Deuxième séance 2017/2018 du séminaire «Sociétés en mutation» 10 novembre 2017

La deuxième séance 2017/2018 du séminaire commun de l’axe C – Sociétés méditerranéennes en mutation (actualité des terrains et méthodes) aura lieu le vendredi 10 novembre 2017 – de 15h à 18h, salle Reinach, au 4e étage de la MOM.

Stephan Schmid (Humboldt-Universität zu Berlin), La structure sociale des Nabatéens et les conséquences de la conquête romaine : les témoignages archéologiques.

Répondant : P. Schneider (Université d’Artois).

À l’origine des nomades arabes, les Nabatéens – ou au moins une partie de ce « peuple » – commencent à pratiquer une vie sédentaire dans la région de Pétra au sud de la Jordanie actuelle, située assez exactement à mi-chemin entre la mer Morte et la mer Rouge, vers le début de l’époque hellénistique. L’absence d’une historiographie nabatéenne nous réduit soit à des sources écrites offrant un point de vue extérieur (sources grecques et romaines) soit aux données archéologiques pour essayer de comprendre la structure sociale des Nabatéens.

L’observation et l’interprétation de l’architecture nabatéenne amènent à croire que le noyau de cette société était formé par des groupes d’un certain nombre de personnes, avec une architecture souvent hétérotopique qui permettait aux groupes de mieux se rencontrer, mais également de mieux se distinguer de leurs pairs.

Ces phénomènes rappellent le comportement et l’architecture associatifs du monde romain et c’est peut-être pour cela que les Romains, une fois devenus les maîtres du territoire nabatéen en 106 ap. J.-C., ne semblent pas avoir prolongé et encouragé ce type de structure sociale, car les associations étaient connues pour être également les noyaux de troubles politiques.

Au cours de ce séminaire, on essaiera de regarder de près les données archéologiques et les sources écrites pour vérifier si ces interprétations sont viables.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.