Sixième séance 2017/2018 du séminaire «Sociétés en mutation» 23 mars 2018

La sixième séance 2017/2018 du séminaire commun de l’axe C – Sociétés méditerranéennes en mutation (actualité des terrains et méthodes) aura lieu le vendredi 23 mars 2018 – de 15h à 18h, salle Reinach, au 4e étage de la MOM.

C. Abadie-Reynal (Université Lyon 2, HiSoMA), A. Borlenghi (Université Lyon 2, ArAr), A. Peignard (Université Lyon 2, HiSoMA), P. François (LS2N, École Centrale et Université de Nantes), Les couches de destruction : approches croisées

Répondant :  S. Fourrier (CNRS, HiSoMA)

  • C. Abadie-Reynal, La destruction de Zeugma en 252/253: analyse des données de fouilles

L’objectif est de déterminer, par une analyse préliminaire du matériel de quelques couches de destruction, les informations que l’on peut en tirer sur la façon dont s’est déroulée l’attaque sassanide de 252/3 contre la ville de Zeugma. L’étude d’ensembles de céramiques permettra de prendre en compte l’usage des pièces au moment de la destruction et de percevoir d’éventuelles perturbations ou désordres. L’interprétation des regroupements d’objets de valeur, de son côté, selon qu’ils ont été cachés, abandonnés ou simplement stockés, change le regard que l’on peut porter sur les événements. Enfin, l’évaluation de la présence de militaria dans les différents secteurs permet de mieux saisir si la présence militaire était importante et si la destruction fut précédée de combats violents.

 

  • Annette Peignard, Couches de destruction(s) dans les habitations de Délos au Ier s. av. J.-C.
Localisation du matériel mis au jour dans le secteur Ouest de la Maison des Sceaux (dessin A. Peignard-Giros)

A partir de l’exemple de quelques maisons déliennes, et de parallèles d’époques classique et hellénistique, j’organiserai mon intervention autour de deux thématiques :

– Destruction « historique » et couches(s) de destruction. La datation des couches de destruction en relation systématique avec les deux attaques subies par Délos en 88 et 69 av. J.-C. n’est pas toujours pertinente et présente quelques biais méthodologiques.

– Couche(s) de destruction, témoin(s) tout à la fois de l’occupation d’un site et de son processus de destruction. On ne peut pas considérer que les objets mis au jour dans une couche de destruction, constituent l’image figée de toute l’activité qui se déroulaient dans la maison. On analysera les comparaisons et les différences possibles entre divers îlots et maisons réputés détruits au même moment.

Le ” secteur X ” de la Maison des Sceaux
(cliché EfA)

 

  • Paul François, Restituer la chapelle détruite de Belvoir : un terrain de jeu numérique.

Projet réalisé avec Anne Baud (ArAr), Anne Flammin (ArAr), Florian Renucci (Guédelon), Mission Archéologique de Belvoir

La chapelle du château croisé de Belvoir, en Israël, construite au XIIème siècle, n’est aujourd’hui connue que par un ensemble de blocs de calcaire retrouvés hors contexte présentant des modénatures communes.

L’objectif de cette présentation est de mettre en évidence les moyens particuliers et trans-disciplinaires nécessaires à la restitution archéologique de cette chapelle. Il s’agit non seulement de pouvoir dresser le plan de cet espace, mais également de le situer dans l’ensemble des vestiges du château, de faire les hypothèses de ses élévations et de pouvoir apporter des éléments argumentant en faveur de plusieurs hypothèses de couvrement.

On reviendra rapidement sur les moyens mis en œuvre in-situ, avant de s’intéresser plus en détail aux possibilités offertes par le processus de digitalisation et l’utilisation des outils numériques d’architecture et d’ingénierie.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.