes) aura lieu le vendredi 29 septembre 2017 – de 15h à 18h, amphithéâtre Descartes – ENS de Lyon.

Autour de l’ouvrage dirigé par P. Boucheron, Histoire mondiale de la France
P. Boucheron (Collège de France) – répondants : V. Chankowski (Université Lyon2, HiSoMA), J.-Fr. Chauvard (Université Lyon2, LARHRA) et J. Guilaine (Collège de France).

affiche.

 

 

Neuvième séance du séminaire « Sociétés en mutation » 7 avril 2017

La neuvième séance du séminaire commun de l’axe C – Sociétés méditerranéennes en mutation (actualité des terrains et méthodes) aura lieu le vendredi 7 avril 2017 – de 15h à 17h30.

Les temples égyptiens et leurs temenoi, des derniers pharaons aux empereurs romains : le cas de Coptos (IVe s. av. J.-C.– Ier s. apr. J.-C.)

Laure Pantalacci (Université de Lyon 2, HiSoMA)

Répondant : Jean-Charles Moretti (CNRS, IRAA)
affiche (.pdf)

Les derniers pharaons indigènes, puis les Ptolémées ont développé à Coptos une forte activité architecturale. Dans le temenos principal, le temple de Min et Isis est agrandi, on construit de nouveaux édifices secondaires. Le complexe des temples sud est entièrement rénové. Avec l’arrivée des Romains, le déclin des temples et du panthéon traditionnels se fait plus sensible. L’application d’un modèle d’urbanisme monumental nouveau dans les temenoi pharaoniques impose un changement radical d’aspect et d’usage du centre religieux. Enfin, aux Ve-VIe s., la construction, à l’ouest du site, de plusieurs monuments chrétiens remployant les matériaux de temples païens démantelés, est la dernière grande mutation actuellement observable sur le site.

Huitième séance du séminaire « Sociétés en mutation » 17 mars 2017

La huitième séance du séminaire commun de l’axe C – Sociétés méditerranéennes en mutation (actualité des terrains et méthodes) aura lieu le vendredi 17 mars 2017 – de 15h à 17h.

Comment évaluer une crise sociale ? Analyse de stratégies funéraires clivantes en Grèce ancienne

Olivier Mariaud, Université Grenoble-Alpes

Répondante : Sabine Fourrier , HiSoMA

affiche (.pdf)

L’objectif de cette présentation est de mettre en perspective les structures symboliques de certaines pratiques funéraires en Grèce ancienne, fantasmées comme les funérailles de Patrocle dans l’épopée homérique, aussi bien que réelles comme les tombes à Öpferinnen de l’Attique ou la tombe de Mégas à Samos. Ces exemples s’insèrent dans des stratégies de différenciation sociale « aiguës », qui peuvent correspondre à un moment de crise du corps social. Il s’agit de comprendre quelle histoire sociale produit et donne sens à ces stratégies clivantes, en permettant également d’identifier des grandes phases de l’histoire grecque entre 800 et 400 av. n.è.

Septième séance du séminaire « Sociétés en mutation » 20 janvier 2017

La septième séance du séminaire commun de l’axe C – Sociétés méditerranéennes en mutation (actualité des terrains et méthodes) s’est tenue le vendredi 20 janvier 2017 – de 15h à 17h.

Claire Fauchon (ENS, HiSoMA) : « Identités civique et religieuse dans l’Antiquité tardive : le cas miaphysite (Ve-VIe siècles) ».

Répondant : Alexis Charansonnet, (Université Lyon-2), historien médiéviste occidentaliste.

affiche (.pdf)

Résumé :

L’Antiquité tardive est souvent définie par le passage d’une mentalité identitaire civique à une mentalité identitaire religieuse. Les querelles théologiques ne sont pas de simples conflits religieux qui agitent uniquement les sphères du pouvoir : elles cristallisent des tensions plus profondes, sociales, politiques, culturelles et économiques.

Si, à la suite du concile de Chalcédoine (451), deux provinces (Syrie, Égypte) basculent dans l’hérésie anti-chalcédonienne ou miaphysite, il faut attendre un siècle pour l’établissement institutionnel de la nouvelle Église et à nouveau un siècle pour la fixation de l’identité miaphysite. Les caractéristiques et la construction de cette identité seront (ré)examinées en comparant les cas égyptien et syrien.

Sixième séance du séminaire « Sociétés en mutation » 9 décembre 2016

La sixième séance du séminaire commun de l’axe C – Sociétés méditerranéennes en mutation (actualité des terrains et méthodes) se tiendra le vendredi 9 décembre 2016 – de 15h à 17h.

Gaëlle Tallet (Univ. de Limoges), L’archéologie de la crise. Un exemple de la résilience oasienne à El-Deir, oasis de Kharga (VIe s. av. J.-C. – VIe s. apr. J.-C.).

Répondant : Bernard Geyer, directeur de recherche au CNRS, Archéorient, géographe.

affiche

g-tallet_deir

Résumé :

La petite oasis d’El-Deir, aux confins du désert Libyque, impressionne par les vestiges d’une imposante forteresse romaine construite à la fin du IIIe siècle de notre ère. Ceux-ci pourraient toutefois n’être qu’un leurre : les recherches archéologiques et géoarchéologiques menées sur le terrain par notre équipe ont démontré qu’elle avait été implantée sur un périmètre agricole moribond, au terme d’une longue histoire faite de crises et de soubresauts, d’abandons et d’adaptations.
Ce sont ces crises que nous tentons d’appréhender, de décrire, de périodiser, et de replacer dans le contexte des crises économiques et politiques que connaît alors l’Empire romain, tout en interrogeant les ressources et la résilience propres aux populations oasiennes antiques.

Cinquième séance du séminaire « Sociétés en mutation » 18 novembre 2016

La cinquième séance du séminaire commun de l’axe C – Sociétés méditerranéennes en mutation (actualité des terrains et méthodes) s’est tenue le vendredi 18 novembre 2016 – de 15h à 17h.

Laïla Nehmé (CNRS, Orient et Méditerranée), L’occupation « tardive » à Hégra et dans sa région, IIIe-VIe siècle.

Répondant : Jean-Michel Carrié, directeur d’études à l’EHESS, historien.

affiche

temple-de-rawafah-hisma-saoudien-cl-l-nehme

Résumé :

Hégra (moderne Madâin Sâlih), dans le nord-ouest de l’Arabie Saoudite est annexée en 106 ap. J.-C. par Trajan. Cette annexion concerne l’ensemble du territoire nabatéen, Hijâz compris, qui devient donc la province romaine d’Arabie.

De nombreuses inscriptions – nabatéennes, grecques et latines – témoignent d’une occupation du site et de sa région au IIe s. ap. J.-C. et de la présence de troupes auxiliaires romaines.

L’occupation du site se poursuit au IIIe et IVe siècle, comme le montrent les fouilles réalisées dans le secteur résidentiel du site de Hégra et quelques inscriptions nabatéennes et nabatéo-arabes (écrites dans des caractères transitoires entre le nabatéen et l’arabe et dans une langue mixte). Ces derniers documents témoignent certainement de l’émergence, dans la région, de principautés arabes dont les « rois » sont mentionnés dans les textes.

Ce séminaire sera l’occasion de présenter les données disponibles sur l’occupation « tardive » de certains sites du nord-ouest de l’Arabie, très méridionaux par rapport à l’Empire, et très septentrionaux par rapport aux entités politiques à l’œuvre en Arabie du Sud et en Arabie Centrale (Himyar, Kinda…).

Quatrième séance du séminaire « Sociétés en mutation » 16 septembre 2016

La quatrième séance du séminaire commun de l’axe C – Sociétés méditerranéennes en mutation (actualité des terrains et méthodes) s’est tenue le vendredi 16 septembre 2016 – de 15h à 17h.

Marie-Pierre Chaufray (CNRS, Ausonius), L’impact de la conquête romaine sur l’économie des temples en Égypte.

Répondant : Julien Aliquot, Historien du Proche-Orient antique, HiSoMA.

affiche

p-sorbonne-inv-1448 (© MP. Chaufray)

Résumé :

Si les réformes romaines sur les temples traditionnels égyptiens ne sont plus considérées comme responsables du déclin de la religion égyptienne, elles ont tout de même eu un impact sur l’organisation du clergé égyptien et l’administration des biens sacerdotaux. Cela n’a pas empêché les temples de rester des centres économiques actifs pendant les deux premiers siècles de la domination romaine.

Les archives bilingues (grec et démotique) du temple égyptien de Soknopaios, dans le village de Dimé, dans le Fayoum, donnent une bonne idée du rôle du temple dans l’économie locale après les réformes romaines.

Le séminaire vise à présenter cette riche documentation, encore largement inédite, en comparant avec les données d’autres temples égyptiens afin de mesurer l’impact de la conquête romaine sur l’économie des temples.

Troisième séance du séminaire « Sociétés en mutation » 10 juin 2016

kition-frisbeeLa troisième séance du séminaire commun de l’axe C – Sociétés méditerranéennes en mutation (actualité des terrains et méthodes) s’est tenue le vendredi 10 juin 2016 – de 15h à 17h.

Sabine Fourrier (CNRS, HiSoMA), Les Phéniciens à Kition : questions archéologiques
Répondant : Sylvain Dhennin (CNRS, HiSoMA).
affiche (.pdf)

Cette troisième séance du séminaire de l’axe C Sociétés méditerranéennes antiques en mutation a été consacrée à la question des marqueurs archéologiques de l’installation de populations étrangères, avec le cas des Phéniciens à Kition à l’Âge du Fer (IXe-IIIe s. av. J.-C.).

Deuxième séance du séminaire “Sociétés en mutation” 21 mars 2016

zeugmaLa deuxième séance du séminaire commun de l’axe C – Sociétés méditerranéennes en mutation (actualité des terrains et méthodes) s’est tenue le lundi 21 mars 2016 – de 17h à 19h.

Catherine Abadie-Reynal (professeur d’archéologie grecque, Lyon 2), Céramique et construction des réseaux économiques : Zeugma au VIe s. apr. J.-C.

Répondant : Jérôme Maucourant, spécialiste de sciences économiques (Saint-Étienne, TRIANGLE), chercheur en délégation à HiSoMA

En partenariat avec le séminaire pluridisciplinaire d’histoire économique d’HiSoMA.

affiche (.pdf)

Carnet de l'axe C du laboratoire HiSoMA (UMR 5189)