Septième séance 2017/2018 du séminaire «Sociétés en mutation» 13 avril 2018

La septième séance 2017/2018 du séminaire commun de l’axe C – Sociétés méditerranéennes en mutation (actualité des terrains et méthodes) aura lieu le vendredi 13 avril 2018 – de 15h à 18h, salle d’égyptologie, MOM (2e étage).

A. Hajdari (université de Prishtina), La transformation des habitats face à la menace barbare : l’exemple d’Harilaq (Kosovo).

Répondant :  H. Wurmser (Université Lyon 2, IRAA)

Le village de Harilaq est situé à environ 9 km au Sud-ouest de la ville de Fushë Kosovë (fig 1). La forteresse est située sur une colline boisée d’orientation est-ouest, au sud-ouest du village et couvre une surface de 1,3 ha  à 767 m d’altitude[1].

Fig. 1 : localisation du site

À l’ouest se trouvent la montagne et le col de Golesh, qui est le point culminant de la région, tandis que sur le côté sud-est, à environ 2,5 km, on a aujourd’hui l’aéroport international de Pristina (fig. 2-3). La forteresse, en raison de la position géostratégique très favorable, permet un large contrôle, en particulier sur le côté est, de la plus grande partie de la plaine du Kosovo.

Fig. 2 : la colline de Harilaq vue du nord-est.

Des prospections archéologiques et des tranchées exploratoires ont été entreprises par l’Institut archéologique du Kosovo en 2005 et, compte tenu des premiers résultats obtenus, dès l’année suivante des fouilles systématiques ont été menées jusqu’en 2010 par le Musée du Kosovo, et ont été suivies de grosses opérations de restauration qui continuent encore aujourd’hui[2].  Les premières traces d’occupation remontent au néolithique, et la vie sur le site continue jusqu’au début de la période médiévale[3].

L’âge néolithique est représenté principalement par des outils tels que les lames en silex découvertes lors des fouilles dans les années 2005-2010[4], et une hache énéolithique de pierre découverte en 2016. On trouve ensuite tous les tessons de céramique caractéristiques de l’âge du bronze, surtout récent. Toutes les phases de l’âge du fer sont présentes comme l’attestent les vases en céramique de production locale. Le site a livré quelques tessons de la période hellénistique. L’époque romaine est absente, et la phase la mieux représentée, avec le rempart et toutes les constructions, est celle de l’Antiquité tardive (IVe-VIe siècles). C’est la seule forteresse de la région à être reconstruite à l’époque de l’empereur Justinien le Grand (527-565).

Fig. 3 : photo aérienne et planimétrie de la forteresse de Harilaq (Peja, Rraci, Hajdari 2012, p. 76)

La chronologie de la forteresse d’Harilaq peut être reconstituée comme suit :

 

Harilaq I : Enéolithique.

Harilaq II : Bronze ancien.

Harilaq III : premier âge du fer (VIIIe-VIIe siècles av. J.-C.).

Harilaq III a : période archaïque et classique (VIe– Ve siècles av. J.-C.).

Harilaq III b : période hellénistique.

Harilaq IV : Antiquité tardive (IVe-VIe siècles ap. J.-C.).

Les recherches systématiques sur le site n’ont pas pu établir l’existence d’une couche d’occupation homogène de la période de l’âge du fer et de la période hellénistique, probablement à cause de l’occupation plus dense et plus continue de l’antiquité tardive qui a détruit les phases précédentes. Pendant la période du fer, le site a pourtant connu un développement considérable si l’on en juge par le grand nombre de poteries retrouvées qui sont surtout des productions locales, mais avec des formes qui montrent l’influence des importations. Lors de la première phase de l’âge du fer (Harilaq III), les vases sont fabriqués à la main (impasto), dans une pâte ocre ou brun foncé. Certains récipients sont décorés avec des instruments en dents de scie. La céramique de la seconde phase de l’âge du fer (Harilaq III a) ne diffère pas beaucoup de Harilaq III mais s’enrichit de nouvelles formes telles que des assiettes, des tasses et des imitations de formes grecques comme les skyphoi, coupes et canthares. Les vases commencent à être fabriqués au tour La période hellénistique (Harilaq III b) est peu représentée mais très marquée par les imitations de formes grecques.

Le site est intéressant pour la présence de deux bâtiments symétriques situés à proximité d’une basilique paléochrétienne. La fonction de ces bâtiments n’est pas encore bien établie ; il pourrait s’agir de deux martyriums.


[1] Peja, Rraci, Hajdari 2012.

[2] Les fouilles ont été dirigées par l’archéologue Fatmir Peja et actuellement par le prof. A. Hajdari.

[3]Des fouilles et des études archéologiques au Kosovo 2002-2012  ASHAK Prishtinë 2014

[4]F Peja, Rraci, Hajdari 2012, p.57


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.